Des équipes du Parc national du Fjord-du-Saguenay, de la station piscicole gouvernementale de Tadoussac du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) ainsi que de la municipalité de Tadoussac et des bénévoles ont organisé le nettoyage de l’affluent principal du lac de l’Anse à l’Eau cet automne.

Cessons de considérer nos rivières comme des poubelles

CHRONIQUE / Des bénévoles et des employés du parc national du Fjord-du-Saguenay ont organisé une opération nettoyage cet automne pour assainir le ruisseau du lac de l’Anse à l’Eau à Tadoussac. En quelques heures d’intervention, sur un tronçon de moins de 500 mètres, les participants ont ramassé une quantité impressionnante de déchets.

Dans le bulletin d’information du parc, on fait état d’une soixantaine de pneus, d’objets en métal, de la styromousse, du plastique, des bidons, un réservoir d’huile, un matelas et un moteur six cylindres qui ont pris le chemin du dépotoir.

Deux carcasses de voiture ont également été trouvées, mais elles n’ont pas pu être récupérées. Les organisateurs de l’opération estiment le poids des déchets récoltés à au moins quatre tonnes. Cette mobilisation a été organisée grâce à l’implication des équipes du parc national du Fjord-du-Saguenay, de la station piscicole gouvernementale de Tadoussac du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), de la municipalité de Tadoussac et de bénévoles.

« Depuis 2018, les trois organisations travaillent de pair afin de garantir à long terme la qualité de l’eau du lac de l’Anse à l’Eau et de son bassin versant. Ce lac, prisé par les estivants et les habitants de Tadoussac, est essentiel à l’approvisionnement en eau douce de la station piscicole gouvernementale de Tadoussac (SPGT), qui assure la production pour le Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026 du MFFP. Il vise à assurer la conservation et la mise en valeur durable des populations du saumon atlantique, et ce, au niveau provincial. La qualité de l’eau du lac de l’Anse à l’Eau a une grande incidence sur la production piscicole de Tadoussac et la contribution de tous est primordiale », indique la Sépaq dans un bulletin de nouvelles.

Je lève mon chapeau à tous ces gens qui s’activent à nettoyer nos cours d’eau, mais je suis toujours découragé de constater les quantités énormes de déchets qu’on y retrouve.

J’ai les mêmes haut-le-coeur quand des plongeurs nettoient le fond du Saguenay au bout des quais sur chaque rive du fjord. Que ce soit à Sainte-Rose-du-Nord ou à Petit-Saguenay, les nettoyeurs de nos rivières ramènent des centaines de kilos de cochonneries à la surface.

Changer les mentalités

J’ai de la difficulté à m’expliquer comment un individu peut jeter des pneus dans l’eau sans avoir un pincement au coeur. J’espère qu’un jour, on finira par nettoyer tout ça et qu’on cessera de considérer nos rivières comme des poubelles.

J’ai grandi à une époque où les gens vidaient les cendriers de voiture sur les stationnements, jetaient leurs déchets par la fenêtre de leur voiture, laissaient descendre au fond des lacs leur canette de bière et vidaient des galons de peinture à l’huile dans l’évier de la cuisine. Il y avait des dépotoirs à ciel ouvert un peu partout dans les boisés. Les usines et les villes déversaient leurs produits toxiques dans les rivières, où des billes de bois flottaient pendant tout l’été.

Nous avons réussi en 50 ans à éliminer le flottage du bois, à endiguer les dépotoirs à ciel ouvert et à éduquer les gens à ramasser leurs cochonneries. Je reste étonné de ce qu’on retrouve encore aujourd’hui lors des corvées de nettoyage. Nous avons encore du chemin à faire pour protéger nos rivières. Il y a encore trop de déversements d’eaux usées dans nos cours d’eau. Des dizaines de municipalités déversent encore des dizaines de milliers de litres d’eaux usées dans nos cours d’eau et cela est inacceptable en 2019 ; il faut que ça cesse.

De nombreux gestes ont été posés au cours des dernières années et il faut continuer à intervenir pour protéger nos cours d’eau. La protection des bandes riveraines et la végétalisation sont de beaux exemples des efforts récents déployés dans les municipalités et les organismes de bassin versant font un travail extraordinaire. En attendant la prochaine corvée de nettoyage, ne vous gênez pas pour sensibiliser les gens autour de vous qui n’ont pas encore compris l’importance de protéger nos sources d’eau potable.