Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
De la truite quatre saisons

Chasse et pêche

De la truite quatre saisons

CHRONIQUE / En plus des saumons, la rivière Sainte-Marguerite, à Sacré-Coeur, possède une importante population de truites de mer. D’ailleurs, du 16 septembre au 15 octobre, les pêcheurs peuvent profiter d’une saison de pêche automnale réservée à la truite de mer. Toute l’information est disponible sur le site rivieresainte-marguerite.com.

La directrice générale de l’Association de la rivière Sainte-Marguerite, Valérie Maltais, rappelle que la tarification est différente en automne, pour la truite, et que les tarifs sont de 25 $ par jour pour les non-membres et de 20 $ par jour pour les membres. Les adeptes peuvent s’enregistrer en ligne ou remplir les formulaires d’auto-enregistrement à l’entrée du site de Bardsville et au poste d’accueil de la zec.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Monsieur Jigg pêche sur le fjord

Chasse et pêche

Monsieur Jigg pêche sur le fjord

CHRONIQUE / J’ai fait ma première sortie de pêche au poisson de fond sur l’eau du fjord, cette semaine, en compagnie du guide et pourvoyeur Ronald Gauthier, de La Baie, mieux connu sous le nom de Monsieur Jigg. Ça fait longtemps que ce vieil ami me tend la main pour vivre cette expérience totalement différente de la pêche hivernale.

J’ai découvert, lors de cette magnifique sortie en bateau, que ce n’est pas n’importe qui qui peut se mesurer au fjord en termes de navigation... et surtout pas n’importe comment. Ronald Gauthier a tout ce qu’il faut pour des expéditions de pêche sur le Saguenay, en commençant par son bateau, un Kingfisher qui affronte la vague sans aucun problème. Son embarcation est même dotée de sièges anti-vagues sur des ressorts, pour absorber les chocs. Nous en avons eu grandement besoin quand nous avons traversé le fameux bras du Saguenay, où se rencontrent la baie des Ha ! Ha ! et la rivière.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Recherches de nuit sur l’éperlan du Saguenay

Chasse et pêche

Recherches de nuit sur l’éperlan du Saguenay

CHRONIQUE / Le bureau régional du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) poursuit ses études sur les populations d’éperlans dans le Saguenay. Depuis quelques jours, le bateau scientifique de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), le Boréalis, navigue dans le fjord et la rivière pour capturer des éperlans qui prendront la direction des laboratoires de la Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées.

« C’est un projet de recherche qui a commencé en 2018. On fait le suivi de cette espèce de poisson-fourrage qui joue un rôle important dans l’alimentation des autres espèces qui fréquentent le Saguenay », explique la biologiste Amélie Bérubé.

Pêcher le saumon: plus accessible qu’il n’y paraît

Chasse et pêche

Pêcher le saumon: plus accessible qu’il n’y paraît

Roger Blackburn
Roger Blackburn
Le Quotidien
CHRONIQUE / « C’est beaucoup plus accessible que je croyais ». C’est en ces termes que se sont exprimés Maxime Brassard et Marilou Blackburn-Boulianne lors de leur initiation de pêche au saumon sur la rivière à Mars, dernièrement.

Ça fait longtemps que ma fille et son conjoint veulent s’initier à la pêche au saumon et je n’ai pas la patience ni les compétences d’un guide professionnel pour ce genre de mission.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
« Le vrai visage du tir sportif »

Chasse et pêche

« Le vrai visage du tir sportif »

CHRONIQUE / Des propriétaires d’armes à feu du Club de tir le Faucon de Shipshaw ont voulu sortir du placard, cette semaine, en invitant les membres des médias régionaux à visiter leurs installations et à tirer avec des armes.

Selon le bilan routier de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), l’an dernier, 333 personnes sont mortes sur les routes du Québec. «Vous vous êtes tous déplacés en voiture pour vous rendre ici et on sait que c’est dangereux de rouler en voiture. Mais [il] y a personne qui se lève le matin en disant je vais prendre ma voiture pour tuer quelqu’un aujourd’hui», lance l’instigateur de la rencontre de sensibilisation, Alain Maltais, pour faire une analogie avec les armes à feu.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Les saumons en refuges thermiques

Sports

Les saumons en refuges thermiques

La Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA) nous informait cette semaine que le début de saison de pêche au saumon était époustouflant sur plusieurs rivières partout au Québec.

