La morue franche abonde

CHRONIQUE / Est-ce que le moratoire de 20 ans concernant la pêche à la morue franche commencerait à donner des résultats? Si on se fie aux captures réalisées ces derniers jours sous les glaces du fjord du Saguenay, soit que les populations de morues se redressent et migrent dans le fjord ou bien il y avait de nombreux spécimens endormis au fond l'eau qui ont décidé de se réveiller en même temps.
Sur les réseaux sociaux et sur les sites d'adeptes de pêche blanche sur le fjord, les mentions de capture de morues sont vraiment plus fréquentes que par les années passées. On remarque la même abondance depuis l'installation des cabanes sur la baie des Ha! Ha! D'habitude, après l'embarquement des cabanes, le succès de pêche diminue en raison du bruit et de la circulation des véhicules. Mais cet hiver le poisson de fond, surtout la morue franche, se laisse taquiner par les pêcheurs.
«C'est vraiment surprenant. En 2010 nous organisions un tournoi de pêche sur le fjord et à la fin de la saison les participants avaient enregistré environ une quarantaine de morues franches durant toute la saison. Cet hiver, il y a des pêcheurs qui ont déjà pris 40 morues à eux seuls. Certains jours des adeptes font leur quota de poisson de fond avec cinq morues franches, ça fait longtemps qu'on n'a pas vu ça», confirme Remi Aubin de l'Accomodation des 21 à La Baie qui accueille de nombreux pêcheurs dans la boutique de chasse et pêche.
Le commerçant fait savoir qu'il entend de nombreuses histoires de pêcheurs qui se font dérouler le contenu de leur moulinet dans les profondeurs du fjord par des poissons de grandes tailles. Ce n'est pas rare non plus de voir des morues franches de cinq à dix livres (deux à quatre kilos). «On a commencé à voir arriver de la morue franche au bout des lignes l'an passé, mais cette année ça dépasse tout ce qu'on aurait pu espéré», laisse tomber Rémi Aubin qui avoue faire des affaires d'or avec la pêche blanche cette année.
Si des photos de pêche miraculeuse continuent de circuler sur les réseaux sociaux, il y a fort à parier que les pêcheurs des petits poissons des chenaux à Sainte-Anne-de-la-Pérade se lassent de leurs petits menés et décide de réserver des cabanes à pêche dans les fins de semaine à venir. L'abondance des prises nous permet d'espérer revenir à la qualité de pêche des années 80 dans le fjord du Saguenay.
Peut-être que la Sépaq va rouvrir la pêche aux poissons de fond sous les glaces de la Baie Éternité. 
La société d'État pourrait ainsi recommencer la location des cabanes à pêche et des chalets de villégiature qui sont fermés l'hiver depuis 2003. Il me semble que ça pourrait remettre un peu de vitalité dans le village des crèches.