Pour une deuxième fois en trois ans, Christian Gauthier a décroché la victoire lors du Pool Mise-O-Jeu, réunissant près de 9000 amateurs de hockey.
Pour une deuxième fois en trois ans, Christian Gauthier a décroché la victoire lors du Pool Mise-O-Jeu, réunissant près de 9000 amateurs de hockey.

Christian Gauthier remporte encore le Pool Mise-O-Jeu

Pour une deuxième fois en trois ans, le Saguenéen Christian Gauthier peut être considéré comme le meilleur « pooler » au Québec. Après sa victoire en 2017-2018, il a récidivé dans une saison écourtée du Pool de hockey Mise-O-Jeu, pour mettre la main sur la cagnotte de 100 000 $. Cette victoire est toutefois assombrie par la fin du concours provincial qui réunissait près de 9000 amateurs de hockey.

Avec l’annonce de la fin de la saison régulière dans la Ligue nationale de hockey la semaine dernière, Christian Gauthier a été couronné champion pour mettre la main sur un troisième titre d’envergure en autant de saisons. L’an dernier, il avait remporté le pool du Théâtre Palace Arvida et la bourse rattachée de 10 000 $.

« J’ai une certaine facilité dans ce genre de pool avec une masse salariale à gérer, j’avoue que de gagner deux fois en trois ans, je navigue là-dedans. Quand je suis concentré, je m’amuse. Je sais quand bouger et donner du “gaz” à mon équipe avec des transactions pour aller chercher des matchs en main. J’avais la “twist” », note le gagnant, qui reçoit un excellent retour sur l’investissement avec le coût d’inscription de 25$. Comme les bureaux de Loto-Québec sont présentement fermés, il a fait son entrevue pour le site Internet mercredi et recevra un virement bancaire digne de mention d’ici quelques jours.

Meneur depuis le 9 novembre
Christian Gauthier n’a pas joué de chance pour s’imposer, malgré la fin de saison abrupte, lui qui occupait la tête du classement depuis le 9 décembre. Avant le début de la saison, chaque participant devait choisir dix attaquants, quatre défenseurs et deux gardiens tout en devant respecter un budget. La cote de chaque joueur était établie en fonction de sa production anticipée. Les participants disposaient de 120 points pour former leur équipe de 16 joueurs, dont les plus coûteux, comme l’attaquant des Oilers d’Edmonton Conor McDavid, à 10 points. De plus, il était possible de modifier son alignement en cours de route, selon les aléas des blessures ou des joueurs qui surprennent ou déçoivent. Christian Gauthier n’a conservé que huit joueurs de son alignement initial pendant toute la saison.

Cette année, l’attaquant des Canucks de Vancouver JT Miller s’est avéré un choix très judicieux avec sa faible cote de 5 et sa production de 72 points en 69 rencontres. Seulement 1% des participants l’avaient inclus dans leur formation initiale. « Il faut que tu trouves la perle », annonce Christian Gauthier, identifiant également l’attaquant des Sabres Victor Olofsson comme une excellente trouvaille.

Pour lui, le sérieux et l’intuition sont des qualités très importantes dans ce genre d’exercice. « Ceux qui hésitent, une journée plus tard, la vague est passée », fait-il valoir.

« Il ne faut pas que tu hésites. Il faut vraiment que tu sois confiant quitte à perdre. Si tu hésites et que l’autre a fait l’échange, il vient de te passer. Le point qu’il a fait de plus, c’est un point en banque », rappelle Christian Gauthier qui utilise beaucoup le réseau social Twitter qui représente une manne d’informations grâce aux journalistes qui couvrent les différentes équipes.

Justement, pour être bien au fait et éviter le dédoublement, il avait choisi de se concentrer uniquement sur celui de Loto-Québec, ce qui l’a plutôt bien servi. « Quand tu en fais trop, tu t’égares. Quand tu en as plusieurs, tu es teinté par tes autres pool », avance Christian Gauthier, soulignant l’aide précieuse de sa femme, Nancy Massicotte, qui lui préparait des tableaux avec les 75 meilleurs marqueurs de la LNH. « Ça m’aidait à réfléchir », signale le Saguenéen et travailleur chez Hydro-Québec qui est déménagé récemment dans le secteur du Lac-Beauport.

Le Saguenéen, qui avait pris le pseudonyme d’Alfred Pennyworth, en hommage au majordome de Batman, a terminé la saison écourtée avec 1178 points, 11 de plus que son plus proche poursuivant. Avec son surnom, il cherchait ainsi à se faire discret, surtout en début de saison. « Le monde te suit et te cherche donc tu essaies de changer de nom. C’est capoté comment les gens transigent comme toi quand tu es en tête. Ça n’a même pas de bon sens », raconte Christian Gauthier, qui avait pris l’habitude de faire ses transactions tout juste avant la date limite de minuit pour qu’elles soient effectives le lendemain et ainsi ne pas être copié.

Deuil

Après quatre années, le pool de Mise-O-Jeu ne sera pas de retour, du moins dans sa formule actuelle. « Je suis en deuil total. Ç’a comme cassé la joie de la victoire », admet Christian Gauthier, qui a posé des questions et on lui a répondu que la compétition était organisée par un intermédiaire qui jonglait avec l’idée d’arrêter depuis quelques mois. Le pool a attiré environ 9000 participants, au cours des deux dernières années, une baisse par rapport au sommet de 10 000 de la première édition. Les responsables de Loto-Québec lui ont également indiqué qu’ils analysaient la possibilité d’offrir quelque chose pour la prochaine saison, tout dépendant de l’évolution de la situation dans les prochains mois.

Pour Christian Gauthier, le sentiment d’écouter un match quand l’enjeu est important avec des joueurs de son pool en action est difficile à battre. Il se rappelle que lors de l'une des dernières soirées avant la pause forcée, lors d’un match des Jets de Winnipeg, Mark Scheifele et Kyle Connor ont obtenu deux points en fin de match dans un filet désert, ce qui lui permettait de stabiliser sa position au sommet du classement.