Dave Ainsley
Le Quotidien
Dave Ainsley
Aaron Rodgers est le quart-arrière le plus expérimenté des quatre équipes toujours en lice dans les séries de la NFL.
Aaron Rodgers est le quart-arrière le plus expérimenté des quatre équipes toujours en lice dans les séries de la NFL.

Une répétition du Super Bowl I?

CHRONIQUE / Il ne reste que quatre équipes en lice pour mettre la main sur le trophée Vince Lombardi dans les séries éliminatoires de la Ligue nationale de football (NFL). Si la logique a été respectée dans la conférence Nationale avec un affrontement entre les Packers de Green Bay et les 49ers de San Francisco, dans la conférence Américaine, les Titans ont réussi à se faufiler après avoir obtenu la sixième et dernière place en séries et croiseront le fer avec les Chiefs, à Kansas City. À la 100e année d’existence de la NFL, le match du Super Bowl pourrait être une reprise du tout premier match ultime en 1966, lequel avait mis aux prises les Chiefs et les Packers.

Packers (13-3) - 49ers (13-3): un duel qui promet d’être serré

Le duel mettra en vedette les deux meilleures équipes de la conférence Nationale en saison régulière et qui ont profité d’une semaine de congé lors de la première ronde éliminatoire. Les deux équipes ont toutefois eu des matchs bien différents la semaine dernière, à domicile.

Pendant que les 49ers n’ont pas éprouvé trop de problèmes face aux Vikings, les Packers en ont eu plein les bras face aux Seahawks, mais ont réussi à avoir le dernier mot, non sans une petite controverse qui n’avait pas lieu d’être. Les doutes étaient nombreux sur les Packers malgré leur dossier en saison régulière en raison de leur calendrier facile, mais cette victoire les a dissipés. La grande force des Packers, c’est Aaron Rodgers. Avec une arme comme le receveur Devante Adams et le porteur de ballon Aaron Jones qui s’est mis en marche dès le début de la rencontre face aux Seahawks, le vétéran quart-arrière devient très difficile à stopper.

Grâce notamment au brio du demi de coin Richard Sherman et une pression constante, les 49ers ont affiché la meilleure défensive contre la passe cette saison en plus d’accorder la deuxième plus basse moyenne de verges à l’adversaire. Ils ont encore prouvé leur domination sans le ballon face aux Vikings, mais Kirk Cousins est loin d’être Rodgers. Jimmy Garoppolo a remporté la semaine dernière son premier match éliminatoire et n’a pas commis d’erreurs impardonnables, si ce n’est qu’une interception au deuxième quart. 

Il ne profitera pas de la même latitude face aux Packers alors que le duel promet d’être beaucoup plus serré. Pas plus tard que le 24 novembre, les 49ers ont lessivé
–et le mot est faible – les Packers au compte de 37-8. Il s’agit d’ailleurs de la dernière défaite de la formation du Wisconsin qui devra avoir un plan de match différent pour espérer renverser la vapeur. 

Choix : 49ers

La défensive des 49ers avait causé des maux de tête à l’attaque des Packers lors du premier affrontement entre les deux équipes, qui s’était soldé par une victoire sans équivoque de la formation de San Francisco.

Chiefs (12-4) - Titans (9-7): une finale sans les Pats

Quel match complètement fou dimanche dernier à Kansas City. Les Texans ont marqué les 24 premiers points, mais pas de problème pour les Chiefs, qui ont inscrit 51 des 58 derniers à partir du deuxième quart, dont 41 de suite – oui, oui 41 – pour l’emporter 51-35.

Après avoir éprouvé toutes sortes de difficultés en début de match, surtout à attraper le ballon, l’attaque des Chiefs était de toute beauté à voir aller lors des 45 dernières minutes. La combinaison Patrick Mahomes-Travis Kelce, qui a produit trois touchés, semblait impossible à stopper.

Bon, maintenant, passons à l’équipe Cendrillon des séries actuelles, les Titans du Tennessee. Parlant de joueurs impossibles à arrêter, Derrick Henry arrive en haut de la liste. Le porteur de ballon a établi une nouvelle marque de la NFL la semaine dernière dans la victoire surprise sur les Ravens de Baltimore, devenant le premier de l’histoire à courir pour au moins 170 verges dans deux matchs éliminatoires consécutifs. Il s’est même permis une passe de touché à Corey Davis. Face aux Patriots et aux Ravens, les Titans ont profité de l’avance assez rapidement dans la rencontre, une recette qu’ils devront trouver le moyen de répéter face aux Chiefs. 

Les Titans ont infligé la dernière défaite aux Chiefs en novembre et Henry avait été un facteur très important, avec 188 verges et deux touchés dans la victoire des siens 35-32. La défensive de Kansas City fait beaucoup mieux contre la course depuis. Il y a fort à parier que le quart-arrière Ryan Tannehill devra cumuler plus de 100 verges par la passe pour que les Titans puissent aspirer à la victoire. Petite note en terminant, le match de finale de la conférence Américaine sera le premier en 17 ans à ne pas mettre en vedette les Patriots, les Steelers ou les Colts. Juste pour donner la mesure de la dynastie des Patriots, ils ne participeront pas à la rencontre pour une première fois en neuf ans. 

Choix : Chiefs

Le porteur de ballon Derrick Henry a couru pour plus de 170 verges lors des deux premiers matchs éliminatoires des Titans tandis que le quart-arrière Ryan Tannehill n’a pas franchi la barre des 100 verges par la passe.