Sylvain Gagnon de la Boîte à mouche de Chicoutimi a élaboré une soie de canne à moucher pour la compagnie norvégienne LTS et la ligne de pêche a été lancée officiellement en Europe cette semaine.

Une soie LTS conçue ici

Le propriétaire de la Boîte à Mouche de Chicoutimi, Sylvain Gagnon, vit présentement un bel accomplissement après une carrière de plus de 40 ans dans le domaine de la pêche à la mouche. La compagnie norvégienne LTS, spécialisée dans les équipements de pêche, vient de lancer sur le marché une soie de pêche à la mouche, la « Poly Line », qui a été entièrement dessinée et conçue par le spécialiste de la région.

« C’est pas pire pour un p’tit gars de La Baie », lance fièrement le pêcheur que j’ai rencontré dans sa boutique alors qu’il me montrait sa création. « Regarde, c’est écrit sur la boîte ‘‘Designed by Sylvain Gagnon for LTS Norway’’. Le produit vient d’être commercialisé en Europe en début de semaine et je reçois des courriels de professionnels qui capotent sur la ligne », dit-il, en montrant les commentaires sur son téléphone intelligent.

Lancement en Europe

Il a traduit un message de la compagnie LTS en vue du salon de pêche de Hambourg en Allemagne qui dit à peu près ceci : « La nouvelle LTS Poly Line est là ! Un vrai marteau qui débarque dans les classes 4-9 à wf float (Weight Forward, soie flottant poids avant) par notre partenaire de LTS au Canada, Sylvain Gagnon. Un produit déjà développé en Amérique du Nord. Cette ligne est spéciale et complètement nouvelle. Elle est équipée d’un ‘‘poly leader’’ en tant que pointe avec un fuseau intéressant. Un coup de marteau pour la côte, la rivière et aussi pour la pêche fine. Sur les aires de lancers à Hambourg, nous allons présenter cette soie, la livraison se fera dans la dernière de février. Nous sommes tous impatients ! »

« Ça fait déjà quelques années que je vends les produits de pêche à la mouche LTS, mais je voulais rencontrer le fondateur Trond Syrstad et connaître les gens avec qui je fais affaire. J’ai réalisé un voyage en Norvège en 2014 et pendant que je lançais ma mouche sur le bord de la rivière Orkla, Trond Syrstad m’a abordé en disant qu’il voudrait que j’élabore une ligne pour les cannes à une main », se rappelle Sylvain Gagnon.

« J’ai dit ‘‘ok, mais ça risque de coûter cher, car il faut faire des tests’’. Il m’a dit que ce n’était pas un problème. Ça m’a pris trois ans avant de trouver la combinaison parfaite. J’ai essayé des centaines de lignes différentes et je prenais des notes. Je voulais trouver un fuseau avant capable d’utiliser à la perfection les leaders en plastique (Poly Leader) de LTS que je vends en grand nombre chaque été aux pêcheurs à la mouche », détaille le spécialiste qui a mis ses connaissances à l’épreuve pour trouver la recette secrète.

Pour une meilleure présentation de la mouche

« L’objectif était de trouver le fuseau progressif idéal et le poids nécessaire pour que le bas de ligne LTS se déroule parfaitement pour ne pas finir en motton à la surface de l’eau et pour que le bas de ligne continue sa lancée en ligne droite », explique celui qui a fait sa marque dans les concours de lancer à la mouche.

« La compagnie à qui nous avions confié la fabrication a élaboré une quinzaine de prototypes avant que j’accepte le modèle qui convenait le mieux pour maximiser le transfert d’énergie maximum avec le moins d’effort physique possible du pêcheur. Je voulais aussi un fini qui produise un bon glissement et qui pouvait s’adapter aux eaux froides de la région et pour ceux qui pêchent dans le Saguenay dans de l’eau saumâtre », explique celui qui a déjà en magasin les cent premières lignes sorties de l’usine de fabrication. « C’est un beau résultat de recherche et développement, c’est une consécration partout dans le monde », ajoute-t-il.

Sylvain Gagnon est également fier de l’aspect graphique de l’emballage de la boîte qui a été réalisé par Jessy Bilodeau, un amateur de la région. « Il a utilisé la photo d’un omble chevalier (Artic Char) que j’ai photographié lors d’une remise à l’eau », donne à entendre le mordu de pêche.

Un rêve au Groenland

Évidemment, une rencontre avec Sylvain Gagnon ne peut se passer sans parler de pêche. Il plane d’ailleurs sur les plaisirs de son voyage de pêche au Groenland sur la rivière Kangia, l’été dernier, qu’il qualifie comme son plus beau voyage de pêche à vie, lui qui a pourtant lancé ses mouches sur plusieurs rivières de quelques continents.

« Les guides du Groenland capotaient sur la nouvelle ligne, ils voulaient tous l’acheter. Nous étions au Kangia River Lodge dans le cadre d’un voyage avec Solid adventure, une agence de voyages de pêche dont je suis l’agent représentant au Canada. C’est un endroit magnifique, une véritable aventure, c’est plus une expédition de pêche qu’un voyage de pêche. Nous étions en compagnie de pêcheurs allemands et de Suédois. On capturait de l’arctic char (omble chevalier) qui pesaient entre cinq et 20 livres. J’avais l’impression d’être seul sur la rivière », raconte-t-il en montant le vidéo qu’il a réalisé sur la télévision installée dans sa boutique.

Hâte de pêcher le bar rayé

Évidemment, la discussion a tourné sur le bar rayé qui migre dans le Saguenay en période estivale et qui a monté dans nos rivières à saumon l’été dernier. « Le bar rayé va devenir une espèce très intéressante à pêcher à l’avenir. Je ne crois pas que le bar rayé peut avoir des impacts sur le saumon ou la truite de mer. En permettant la pêche au bar, ça va peut-être déplacer la pression de pêche vers une autre espèce et diminuer la pression de pêche sur la truite de mer », croit-il.

Pour Sylvain Gagnon, la truite de mer est un poisson anadrome, comme le saumon, qui fraye en rivière pour croître dans le Saguenay. « On devrait établir un permis de pêche uniquement pour la truite de mer avec une limite de prise annuelle pour chaque pêcheur, comme le saumon et on devrait obliger la remise à l’eau obligatoire des truites de moins de 14 pouces », lance-t-il expliquant que les mesures restrictives doivent venir de la base, des pêcheurs, pour faciliter la tâche aux gestionnaires. 

La compagnie LTS a lancé la ligne conçue par Sylvain Gagnon au salon de pêche de Hambourg en Allemagne.