Jakob Pelletier a impressionné avec 61 points en 60 matchs à sa première saison junior avec Moncton.

Cinq jours de lutte pour un poste dans l’équipe canadienne U18

«Je m’attends à vivre l’un des camps les plus difficiles et les plus importants jusqu’ici dans mon parcours.»

Le nom de Maxence Guénette est moins connu que celui de Jakob Pelletier. Les deux hockeyeurs de 17 ans de la région de Québec se retrouvent néanmoins ensemble à Calgary samedi, au camp de sélection de l’équipe canadienne des moins de 18 ans.

Eux et les 42 autres meilleurs joueurs au Canada nés en 2001 lutteront durant cinq jours pour décrocher l’un des 22 postes au sein de la formation qui portera la feuille d’érable lors du tournoi de la Coupe Hlinka-Gretzky, du 6 au 11 août, à Edmonton et à Red Deer.

«Je dois me démarquer de tous les autres, poursuit Guénette. Montrer mon intensité, montrer que je suis un défenseur qui domine plus par son sens du jeu que simplement par l’aspect physique. Et montrer que je ne ralentirai pas, parce que le camp n’est qu’une petite partie du cheminement», a expliqué le résidant de Saint-Jean-Chrysostome, à Lévis, avant de partir.

Pas de marge d’erreur

Pelletier sait aussi qu’il devra être à son mieux devant l’entraîneur-chef québécois André Tourigny et ses adjoints s’il veut prolonger son séjour en Alberta.

«Tous les gars qui sont là ont une chance de faire l’équipe, mais la pyramide rétrécit. Avec un camp aussi court, tu n’as pas droit à l’erreur. Tout le monde va arriver prêt pour se donner au maximum. Pas le choix», affirme de son côté Pelletier, qui s’est permis une rare période familiale de 24 heures dans un chalet avant de quitter Québec.

Troisième choix au repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en 2017, l’attaquant Pelletier a impressionné avec 61 points en 60 matchs à sa première saison junior avec Moncton, lui qui avait fait la pluie et le beau temps dans le midget AAA au Séminaire Saint-François.

Guénette, un arrière, a fait moins de bruit comme recrue à Val-d’Or, inscrivant 12 points. L’ancien des Commandeurs devenus Chevaliers de Lévis a quand même été le premier défenseur sélectionné au repêchage de la LHJMQ il y a 14 mois — au cinquième rang au total. Les deux ont vécu l’expérience canadienne des moins de 17 ans l’an dernier et Guénette a acquis beaucoup d’expérience à bord des faibles Foreurs.

10 Québécois au camp

La Coupe Hlinka-Gretzky, ancienne Coupe commémorative Ivan-Hlinka rebaptisée après s’être tenue 21 ans en République tchèque et en Slovaquie, est un tournoi international annuel estival réunissant les huit puissances mondiales du hockey : Canada, États-Unis, Finlande, République tchèque, Russie, Slovaquie, Suède et Suisse. Le Canada a gagné l’or 21 fois en 27 ans.

On en parle comme la Coupe du monde des moins de 18 ans, puisque la Fédération internationale de hockey sur glace organise chaque année, en avril, un Championnat du monde des moins de 18 ans impliquant les 10 meilleures équipes nationales.

Parmi les 44 patineurs invités au camp canadien, 13 proviennent de la LHJMQ et 10 sont Québécois. Seront aussi au rendez-vous Alexis Lafrenière, recrue par excellence au Canada de la dernière saison junior, et son coéquipier Christopher Inniss de l’Océanic de Rimouski, ainsi que le duo du Drakkar de Baie-Comeau Christopher Merisier-Ortiz et Nathan Légaré.

En fait, les 10 premiers choix au repêchage de la LHJMQ sont conviés par Tourigny, ici dans l’ordre : Lafrenière, Samuel Poulin (Sherbrooke), Pelletier, Xavier Parent (Halifax), Guénette, Merisier-Ortiz, Légaré, Dawson Mercer (Drummondville), Xavier Simoneau (Drummondville) et Inniss.