Roger Blackburn
Mario Dallaire, responsable de la protection de la faune pour la rivière à Mars, et la coordonnatrice Emanuelle Coulombe, surveillent la température de l’eau et la montaison des saumons.
Mario Dallaire, responsable de la protection de la faune pour la rivière à Mars, et la coordonnatrice Emanuelle Coulombe, surveillent la température de l’eau et la montaison des saumons.

La température de l’eau inquiétante pour les saumons

La saison de pêche au saumon est à peine commencée que les gestionnaires s’inquiètent de la température de l’eau avec cette chaleur qui couve sur la région depuis une semaine.

«La température de l’eau est à 22 degrés Celsius. À 23 ºC, on doit fermer la passe migratoire pour laisser les saumons dans l’eau au pied de la chute afin qu’il puisse s’oxygéner», a commenté Mario Dallaire, responsable de la protection de la faune pour la rivière à Mars, que j’ai rencontré dans la journée de jeudi près du monte-saumon.

Du jamais-vu
«On n’a jamais vu une telle situation si tôt en saison. On voit ça en juillet d’habitude quand l’eau est basse et qu’il fait chaud, mais à la mi-juin, une température de 23 degrés dans la rivière, c’est la première fois», relate celui qui oeuvre sur la rivière à Mars depuis de nombreuses années.

Avec un mercure qui indiquait 35 degrés, jeudi après-midi, les pêcheurs avaient déserté les rives sous cette chaleur accablante. C’est une donnée connue dans la littérature du saumon que le comportement du poisson peut être affecté dès que la température de l’eau monte à 23 degrés. Dans l’eau chaude, le saumon ralentit ses activités, il est plus vulnérable aux maladies et ça pourrait même avoir un impact sur la quantité des oeufs pour la reproduction.

Les gestionnaires de la rivière à Mars ont ensemencé des dizaines de milliers d’alevins la semaine dernière.

«La tolérance à la température du saumon atlantique dépend de sa taille, les saumons adultes étant moins tolérants aux températures élevées que les saumons juvéniles», indique une recherche de Pêches et Océans Canada.

L’observatoire fermé
En raison de la pandémie de COVID-19, l’observatoire de la rivière à saumon n’est pas encore accessible au public, mais de beaux spécimens se sont déjà pointé le nez. Il y avait trois saumons au pied de la passe migratoire, jeudi dernier, et un autre attendait pour monter à bord de la cage de transport.

«Un premier saumon a été capturé le 8 juin, une belle prise qui a été remise à l’eau, alors que cinq autres saumons ont été piqués par des pêcheurs qui les ont échappés», fait savoir Mario Dallaire, qui va surveiller attentivement les températures de l’eau dans les prochains jours.

En attendant, pour soutenir les populations de saumons de la rivière à Mars, les gestionnaires ont ensemencé des dizaines de milliers d’alevins entre les fosses 44 et 92, la semaine dernière. « Ce sont des alevins qui proviennent de nos saumons que nous avons transférés à la pisciculture de Tadoussac et qui ont été élevés à la pisciculture de Baldwin, en Estrie », m’informe Mario Dallaire.

Le saumonier Yannis Taderent a été le premier pêcheur à capturer un saumon dans la rivière à Mars, le 8 juin. Sa capture a été graciée et remise à l’eau.

Il s’agit de la troisième année d’un projet de réensemencement sur cinq ans, en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

«Le prime time de la pêche devrait débuter la semaine prochaine», estime Mario Dallaire, à moins que la chaleur continue de s’abattre sur la région.

+
TOLÉRANCE DU SAUMON AUX TEMPÉRATURES

Les salmonidés (truite, saumon, omble) ont généralement la plus faible tolérance thermique par rapport à de nombreux groupes de poissons. Pour les saumons atlantiques juvéniles, la température létale initiale, définie comme la température que le poisson peut tolérer pendant longtemps (habituellement sept jours), est de 27,8 ºC (Elliott, 1991). La température létale ultime pour les saumons juvéniles, définie comme la température que le poisson ne peut tolérer que pour de courtes périodes (habituellement 10 minutes), varie entre 30 et 33 ºC. La sensibilité thermique dépend de la taille, si bien que les salmonidés adultes préfèrent les températures plus basses et sont moins tolérants aux températures élevées que les saumons juvéniles (Fowler et al, 2009). Ainsi, la température létale initiale et la température létale ultime des saumons atlantiques adultes devraient être inférieures aux valeurs pour les saumons juvéniles ; la température létale initiale du saumon adulte est vraisemblablement proche de 25 ºC.
SOURCE: PÊCHES ET OCÉANS CANADA