Vernon Adams fils, qui embête la défensive adverse grâce à la variété de son jeu, dirige son attaque de façon très intelligente, estime son coéquipier, Christophe Normand.

La tête en paix !

CHRONIQUE / La semaine dernière, je vous disais que j’aimais ce que nous étions en train de devenir en tant qu’équipe, que nous commencions de plus en plus à croire en nos chances de succès. Depuis samedi, j’ai l’impression que même les plus sceptiques commencent à croire en nous.

Cette victoire de 20-10 face aux Eskimos, nous l’avons méritée. Ça a été un match très, très physique et nous avons travaillé dur dans les tranchées. Pour tout vous dire, ça a été une véritable guerre… et nous l’avons gagnée.

Le football est un sport dur, toujours dur, mais il y a des matchs encore plus durs que d’autres. C’en était un en fin de semaine. En entrevue, notre entraîneur Khari Jones a fait rire les gens en disant que nous avions gagné notre semaine de congé juste en sortant vivants de ce duel face aux Eskimos!

Chose certaine, nous sommes partis en congé la tête en paix. Nous venons de gagner trois matchs de suite et nous venons d’offrir une belle performance face à un gros club.

Lorsque tu perds avant de quitter pour une pause, ce n’est pas agréable. Une défaite est souvent suivie de changements dans l’alignement et tu crains toujours d’être victime d’un de ces changements. Après le match que nous avons disputé, je ne crois pas que les entraîneurs soient tentés d’effectuer beaucoup de mouvements de personnel.

Évidemment, malgré notre belle séquence victorieuse, il ne faut rien tenir pour acquis. Il reste encore 13 matchs et ça, c’est beaucoup. Les choses changent vite dans le monde du sport et particulièrement, je vous dirais, dans la Ligue canadienne de football!

N’empêche que le moral des troupes est très bon. Il faut garder les pieds sur terre, mais nous sommes en train de prouver à nos partisans et au Canada au grand complet que nous sommes capables de jouer du bon football et qu’il va falloir nous prendre au sérieux.

Un mot sur notre quart Vernon Adams fils, qui est aussi en train de démontrer qu’il est capable de belles choses. Sincèrement, il m’impressionne.

Pendant le camp d’entraînement, comme tous les jeunes quarts, il tentait de prouver qu’il avait un bon bras en effectuant de longues passes. Mais là, il embête la défensive adverse grâce à la variété de son jeu. Parfois, c’est une courte passe, parfois, c’est une longue, parfois, c’est entre les deux et parfois, il court. Il dirige son attaque de façon très intelligente.

Tennis et clinique de football

Nous allons reprendre l’entraînement samedi en prévision du match du vendredi suivant face au Rouge et Noir d’Ottawa au stade Percival-Molson. En attendant, je relaxe en famille cette semaine.

Lundi, ma conjointe, nos deux enfants et moi, nous sommes allés faire un tour au Challenger de tennis de Granby. C’est un beau tournoi et ça a été un moment très agréable. Nous sommes chanceux, dans la région, d’avoir un tournoi de ce calibre.

Mercredi, je vais donner une clinique de football aux jeunes réunis dans un camp de jour à l’école de la Haute-Ville, à Granby. J’adore enseigner mon sport, j’adore initier les jeunes à ce sport qui a contribué à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui.

La semaine prochaine, à la suite de nombreux courriels que j’ai reçus, on va parler de mon travail de centre-arrière et de mes tâches sur les unités spéciales avec les Alouettes. Ça semble intriguer pas mal de gens!

À bientôt!

Propos recueillis par Michel Tassé