Ancien attaquant des Saguenéens, le Félicinois Charles Tremblay, qui vient tout juste d’avoir 19 ans, a été invité au Championnat mondial de hockey junior A, avec Équipe Canada Est, du 7 au 15 décembre, à Dawson Creek, en Colombie-Britannique.

Charles Tremblay avec Équipe Canada Est

Le Félicinois Charles Tremblay connaît une première saison du tonnerre avec le Collège français de Longueuil, dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec. L’ancien attaquant des Saguenéens, qui vient tout juste d’avoir 19 ans, a été récompensé avec une invitation au Championnat mondial de hockey junior A, avec Équipe Canada Est, du 7 au 15 décembre, à Dawson Creek, en Colombie-Britannique.

Le tournoi regroupera cinq équipes, dont Canada Ouest, ainsi que les États-Unis, la République tchèque et la Russie. Les 22 joueurs retenus ont été sélectionnés au sein de cinq circuits de l’Est junior A, soit la Ligue de hockey des Maritimes (MHL), la Central Canada Hockey League (CCHL), la Ligue de Hockey Junior AAA du Québec (LHJAAAQ), l’Ontario Junior Hockey League (OJHL) et la Northern Ontario Junior Hockey League (NOJHL), sous la direction de l’entraîneur-chef Martin Dagenais et du directeur des activités, Mark Grady.

Charles Tremblay avait été convié au camp d’entraînement d’Équipe Canada Est plus tôt ce mois-ci, lui qui se retrouve au deuxième rang des marqueurs du circuit provincial, avec 55 points, dont 19 buts, derrière son compagnon de trio Tristan Lamothe, âgé de 20 ans, donc trop vieux pour la compétition internationale. Son autre partenaire, Jérémy Laframboise, un ancien des Remparts de Québec, l’accompagnera en Colombie-Britannique, lui qui a cumulé le même nombre de points. Le défenseur Philippe Chapleau complète le trio.

« Ça va vraiment bien », note Charles Tremblay, qui montre également un impressionnant différentiel de +39, lors d’un entretien téléphonique quelques minutes avant de participer à une conférence téléphonique avec les autres membres de l’équipe, ainsi qu’avec les dirigeants, en début d’après-midi.

« C’est sûr que je joue avec deux joueurs de calibre supérieur. Ça facilite les choses et on se complète bien. Offensivement, on crée vraiment de bonnes choses et défensivement, on est également responsables », poursuit l’ailier, soulignant la chimie au sein de la formation longueuilloise, qui n’a qu’une seule défaite en 22 matchs, dont 15 victoires de suite.

« Je suis arrivé ici et je ne connaissais personne. Après une semaine, on aurait dit que ça faisait des années que je les connaissais. Notre esprit d’équipe est probablement le meilleur que j’ai vu dans une équipe depuis que je joue. Avec un nouveau personnel, on a un nouveau système de jeu et tout le monde s’est bien ajusté. C’est ce qui fait en sorte qu’on est sur une séquence de victoires incroyable », souligne Charles Tremblay.

Équipe Canada Est n’a jamais remporté les grands honneurs de cet événement, ayant perdu en finale à cinq occasions, dont la plus récente en 2016.

« À la base, on est un peu les négligés du tournoi. Je le vois comme une expérience de vie et de hockey. Je veux me faire des amis et apprendre là-dedans. Mon but, c’est de bien représenter le Canada, ainsi que le Collège français, le mieux que je peux. Je me suis toujours dit que mes meilleurs matchs de hockey, je les disputais quand j’avais du plaisir. Rendu là-bas, j’ai juste à avoir du plaisir et le reste va venir », d’annoncer celui qui a également porté les couleurs des Élites de Jonquière dans le midget AAA.

+

LE PLAISIR RETROUVÉ DU HOCKEY

Charles Tremblay a retrouvé le plaisir de jouer au hockey, au cours des deux dernières années, d’abord dans le junior AA avec les Éperviers de Normandin, l’an dernier, et cette saison avec le Collège français de Longueuil. 

Le choix de 7e ronde des Saguenéens de Chicoutimi en 2017 avait terminé la saison 2017-2018 dans la Ligue de hockey junior majeur, mais avait obtenu peu de temps de jeu dans les 24 rencontres où il a été en uniforme, n’obtenant que trois points. Charles Tremblay s’est tout de même présenté au camp d’entraînement la saison suivante, mais le coeur n’y était plus. Il a donc décidé de quitter de son propre chef. 

« Des fois dans la vie, on dit qu’on doit faire un pas en arrière pour en faire deux par en avant. Je regarde ça et je me suis dit que j’en ai fait un par-derrière pour quatre par en avant », avance-t-il.

« Dans le junior majeur, ç’avait été dur sur ma confiance. Je suis capable de l’avouer. Quand je suis revenu dans le junior AA, j’ai vraiment travaillé sur l’aspect mental. J’ai continué à me développer et c’est vraiment là que j’ai repris de la confiance. Je suis arrivé au junior AAA et tout roule sur des roulettes », mentionne Charles Tremblay, qui a aidé les Éperviers à décrocher le titre des séries éliminatoires. Il n’hésite d’ailleurs pas à louanger la qualité de jeu dans le circuit régional. 

Charles Tremblay se préparait à un retour dans le junior AA, mais ses plans ont changé lorsqu’il participait, en tant qu’entraîneur, à un camp estival de power skating organisé par la réputée Julie Robitaille. À ce moment, l’un des entraîneurs rappelait aux jeunes qu’ils étaient chanceux de pouvoir encore faire du hockey compétitif.

« Ç’a fait un déclic et je me suis dit que je devais jouer un peu plus compétitif même si je voulais continuer à avoir du plaisir. Je voulais encore augmenter de calibre et peut-être réussir à percer universitaire canadien et même aller jouer professionnel en Europe », d’expliquer Charles Tremblay.