« Montaisons abondantes, taux de fréquentation plus qu’intéressants, gros spécimens dénombrés dans les rivières ; c’est une année qui commence en force. Malgré les incertitudes toujours présentes – en raison de la pandémie – tout porte à croire que les Québécois sont bien présents sur nos rivières. Il s’agit d’une excellente nouvelle », fait part la directrice générale de la (FQSA), Myriam Bergeron.

Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Guillaume Roy
Plus de 1000 dorés par semaine !

Chasse et pêche

Plus de 1000 dorés par semaine !

CHRONIQUE / Quand on goûte au succès de pêche dans les lacs du Saguenay–Lac-Saint-Jean, on y retourne année après année. Après avoir tenté plusieurs destinations, c’est le constat qu’ont fait un groupe d’amis venus passer quelques jours au Domaine Poutrincourt récemment. Un lac où l’on peut pêcher plus de 1000 dorés par semaine !

À la fin juin, de vieux amis du secondaire m’ont contacté pour me dire qu’ils venaient pêcher au Domaine Poutrincourt, une pourvoirie qui se situe au nord du Lac-Saint-Jean, à mi-chemin entre Saint-Félicien et Chibougamau. À défaut de pouvoir me libérer plusieurs jours, j’ai tout de même pris une journée de congé pour aller taquiner le doré avec eux dans les eaux poissonneuses de la grande forêt boréale, sur un domaine de pêche exclusif. Et je n’ai pas été déçu.

À vos hameçons!

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
La température de l’eau inquiétante pour les saumons

Chasse et pêche

La température de l’eau inquiétante pour les saumons

La saison de pêche au saumon est à peine commencée que les gestionnaires s’inquiètent de la température de l’eau avec cette chaleur qui couve sur la région depuis une semaine.

«La température de l’eau est à 22 degrés Celsius. À 23 ºC, on doit fermer la passe migratoire pour laisser les saumons dans l’eau au pied de la chute afin qu’il puisse s’oxygéner», a commenté Mario Dallaire, responsable de la protection de la faune pour la rivière à Mars, que j’ai rencontré dans la journée de jeudi près du monte-saumon.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Une ouverture compliquée pour les pourvoyeurs

Chasse et pêche

Une ouverture compliquée pour les pourvoyeurs

Les pourvoiries du Québec procéderont à une reprise partielle de leurs activités à compter du 1er juin. Les aubergistes de la chasse et de la pêche devront cependant se conformer aux mesures sanitaires exigées par la Santé publique qui sont très restrictives pour ce secteur d’activité.

Les pourvoyeurs s’affairent présentement à préparer leurs installations pour recevoir la clientèle. La liste de conformité de la Santé publique est très longue alors que tout doit être nettoyé avec du désinfectant. La clientèle qui dormira en chalet doit impérativement le faire dans le respect des consignes de la santé publique. Ainsi, dans tous les cas, seules les personnes de la même unité familiale pourront pour le moment accéder aux hébergements.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Les zecs se préparent

Chasse et pêche

Les zecs se préparent

CHRONIQUE / Le gouvernement a annoncé dernièrement que les activités de plein air, de pêche à la journée dans les parcs et réserves fauniques ainsi que les zecs pouvaient commencer à partir du 20 mai, sauf pour les activités de camping.

Cette semaine, les employés des zecs ont commencé à préparer les postes d’accueil en vue de l’ouverture et les dates varient selon les territoires. Les usagers doivent s’informer auprès de leur gestionnaire des territoires.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
L’endroit idéal pour respecter la distanciation

Chasse et pêche

L’endroit idéal pour respecter la distanciation

CHRONIQUE / La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) annonce qu’elle va procéder à une réouverture partielle et progressive de ses territoires et de ses activités à partir du 20 mai. Les amants de la nature avaient bien hâte de pouvoir enfin profiter de nos grands espaces.

Ce retour à la nature dans les parcs nationaux et les réserves fauniques devra cependant se faire dans le respect des consignes de la Santé publique. L’accessibilité sera réduite au départ, mais permettra aux amoureux de nature de retrouver ces territoires exceptionnels.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Le lac Saint-Jean confiné par les glaces

Chasse et pêche

Le lac Saint-Jean confiné par les glaces

CHRONIQUE / L’ouverture de la saison de pêche à la ouananiche s’est faite sous la neige, sur un lac gelé avec un bas niveau d’eau. On aurait dit que le lac Saint-Jean était confiné par les glaces dans ce contexte de pandémie de coronavirus. Quelques petites embarcations seulement se sont aventurées dans l’embouchure des rivières où des dizaines de pêcheurs exerçaient leurs lancers dans une eau glaciale.

