Dans l’espoir de concrétiser ce projet de 1,7 M $ en 2019, Vélo Chicoutimi a lancé une campagne de sociofinancement dont l’objectif est de 100 000 $. Le président du CA de Vélo Chicoutimi, Jean Robert Wells, en a fait l’annonce en présence de partenaires, dont André Martel, de la Clinique d’orthodontie André Martel, et de Marie-Christine Dion, présidente du club des Coureurs des bois.

Centre Panoramique: premier pas vers un pavillon d’accueil

Fort d’une hausse de fréquentation de ses sentiers et d’une clientèle de plus en plus diversifiée, Vélo Chicoutimi projette la construction d’un pavillon d’accueil d’environ 1,7 M $ d’ici 2019 pour desservir le centre de vélo de montagne Le Panoramique. Pour y parvenir, l’organisme à but non lucratif lance une campagne de sociofinancement « Accro au Pano » visant à amasser 100 000 $.

En conférence de presse, le président du CA de Vélo Chicoutimi, Jean-Robert Wells a rappelé que le site ayant pignon en bordure du Chemin de la Réserve connaît un engouement croissant, encore plus avec l’arrivée du Fatbike qui fait en sorte que les sentiers sont utilisés à longueur d’année. « Avec une croissance moyenne annuelle de 10 % depuis 2000, la fréquentation est maintenant de l’ordre de 25 000 visites recensées sur une saison de six mois », fait-il valoir. 

Et cette hausse n’est pas près de s’atténuer puisqu’en plus des adeptes du vélo de montagne et de Fatbike s’ajoutent les randonneurs, les coureurs en sentiers et les adeptes de la raquette et/ou du ski de fond. Associé à l’initiative Expérience Vélo, le Centre de vélo de montagne Le Panoramique est également visité par de nombreux touristes et reconnu comme une destination de premier plan pour la qualité de ses sentiers.

Or, actuellement, les infrastructures pour accueillir cette clientèle grandissante sont des plus sommaires (pergolas et toilettes chimiques). C’est aussi pourquoi la construction d’un pavillon multiservice apparaît comme incontournable. Pour poser un premier jalon, Vélo Chicoutimi lance donc une campagne de financement sur le site Ulule (https ://fr.ulule.com/accro-du-pano/) pour des dons en ligne. L’organisme souhaite aussi profiter du dernier droit de la campagne électorale municipale pour sensibiliser les candidats et faire en sorte que ce projet aille de l’avant. « C’est un message politique et l’on veut aller chercher un momentum politique via cette initiative pour inclure la prochaine administration dans le projet », confirme le président Wells.

100 000 $ en six mois

L’organisme a fixé des objectifs par paliers dans l’espoir d’atteindre l’objectif de 100 000 $ d’ici à six mois. Cette somme servira à la réalisation des plans et devis à partir d’une étude-concept qui avait été réalisée fin 2016. Selon les prévisions les plus optimistes, la construction du bâtiment pourrait être effectuée en 2018, mais 2019 semble un scénario plus réaliste.

« Si on était capables de lancer les plans et devis au printemps, la production de ces derniers pourrait se faire pendant l’été. Mais ça pourrait aussi aller très vite si la nouvelle administration municipale donnait le feu vert tout de suite. La construction pourrait s’amorcer à l’automne. Cela dit, les besoins sont là depuis longtemps. »

Pour aider Vélo Chicoutimi dans sa recherche de financement, Cycles Devinci fera tirer un vélo haut de gamme d’une valeur de 3700 $ tandis que l’artiste visuelle Kristine Girard a créé une magnifique toile d’une valeur de 2400 $ qui sera elle aussi attribuée parmi les donateurs. Ces derniers se verront attribuer des chances de gagner l’un des deux prix en fonction des dons offerts. « Par exemple, les gens qui font un don de 25 $ recevront un droit d’entrée pour le tirage. À 50 $, ils auront deux droits d’entrée, etc. », mentionne le président du CA de Vélo Chicoutimi.

Partenariat public-privé ?

« Quand on a fait faire l’étude-conseil, on a aussi fait faire une évaluation des coûts qui serait de l’ordre de 1,7 M $ pour la construction d’un bâtiment multiservice de 5000 pieds carrés semblable à celui qui a été construit au centre Bec-Scie de La Baie », souligne M. Wells. Comme le bâtiment projeté s’ajoutera aux infrastructures appartenant à la municipalité, c’est Saguenay qui en assumerait le coût de construction.

« Toutefois, il y a une ouverture pour faire ce projet à l’aide d’un partenariat public-privé. Si on avait un grand partenaire privé qui serait intéressé, ce serait d’autant plus attrayant pour la ville. Et dans le décor, il y a toujours la question du projet Vaudreuil 2022 (agrandissement du site d’enfouissement de boues rouges). Rio Tinto, de par ses mécanismes de compensation, pourrait elle aussi voir une opportunité de supporter le projet de pavillon d’accueil », souligne Jean-Robert Wells.

Rappelons que le projet de Rio Tinto affecterait de 10 à 12 kilomètres sur les 40 kilomètres de sentiers du Panoramique (soit environ 25 %), mais le centre de vélo de montagne dispose d’autres espaces pour développer de nouveaux sentiers.

Informations sur www.velochicoutimi.qc.ca ou la page Facebook de Vélo Chicoutimi


Si on était capables de lancer les plans et devis au printemps, la production de ces derniers pourrait se faire pendant l’été
Jean-Robert Wells

Déjà des appuis

Plusieurs entreprises régionales telles que Cycles Devinci, Gendron Bicycle, Ultraviolet et le Club Acidose Lactique soutiennent déjà le lancement de la campagne de sociofinancement « Accro au Pano » de Vélo Chicoutimi pour la construction d’un pavillon d’accueil.

Parmi eux, André Martel, de la clinique d’orthodontie du même nom, a invité les dirigeants de petites, moyennes et grandes entreprises à s’associer au projet pour le soutenir en temps et/ou en argent. Présent à la conférence de presse, André Martel s’est dit fier de donner du temps et de l’argent pour développer et faire prospérer ce joyau qui attire des gens d’ici et de partout.

Présidente du club Les Coureurs des Bois, Marie-Christine Dion, a elle aussi plaidé en faveur des sentiers du Panoramique et de l’importance de développer un sentiment d’appartenance. Elle a remercié Vélo Chicoutimi d’ouvrir la porte à d’autres utilisateurs, même si la cohabitation n’est pas encore parfaite. Pierre Lavoie, du Grand Défi Pierre Lavoie, fait aussi partie des ambassadeurs associés à la campagne.