Les morues franches et les sébastes de moins de 20cm devraient être abondants cet hiver sur les glaces du Saguenay.

Taquinons le poisson de fond

CHRONIQUE / Les amateurs de pêche au poisson de fond dans le Saguenay peuvent laisser descendre leur ligne dans les profondeurs abyssales du fjord à compter d’aujourd’hui, le samedi 13 janvier, pour une saison de sept semaines qui se terminera le 4 mars.

Outre la gestion de l’embarquement des cabanes à pêche, laquelle constitue un casse-tête pour les autorités municipales qui voient à l’aménagement d’un des plus importants terrains de camping d’hiver au Québec, les mordus de pêche seront très heureux de taquiner le sébaste, la morue franche, la morue ogac et le flétan du Groenland (turbot) pour cette journée d’ouverture.

Les mordus aiment bien le début de saison alors que le village de cabanes n’est pas encore installé et que les glaces demeurent silencieuses. Les pêcheurs de fond se dirigent au large, vers leur secteur de prédilection sur les glaces du fjord, à pied, en motoneige ou en VTT, pour y installer une tente de pêche en toile afin d’être à l’abri du vent.

Chaque amateur connaît l’habitude des poissons et la profondeur idéale pour chaque espèce. Les leurres utilisés sont aussi variés que le nombre de pêcheurs alors que des morceaux d’éperlan constituent les appâts préférés. Les nouvelles technologies sont au rendez-vous aussi depuis quelques années. Les sonars sont de plus en plus performants et des applications informatiques comme Navionic pour téléphone intelligent tracent un portrait fidèle du fond marin du Saguenay avec des données GPS au mètre près. Les pêcheurs peuvent ainsi percer leur trou dans la glace au-dessus de structures fréquentées par les poissons. Il y a une dizaine d’années, les pêcheurs trouvaient ces spots de pêche au hasard. La chance comptait alors pour beaucoup dans les succès de pêche.

Si la saison de pêche 2018 est à l’image de l’an dernier, les morues et les sébastes risquent d’être très abondants dans les eaux du Saguenay. Les pêcheurs s’entendent pour dire que les grandes profondeurs réservent de belles surprises.

Le mystère du sébaste

Depuis que la pêche aux poissons de fond existe dans le Saguenay, le sébaste demeure toujours un mystère.

Ce poisson rouge aux yeux globuleux et aux épines très piquantes sur sa nageoire dorsale était très abondant au bout des lignes, à la fin des années 80 et au début des années 90. En 1995, il se faisait de plus en plus rare et les pêcheurs du Saguenay ont craint pendant plusieurs années qu’on protège l’espèce et qu’on interdise la pêche.

En fait, de 1980 à 2010, les pêcheurs ne capturaient plus de jeunes sébastes, on capturait seulement des sébastes adultes, une situation qui inquiétaient les spécialistes au sujet du renouvellement des populations de sébastes.

En 2013, surprise, différents relevés scientifiques du ministère des Pêches et Océans Canada (MPOC) indiquent que le golfe du Saint-Laurent est tapissé d’une couche de jeunes sébastes âgés de deux ans, donc nés en 2011. Les relevés de 2014 confirment les observations et révèlent également la présence d’une abondante classe d’âge produite en 2012.

Des analyses génétiques (combinées à d’autres observations) ont montré que le sébaste du Saguenay représente une population dont le renouvellement dépend exclusivement de l’apport de juvéniles depuis le Saint-Laurent. Au cours des dernières années, la présence de petits sébastes a été rapportée lors de la pêche récréative hivernale dans le fjord. Cette situation présage une augmentation de l’abondance de la population du fjord du Saguenay dans les prochaines années, indique le MPOC.

Les raisons expliquant le succès de ces sébastes, après plus de 30 ans d’absence de recrutement significatif dans le golfe du Saint-Laurent, sont encore inconnues. Une chose qu’on sait cependant, c’est que les pêcheurs du Saguenay sont très heureux de ce retour inespéré du sébaste qui garantit les activités de pêche pour plusieurs années, s’il n’y a pas de changement.

Selon des estimations de leur croissance par les spécialistes du MPOC, 12 % des sébastes de 2011 auraient plus de 20 cm et près de 50 % des poissons de cette cohorte devraient être de taille supérieure à 22 cm en 2018. En 2020, 51 % des poissons de la cohorte 2011 devraient être plus grands que 

25 cm, soit la taille à la maturité sexuelle. Il devrait aussi y avoir de grandes quantités de 

poissons de taille inférieure à 25 cm correspondant aux cohortes de 2011, 2012 et 2013. Les sébastes destinés à votre assiette devraient donc être plus nombreux cet hiver.

Réglementation

Rappelons que la pêche récréative au poisson de fond dans le Saguenay se pratique sans permis de pêche. Les pêcheurs peuvent prendre et garder un total de 5 poissons de fond par jour, toutes espèces confondues. Il n’y a pas de limite de possession dans vos congélateurs tant que la limite quotidienne par pêcheur est respectée. Les adeptes doivent consulter le site du ministère de Pêche et Océans Canada pour connaître les détails sur les espèces interdites. Il est bon de préciser qu’il est toujours interdit d’acheter, de vendre, d’échanger, de troquer, d’offrir d’acheter ou d’offrir pour la vente, l’échange ou le troc des poissons capturés lors de la pêche récréative.