Il y avait quelques valeureux pêcheurs, habillés comme en hiver, à gué sur les rives du lac, à l’embouchure de la rivière Métabetchouane à Desbiens, mais il n’y avait pas de ouananiche de capturée lors de mon passage dans le secteur.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Ouverture de la pêche à la ouananiche

Chasse et pêche

Ouverture de la pêche à la ouananiche

CHRONIQUE / L’ouverture de la pêche à la ouananiche sur le lac Saint-Jean aura lieu comme prévu le vendredi 8 mai, malgré la pandémie de COVID-19... et la présence d’un couvert de glace important.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) rappelle aux pêcheurs qu’ils doivent se conformer en tout temps aux directives et recommandations de la direction nationale de la Santé publique visant à endiguer l’épidémie de COVID-19, notamment « éviter de se déplacer d’une région ou d’une ville à l’autre, sauf en cas de nécessité. Les déplacements en lien avec les loisirs ne sont pas considérés comme nécessaires ».

Un printemps silencieux idéal pour écouter les oiseaux

Sports

Un printemps silencieux idéal pour écouter les oiseaux

En pleine période de confinement de COVID-19, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) multiplie les actions et les démarches pour intéresser les gens à la faune en plaçant en ligne des liens et des jeux éducatifs.

L’observation des oiseaux autour de la maison fait partie des activités qui ont connu beaucoup de popularité durant le mois d’avril, notamment avec le programme Des oiseaux à la maison du Regroupement QuébecOiseaux.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Les pêcheurs gardent espoir pour la prochaine saison

Chasse et pêche

Les pêcheurs gardent espoir pour la prochaine saison

C’est l’ouverture de la pêche à l’omble de fontaine (truite mouchetée) le vendredi 24 avril, dans une semaine. Jusqu’à maintenant, il n’y a aucune mesure restrictive concernant la pêche sportive, sauf celles mises en place par la Santé publique.

Depuis quelques jours, le gouvernement du Québec publie des annonces publicitaires concernant la santé mentale et il se trouve plusieurs amateurs de pêche sur les réseaux sociaux pour faire valoir le fait que la pêche sportive est essentielle à la santé mentale des amateurs.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Feu vert au poisson de fond dans le fjord du Saguenay

Chasse et pêche

Feu vert au poisson de fond dans le fjord du Saguenay

CHRONIQUE / Le ministère de Pêche et Océans Canada nous annonce que la saison de pêche récréative au poisson de fond dans le fjord du Saguenay se déroulera du 11 avril au 27 septembre 2020 avec une limite de prise quotidienne de cinq poissons de fond par jour par pêcheur, toutes espèces confondues, sauf les espèces interdites.

Des amateurs de pêche aux poissons de fond vont donc se retrouver sur l’eau du Saguenay alors que la saison de pêche aux ombles (truite de mer) débutera le 16 mai. La pêche aux poissons de fond ne se fait pas à gué, faut-il le rappeler.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Moins de saumon dans les rivières

chasse et pêche

Moins de saumon dans les rivières

CHRONIQUE / Le ministère des Forêts de la Faune et des Parc (MFFP) a rendu public vendredi le bilan de l’exploitation du saumon au Québec pour l’année 2019.

Le Québec compte 114 rivières à saumon sur son territoire. La pêche est permise sur 76 rivières et cinq tributaires, alors que les autres cours d’eau sont trop petits pour que la pêche y soit autorisée.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Remise à l’eau obligatoire des dorés de 47 cm et plus dans le lac Saint-Jean

Chasse et pêche

Remise à l’eau obligatoire des dorés de 47 cm et plus dans le lac Saint-Jean

CHRONIQUE / Les dorés de 47 centimètres et plus devront obligatoirement être remis à l’eau dans le lac Saint-Jean lors de la prochaine saison de pêche. C’est l’information qu’on découvre dans la nouvelle réglementation du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui a été mise en ligne cette semaine.

« C’est une bonne nouvelle, nous avions déjà demandé aux pêcheurs de le faire sur une base volontaire, l’an dernier, et nous avons eu une bonne collaboration. Maintenant, c’est une mesure réglementaire et tous devront le faire », commente Marc Archer, directeur général de la Corporation LACtivité pêche (CLAP) au Lac-Saint-Jean.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Chasseurs et pêcheurs vieillissants

Chasse et pêche

Chasseurs et pêcheurs vieillissants

CHRONIQUE / Le réseau des 63 zecs de chasse et pêche du Québec a publié cette semaine les résultats d’une étude sur la valeur économique de ces territoires pour l’ensemble du Québec. Bien que les retombées économiques des activités pratiquées sur ces territoires sont considérables, des tendances à la baisse se manifestent sur le plan de la récolte de gibier et de la fréquentation.

