Le 6 novembre dernier, le COSEPAC a lancé un appel d’offres pour la production d’un nouveau rapport de situation couvrant toutes les populations de bar rayé au Canada. Sur la photo, nous apercevons des employés du MFFP lors d’une pêche expérimentale sur le Saguenay.

Un nouveau rapport à venir sur le bar rayé

CHRONIQUE / Le changement de statut de la population de bar rayé du fleuve Saint-Laurent a fait réagir beaucoup de personnes la semaine dernière en considérant cette espèce comme éteinte. Rappelons que le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est un comité d’experts qui fait des recommandations. Les statuts qu’ils recommandent n’ont pas force de loi tant que ce statut n’a pas été confirmé par la Loi sur les espèces en péril (LEP).

J’ai reçu des réponses du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), cette semaine, pour clarifier la situation. Je voulais savoir, entre autres, si le ministère faisait encore une différence entre la population de bars rayés introduite dans le fleuve Saint-Laurent et la population du sud du golf provenant de la rivière Miramichi.

Voici la réponse que la porte-parole du ministère a fournie par courriel : « Nonobstant la recommandation du COSEPAC publiée le 2 décembre 2019, la population de bars rayés du fleuve Saint-Laurent et la population du sud du golfe du Saint-Laurent demeurent actuellement distinctes au niveau de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Le ministère entend maintenir ses activités de recherche visant à évaluer et à suivre l’état actuel du bar rayé occupant le Saint-Laurent dans une perspective de gestion durable de cette espèce. »

Comme il s’agit d’une recommandation, donc rien n’est changé au sens de la loi. Le COSEPAC recommande de considérer qu’il y ait trois populations de bars rayés dans le fleuve, dont une est considérée comme disparue, donc qui n’existe plus, mais cette recommandation sera évaluée seulement en 2022 au sens de la loi.

Les bars rayés du Saguenay

J’ai aussi demandé au MFFP quelles étaient les dernières informations que nous avons au sujet des bars rayés qui fréquentent le Saguenay. Voici la réponse : « Les bars rayés observés dans la rivière Saguenay proviennent à la fois de la population de bars rayés du fleuve Saint-Laurent et de la population du sud du golfe du Saint-Laurent. La fréquentation de ce territoire par l’une et l’autre des populations est variable dans le temps et dans l’espace. En 2017, il a été démontré par le ministère que les bars rayés observés dans la rivière Saguenay appartenaient majoritairement à la population du sud du golfe du Saint-Laurent, alors qu’en 2018, les spécimens appartenaient majoritairement à la population du fleuve Saint-Laurent. Cette étude s’est poursuivie en 2019.»

Nous saurons dans les prochaines semaines le résultat des pêches scientifiques effectuées dans le Saguenay au cours de l’été. Rappelons qu’en 2018, les pêcheurs avaient nourri l’espoir d’une pêche sportive alors que les bars capturés provenaient en majorité de la population de la rivière Miramichi. Les scientifiques avaient estimé cette population à plus de 900 000 poissons, alors que cette estimation était à 300 000 l’année précédente.

C’est ce boom de population qui avait d’ailleurs poussé cette espèce en dehors de son aire habituelle de distribution. Certains spécimens avaient même remonté jusque dans les rivières à saumon du Saguenay. Il est fort à parier que cette migration massive est anecdotique et que les bars rayés qui ont fréquenté le Saguenay cet été sont encore majoritairement ceux provenant de la population introduite en 2002 dans le fleuve Saint-Laurent.

Nouveau rapport à venir

J’ai aussi demandé au ministère s’il était probable que la zone de pêche sportive du bar rayé dans le fleuve puisse être étendue jusqu’au Saguenay dans un proche avenir.

Voici la réponse : « En 2018, la majorité des spécimens de bar rayé observés dans la rivière Saguenay appartenaient à la population du fleuve Saint-Laurent, laquelle est protégée en vertu de la LEP. Or, comme les évaluations du COSEPAC n’entraînent pas automatiquement un changement de statut de l’espèce à la loi, la dernière recommandation du COSEPAC doit être évaluée par Pêches et Océan Canada qui déterminera le statut légal du bar rayé au niveau de la LEP. Ainsi, tant que la protection de l’espèce en vertu de la LEP est maintenue, il n’est pas envisagé de modifier les mesures d’exploitation ou de conservation du bar rayé du Saint-Laurent, incluant dans la rivière Saguenay. La prochaine réévaluation du statut de toutes les populations de bars rayés au Canada par le COSEPAC est envisagée pour 2022. »

Le MFFP a également fait savoir que le 6 novembre 2019, le COSEPAC a lancé un appel d’offres pour la production d’un nouveau rapport de situation couvrant toutes les populations de bars rayés au Canada. À suivre.