Roger Blackburn

Moins de saumon dans les rivières

CHRONIQUE / Le ministère des Forêts de la Faune et des Parc (MFFP) a rendu public vendredi le bilan de l’exploitation du saumon au Québec pour l’année 2019.

Le Québec compte 114 rivières à saumon sur son territoire. La pêche est permise sur 76 rivières et cinq tributaires, alors que les autres cours d’eau sont trop petits pour que la pêche y soit autorisée.

Pour la saison de pêche 2019, le MFFP a dénombré 22 214 saumons adultes dans les 37 rivières à saumon où des décomptes ont été effectués. Les captures totales à la pêche sportive sont de 16 912 saumons, dont 12 686 ont été remis à l’eau (soit 75 %). Le ministère applique un taux de mortalité de 7 % lié à la remise à l’eau.

Succès de pêche

Le succès de pêche moyen incluant les remises à l’eau est de 0,24 saumon par jour-pêche. «Le bilan démontre que le plan de gestion du saumon atlantique au Québec 2016-2026 assure la conservation de la ressource en diminuant le prélèvement de grands saumons (une diminution d’environ 50%), et ce, sans nuire à la pratique de l’activité. En effet, la vente de permis et la fréquentation des rivières à saumon sont en hausse, et 2019 est l’une des meilleures années depuis 1984 », précisent les auteurs du rapport.

Rappelons que face à la baisse généralisée des stocks de saumons en Amérique du Nord, la pêche commerciale du saumon a été définitivement interdite au Québec en 2000. La ressource est maintenant partagée entre les Premières Nations et les pêcheurs sportifs.

Diminution de 15%

Seule la récolte des madeleineaux a été permise sur 56 rivières et tributaires. La remise à l’eau de tous les grands saumons était obligatoire pour l’ensemble de la saison. La récolte des grands saumons a cependant été autorisée une partie de la saison sur les rivières Saint-Jean (Gaspé), York, Dartmouth, Matane, du Gros Mécatina, Napetipi, du Vieux-Fort et Saint-Paul. Les pêcheurs sur les rivières Causapscal, Moisie, Saint-Jean (Côte-Nord) et Natashquan et sur les quatre rivières du Nord-du-Québec pouvaient conserver un grand saumon tout au long de la saison.

« L’année 2019 se caractérise par une diminution de 15 % des montaisons totales, comparativement à la moyenne quinquennale, les montaisons de madeleineaux ayant été moindres de 37 %, alors que les retours de rédibermarins sont semblables à la moyenne (+1 %). Bien que ces montaisons soient légèrement plus faibles, elles demeurent à l’intérieur de la gamme des variations interannuelles observées au cours des 20 dernières années », indique le MFFP dans son bilan annuel.

Fréquentation

Pour ce qui est de la fréquentation des rivières à saumon, les pêcheurs ont cumulé 69 086 jours-pêche en 2019. «Cela représente une hausse de 6 % par rapport à la moyenne quinquennale et l’une des meilleures années de fréquentation depuis 1984. Parallèlement à cela, la vente de permis en 2019 a atteint un nombre record et représente une hausse de 8 % comparativement aux cinq années précédentes », rapporte le ministère.

Rappelons que l’été 2019 a été marquée par un printemps tardif et de bonnes conditions de débit et de température ayant favorisé la pêche la première moitié de la saison dans la plupart des régions, alors que les faibles précipitations ont par la suite rendu les conditions de pêche plus difficiles.

+

Chiffres sur les rivières du fjord

Rivière à Mars: 19 captures, 1067 jours-pêche, 64 remises à l’eau, un succès de pêche de 0,08

Rivière Petit-Saguenay: 3 captures, 300 jours-pêche, 24 remises à l’eau, un succès de pêche de 0,09

Rivière Sainte-Marguerite: 7 captures, 1700 jours-pêche, 106 remises à l’eau, un succès de pêche de 0,08

Rivière Sainte-Marguerite Nord-Est: 0 capture, 486 jours-pêche, 78 remises à l’eau, un succès de pêche de 0,16

Rivière Saint-Jean: 10 captures, 582 jours-pêche, 64 remises à l’eau, un succès de pêche de 0,13