Roger Blackburn
Le promoteur du Salon Expo nature, Robert Ferland, a dû annuler tous ses événements, dont celui du Pavillon sportif de l’UQAC.
Le promoteur du Salon Expo nature, Robert Ferland, a dû annuler tous ses événements, dont celui du Pavillon sportif de l’UQAC.

Feu vert au poisson de fond dans le fjord du Saguenay

CHRONIQUE / Le ministère de Pêche et Océans Canada nous annonce que la saison de pêche récréative au poisson de fond dans le fjord du Saguenay se déroulera du 11 avril au 27 septembre 2020 avec une limite de prise quotidienne de cinq poissons de fond par jour par pêcheur, toutes espèces confondues, sauf les espèces interdites.

Des amateurs de pêche aux poissons de fond vont donc se retrouver sur l’eau du Saguenay alors que la saison de pêche aux ombles (truite de mer) débutera le 16 mai. La pêche aux poissons de fond ne se fait pas à gué, faut-il le rappeler.

Il n’y a pas présentement de contre-indication, au Québec, en ce qui concerne les activités de pêche sportive sauf les interdictions gouvernementales en vigueur et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) en a fait état la semaine dernière dans un communiqué.

« Les dates pour l’ouverture des saisons de chasse et de pêche sont maintenues. Nous tenons toutefois à rappeler aux amateurs de chasse et de pêche que les directives et les recommandations de la Direction nationale de la santé publique visant à contrôler l’épidémie de COVID-19 doivent être respectées tout au long des prochaines semaines. Les pêcheurs et les chasseurs doivent ainsi se conformer en tout temps à ces directives et recommandations, notamment :

• Éviter de se déplacer d’une région ou d’une ville à l’autre, sauf en cas de nécessité. Les déplacements en lien avec les loisirs ne sont pas considérés « nécessaires » ;

• Interdiction de se rassembler à l’intérieur ou à l’extérieur ;

• Maintenir en tout temps une distance de 2 mètres entre les individus ;

• Interdiction de camper dans les zones d’exploitation contrôlée (zecs).

La réglementation encadrant les activités de chasse et pêche continue de s’appliquer. »

En clair ça veut dire qu’un adepte d’Alma, de Falardeau ou de Saint-Félix d’Otis ne pourrait pas se rendre à la rampe de mise à l’eau à La Baie pour pratiquer la pêche au poisson de fond, car les déplacements en lien avec les loisirs ne sont pas considérés « nécessaires » jusqu’au 4 mai.

La pêche n’est pas encore annulée

Présentement, au Québec, rappelons que la Sépaq a dû fermer l’accès aux parcs nationaux, aux réserves fauniques et aux établissements touristiques jusqu’à nouvel ordre. Dans certains États américains, l’Illinois, Washington et le Nebraska, la saison de chasse et de pêche a été annulée, selon le Réseau veille tourisme Québec. Selon le journal L’Express, la saison de pêche à la truite en France est concernée par les mesures de restriction afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

Selon l’évolution de la situation, le ministre du MFFP, Pierre Dufour, se réserve le droit de revoir les décisions relatives à la chasse, à la pêche ou au piégeage afin de respecter les directives gouvernementales en lien avec la COVID-19. Rappelons que les permis de chasse, de piégeage ou de pêche ne sont pas disponibles sur Internet. « Toutefois, ils sont vendus par près de la moitié des agents de vente sur les 1100 habituellement disponibles, dont plusieurs détiennent des commerces qui font partie des services essentiels (épiceries, dépanneurs, stations-service et autres) », indique le ministère.

Dur coup pour l’industrie

Ce printemps de confinement aura des impacts majeurs pour les boutiques de chasse et pêche et les concessionnaires de loisirs motorisés. Le promoteur du Salon Expo nature de Chicoutimi, Robert Ferland, a dû annuler tous ses événements en province, dont l’Expo nature qui devait se tenir au Pavillon sportif de l’UQAC du 2 au 5 avril.

« J’ai annulé les salons Expo nature de Chicoutimi, de Rimouski et de Lévis ainsi que le Salon de l’habitation de Drummondville. J’ai remboursé tous les exposants qui avaient déjà payé leur espace de kiosque et je vais encaisser des pertes importantes. Tous les événements étaient prêts, la programmation, les activités d’animation, etc. J’avais commencé à faire des campagnes de publicité, et j’avais fait des dépôts pour la réservation des salles », explique le promoteur qui se montre inquiet pour ses exposants.

« Ce ne sera pas facile pour l’industrie du plein air, de la chasse et de la pêche. Les pourvoyeurs reçoivent de nombreuses annulations et les concessionnaires de bateau et de VTT sont tous fermés temporairement », explique le promoteur qui promet être de retour le printemps prochain avec ses événements.