LA BOÎTE À MOUCHE : DES COURS D’INITIATION La semaine dernière, je suis tombé sur un cours de montage de mouche à la Boutique La Boîte à mouche de Chicoutimi. Le propriétaire de la boutique et spécialiste de pêche à la mouche, Sylvain Gagnon, que l’on voit debout à l’arrière, forme des dizaines de nouveaux monteurs chaque année. Roger Blackburn

La relâche sur les glaces

CHRONIQUE / La semaine de la relâche scolaire est une excellente occasion pour la famille de se retrouver sur les glaces du fjord, du lac Saint-Jean, du lac Lamothe ou du lac Vert pour jouir des plaisirs de l’hiver avec la marmaille.

La Fondation de la faune du Québec gère un excellent programme de pêche en herbe pour initier les jeunes à la pêche, mais les meilleurs moniteurs, les personnes les mieux placées sont souvent le père ou la mère. Comme parent, vous allez ressentir une très grande satisfaction à voir briller les yeux de vos enfants quand ils auront un poisson au bout de la ligne.

Sur le site tourisme.saguenay.ca, vous trouverez la liste des principaux locateurs de cabanes à pêche sur les différents plans d’eaux de la région. Je vous ai parlé récemment de Pêche blanche au lac Saint-Jean, qui offre de beaux forfaits de pêche au doré, une aventure que les jeunes vont adorer.

Si dans votre jeunesse vous avez déjà capturé des lièvres au collet, faites vivre cette expérience à vos jeunes. Apprenez-leur à reconnaître les traces dans la neige et montrez-leur comment tendre un collet à l’aide de branches. Ils auront très hâte de se lever le lendemain matin pour enfiler leurs raquettes et partir dans le sentier pour voir si leurs pièges ont fonctionné. Apportez votre appareil photo, vous aurez des images superbes à immortaliser avec un beau grand lapin blanc dans les bras de vos jeunes.

Il faut en profiter, car c’est la dernière semaine de pêche sur les glaces, alors que la saison de pêche aux poissons de fond dans le fjord se termine le dimanche 10 mars. Le déglaçage printanier de la rivière Saguenay débutera quant à lui vers le 12 mars 2019.

La saison de pêche blanche se terminera le dimanche 10 mars alors que le déglaçage printanier de la rivière Saguenay débutera vers le 12 mars 2019.

L’Anse-Saint-Jean

La Zec L’Anse-Saint-Jean, qui gère les activités de pêche blanche sur le fjord, a décidé de ne plus entretenir le site à compter du lundi 4 mars. « Les grandes marées, l’épais couvert de neige de la saison et le mouvement des glaces nous forcent à cesser nos activités. Contrairement à la baie des Ha ! Ha ! , le village de pêche est dans le chenail du fjord et de grandes fissures font remonter l’eau à la surface », a indiqué Dany Dufour, directeur administrateur de la zec et responsable du site de pêche qui compte environ 150 cabanes à pêche.

« C’est assez rare qu’on se rende à la relâche dans notre secteur de pêche », fait valoir Dany Dufour, précisant tout de même que la pêche reste ouverte, mais que les gens qui restent avec leur cabane le font à leurs risques et périls.

Encan


La Fondation de la faune du Québec a par ailleurs fracassé un record avec des ventes de 150 223 $ dans le cadre de son encan annuel. L’organisme a mis 243 produits et forfaits de chasse et pêche .

Les fonds recueillis permettront à la Fondation de maintenir le programme Pêche en herbe qui initie les jeunes de 9 à 12 ans à la pêche sportive. Depuis 1998, la Fondation de la faune a collaboré avec les associations de chasse et pêche et les organismes sociaux pour initier plus de 300 000 jeunes avec une aide financière pour réaliser les activités de Pêche en herbe.

Accès aux plans d’eau

Un des dossiers qui risquent de brasser cet été est celui de l’accessibilité aux rampes de mise à l’eau pour naviguer sur les lacs du Québec. L’an dernier, l’Association maritime du Québec (AMQ) a apporté son soutien à l’Association des pêcheurs sportifs du Québec (APSQ) dans ses actions pour des accès équitables aux plans d’eau. Les tarifs chargés par la municipalité d’Ivry-sur-le-Lac pour accéder au lac Manitou, soit le paiement d’un montant de 150 $ par jour, par embarcation motorisée de 9.9. cv ou moins, et d’un montant de 500 $ par jour par embarcation motorisée de plus de 9.9 cv étaient jugé prohibitif.

La municipalité de L’Anse-Saint-Jean charge une tarification de 20 $ aux propriétaires de bateaux qui utilisent la rampe. L’été dernier, dans L’écho de L’Anse, on pouvait lire : « La descente de bateau au quai continuera d’être accessible pendant tout l’été, mais les propriétaires de remorque devront aller la stationner derrière l’édifice municipal. En effet, les remorques ne seront plus tolérées sur la rue Saint-Jean-Baptiste et la rue de la Providence. L’accès à la descente de bateau sera gratuit pour les résidents de L’Anse-Saint-Jean, mais ceux et celles de l’extérieur devront payer un droit d’accès de $20 ». Il ne faut pas que les rampes de mise à l’eau de la région commencent à imiter ce qui se fait ailleurs au Québec pour que l’accès à l’eau demeure accessible.