Les zecs semblent cependant mieux s’en tirer que l’ensemble des activités ailleurs en province. Selon cette étude, les activités de pêche pratiquées dans le réseau des zecs rapportent plus de 9,8 millions $ par année, les activités de chasse génèrent 3,7 millions $ et les autres activités récréotouristiques rapportent 4,3 millions $, pour un total de 17,8 millions $ par année.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Pêche blanche sur la Zec Onatchiway

Chasse et pêche

Pêche blanche sur la Zec Onatchiway

CHRONIQUE / La Zec Onatchiway ouvre une saison de pêche blanche à la truite sur 21 lacs répartis un peu partout sur son territoire poissonneux au coeur des monts Valin. Ce projet pilote qui s’étend du 29 février au 29 mars offre aux amateurs de pêche de vivre une expérience de pêche extraordinaire sur des lacs accessibles uniquement en motoneige.

« C’est une demande des membres qui a été faite lors de notre dernière assemblée générale. Nous avons par la suite entrepris des démarches avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour identifier sur la zec quels sont les lacs qui ont des quotas de 1000 truites et plus et que moins de 50 % des prises ont été capturées en période estivale », explique Denys Gilbert, président de la Zec Onatchiway.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Le meilleur est à venir au lac

Chasse et pêche

Le meilleur est à venir au lac

CHRONIQUE / Les plus belles journées de pêche de l’hiver sont à venir sur les glaces du lac Saint-Jean. « Il reste encore une quarantaine de jours au calendrier et depuis les 10 dernières années nous n’avons jamais retiré nos cabanes avant le 31 mars », assure Charles Dufour de la Pourvoirie Pêche blanche sur le lac.

« Depuis l’ouverture de la saison hivernale, le 20 décembre, on ne peut pas dire que c’est notre meilleure saison. Nous avons fait des sapristies de belles pêches certaines journées, alors que d’autres fois nous avons fait patate », avoue humblement le spécialiste de pêche d’hiver au lac.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Gardez les petits sébastes

Chasse et pêche

Gardez les petits sébastes

CHRONIQUE / La saison de pêche aux poissons de fond va bon train sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! Les histoires de poissons géants qui cassent des lignes sont nombreuses et les photos de belles morues franches et de flétans de grande taille remis à l’eau alimentent les pages Facebook et les réseaux sociaux.

C’est cependant le phénomène des petits sébastes qui retient l’attention cet hiver. Comme ils sont trop petits, les pêcheurs ont tendance à les remettre à l’eau pour continuer de pêcher en espérant des poissons plus gros dans leur quota de cinq poissons de fond par jour.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Des programmes généreux de chasse et pêche

Chasse et pêche

Des programmes généreux de chasse et pêche

CHRONIQUE / Les programmes de Pêche d’hiver et Chasseurs généreux continuent de gagner en popularité partout au Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Dernièrement, la fondation Héritage faune a reçu du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs un montant de 50 000 $ pour financer 19 projets, sur 42 demandes.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
La chaire de recherche fête ses dix ans

Chasse et pêche

La chaire de recherche fête ses dix ans

CHRONIQUE / En dix ans, la Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) nous aura permis d’en savoir un peu plus sur nos poissons de pêche récréative. Créée en 2010 grâce à l’argent amassé avec le coût des permis de pêche, elle aura donné à son titulaire, Pascal Sirois, l’occasion de mener à bien plusieurs projets de recherches sur des espèces d‘ici comme l’omble de fontaine, l’éperlan arc-en-ciel, la ouananiche, le sébaste, le bar rayé et, plus récemment, sur les poissons-fourrage du lac Saint-Jean.

« Nos recherches sont souvent guidées par les mêmes intentions, c’est-à-dire la volonté d’acquérir des connaissances pour donner des outils aux gestionnaires afin de cibler des actions à savoir s’ils doivent faire des aménagements, de la restauration ou de la protection », explique Pascal Sirois, que j’ai rencontré dans son bureau au 4e étage de l’UQAC.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Des locateurs de cabanes soulagés

CHASSE ET PÊCHE

Des locateurs de cabanes soulagés

CHRONIQUE / Les locateurs de cabanes à pêche sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! avaient hâte d’embarquer leurs cabanes pour répondre à la demande de la clientèle.

