Le Centre de coupe Bruno Tremblay de Saint-Honoré est débordé par le travail en raison d’un succès exceptionnel après seulement une semaine de chasse au gros gibier. Sur la photo, le propriétaire Bruno Tremblay montre une partie des 110 carcasses suspendues dans ses chambres froides.

La récolte d’orignaux abondante

CHRONIQUE / Les centres de coupe de viande de gibier du Saguenay sont débordés après la première semaine de chasse à l’orignal sur l’ensemble du territoire. «C’est malade, c’est l’enfer.» Ce sont les mots employés par les propriétaires de centres de découpe qui affichent complet. La saison de chasse s’annonce encore très giboyeuse cet automne.

«J’ai agrandi ma chambre froide, mais je ne croyais pas que j’allais dépasser la capacité. J’ai déjà 110 bêtes d’accrochées, c’est exceptionnel, nous sommes débordés», a commenté Bruno Tremblay du Centre de coupe de Saint-Honoré.

«Je n’ai jamais vu un tel succès de chasse après seulement six jours. Avec notre équipe de bouchers et d’emballeurs, nous arrivons à sortir huit bêtes par jour et j’ai l’impression que ça n’arrêtera pas de la fin de semaine», estime celui qui débite du gibier depuis de nombreuses années.

Même son de cloche pour la Salle de débitage Tremblay et Gobeil du boulevard Saint-Jean Baptiste à Chicoutimi. «C’est l’enfer, ça ne dérougit pas. J’en ai cinq dans la cour, j’en ai rentré 30 aujourd’hui (vendredi) et on arrive à débiter de 22 à 24 bêtes par jour de 11 heures de travail», fait savoir le propriétaire Marc-André Gobeil.

«On compte de neuf à dix bouchers, cinq emballeurs et cinq personnes pour les autres tâches et ça n’arrête pas. On affiche complet et ça va être encore pire en fin de semaine, car la météo annonce des journées chaudes et les chasseurs vont vouloir remiser leur viande au frais», estime le spécialiste en débitage.

Le centre de coupe L’Oasis de la Faune de Lac-Bouchette vit la même situation et affiche complet. En cette année permissive alors que les chasseurs peuvent récolter les mâles, les femelles et les veaux, le Saguenay–Lac-Saint-Jean pourrait battre un nouveau record de récolte pour la saison 2019 qui se terminera le 18 octobre dans la zone 28 et qui regroupe l’ensemble des territoires de chasse du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Rappelons qu’en 2017, les 27 000 chasseurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean avaient récolté 4252 orignaux (1906 femelles, 2120 mâles, 312 veaux), ce qui représentait la plus forte récolte observée dans l’histoire de la chasse régionale de l’orignal. En 2015, le nombre de bêtes abattues était de 4017. Il y a eu beaucoup de chemin de fait depuis l’application du plan de gestion de l’orignal en 1994. À cette époque, les chasseurs de la région récoltaient à peine 1500 orignaux par saison.

Surveillance policière

Les chasseurs doivent montrer patte blanche en cette période de chasse au gros gibier alors que les agents de la Sûreté du Québec et les agents de la protection de la faune organisent des opérations de vérification sur le territoire.

La semaine dernière, lors d’une opération sur la zec Martin-Valin, plus de 150 véhicules ont été interceptés. «Il y a eu cinq arrestations en lien avec le permis de possession et d’acquisition d’une arme à feu, en plus de la saisie de cinq armes à feu. Les personnes arrêtées ont été libérées sur place et recevront une sommation à comparaître ultérieurement. Aussi, près d’une vingtaine de constats d’infractions furent donnés en vertu du code de la sécurité routière», a indiqué la SQ par voie de communiqué, indiquant par la même occasion qu’il y aura d’autres opérations du genre sur le territoire durant la période de la chasse.