« Ça fait deux fins de semaine qu’on manque. Les clients qui avaient réservé des cabanes étaient déçus, il fallait annuler leur réservation. On pouvait se débrouiller avec des tentes pour les accommoder, mais ce n’est pas le confort d’une cabane », explique Mélanie Davis, de l’entreprise Pêche aventures Saguenay, que j’ai rencontrée sur les glaces du fjord, vendredi matin, sous un super soleil qui illuminait le site.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Glaces instables sur le Saguenay

CHASSE ET PÊCHE

Glaces instables sur le Saguenay

CHRONIQUE / La question la plus posée à La Baie ces derniers jours c’est : « Quand est-ce qu’on embarque les cabanes ? » L’organisme Contact Nature, qui gère les activités sur les villages de glace, a émis un communiqué vendredi indiquant qu’aucune date n’a encore été établie pour l’ouverture des villages de pêche blanche.

Les pêcheurs s’impatientent un peu, mais composent avec les aléas de dame Nature. Ville de Saguenay et Contact Nature se retrouvent face à un nouveau phénomène cet hiver et à une nouvelle gestion de risques. Même si l’épaisseur de la glace dans les villages de pêche a atteint la moyenne sécuritaire de 12 pouces (30 cm) pour l’embarquement des cabanes sur la baie des Ha ! Ha !, il y a beaucoup de secteurs à l’eau claire dans le Saguenay, ce qui rend la glace instable.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Déjà le temps de rêver à la ouananiche en rivière

chasse et pêche

Déjà le temps de rêver à la ouananiche en rivière

CHRONIQUE / Pendant que les amateurs de pêche aux poissons de fond attendent impatiemment que les glaces épaississent pour installer leur cabane à pêche sur le Saguenay, les pêcheurs à la mouche commencent déjà à rêver de leurs expéditions sur les rivières du lac Saint-Jean.

Il vous reste en effet encore quelques semaines pour vous inscrire au tirage au sort présaison pour la pêche à la ouananiche en rivière dans les tributaires du lac Saint-Jean. La Corporation LACtivité pêche (CLAP) recevra les inscriptions, en ligne ou par la poste, jusqu’au lundi 17 février dans le but d’attribuer les 1134 perches disponibles sur les quatre rivières à ouananiche du lac.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Des glaces à surveiller en 2020

Chasse et pêche

Des glaces à surveiller en 2020

CHRONIQUE / « Des cabanes à la dérive » : ce n’est pas le genre de manchette qu’on aime lire en une du journal quand on veut faire de la pêche blanche à La Baie un produit d’appel touristique international. Des cabanes à la dérive sur une plaque de glace n’ont rien d’invitant pour les touristes qui voudraient vivre ce genre d’expérience.

Le groupe Contact Nature, qui gère les activités entourant la pêche sous la glace sur la baie des Ha ! Ha !, ne peut rien faire contre ces images négatives, qui sont la conséquence des gestes téméraires commis par des pêcheurs audacieux ou par d’autres qui ignorent les risques de dérive des glaces en début de saison.

Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
2019, l’année des plans de gestion

Chasse et pêche

2019, l’année des plans de gestion

CHRONIQUE / L’année 2019 dans le domaine de la chasse et de la pêche a été marquée par le lancement de cinq plans de gestion de la part du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), ce qui générera de nouvelles modalités de chasse, de pêche et de piégeage, dès la saison 2020, pour le cerf de Virginie, l’ours noir, le dindon sauvage, l’omble de fontaine et le touladi.

Celui qui a retenu notre attention est celui de l’omble de fontaine, qui est « le poisson le plus pêché au Québec et l’espèce privilégiée de la relève », selon le ministère. Le plan de gestion de l’omble de fontaine est somme toute constitué de bonnes intentions, mais n’indique rien de concret, si ce n’est que l’on gagne une semaine de plus en fin de saison. Le ministère indique que « le plan propose une variété d’actions pour protéger et augmenter la productivité naturelle des populations, tout en adaptant l’exploitation à l’état des stocks. En effet, plus de 50 % des populations sont en état de surexploitation. Le plan a donc également pour but d’améliorer la qualité de la pêche et d’assurer le maintien des retombées économiques de cette espèce emblématique de la pêche récréative au Québec », sans pour autant préciser qu’elles sont ces mesures et ces interventions. Il faudra attendre au cours des prochaines années pour en savoir plus.