Carl Carmoni (à droite) a participé à l'inauguration du parcours de mini-putt revampé du Club Le Ricochet. Le directeur général Alain Fillion était honoré de recevoir une légende du mini-putt au Québec.

Carl Carmoni fait déplacer les amateurs de mini-putt

La présence du légendaire Carl Carmoni au parcours de mini-putt revampé du Club Le Ricochet de Chicoutimi a fait déplacer les amateurs, petits et grands, samedi après-midi. 
En raison de la présence de nombreuses familles et surtout de joueurs amateurs, le déroulement de la journée a été quelque peu modifié afin que chacun y trouve son compte. Le tournoi amical a été annulé et pendant plusieurs heures, celui qui a fait la gloire du mini-putt au Québec s'est posté au 18e trou, mieux connu sous le nom du ''Plateau'' où il défiait les participants qui devaient attendre plusieurs minutes avant de pouvoir le faire, en raison de l'achalandage. Lors du passage du Quotidien en milieu d'après-midi, la file ne cessait de grandir, ce qui n'a pas empêché Carmoni de prendre tout de même quelques minutes pour l'entrevue. «Je n'ai pas lâché encore. Je pensais faire autre chose dans l'après-midi, mais je n'ai pas arrêté», a-t-il raconté avec un sourire de satisfaction. Ceux qui réussissaient à réussir moins de coups se méritaient une partie gratuite, mais Carmoni n'était vraiment pas une proie facile. 
Pour le professionnel qui participe encore à de nombreux tournois dans la région de Montréal, c'est cette direction populaire que doit prendre le mini-putt avec l'accent sur l'amusement et l'accessibilité. De son propre aveu, les professionnels ne sont pas assez nombreux pour permettre au sport de survivre, comme c'est le cas pour le golf et les quilles. «C'est important également d'investir dans la publicité. Si les gens en entendent parler, ils vont y aller», d'estimer Carmoni, s'assurant d'amuser les gens plutôt que d'y aller de conseils techniques. 
Pour le directeur général du Ricochet, Alain Fillion, ce genre de visite permet également de mousser la popularité du sport. C'est d'ailleurs ce regain de popularité qui a convaincu les dirigeants du club à investir 50 000$ afin de donner une cure de jeunesse au parcours. «On va regarder et analyser l'achalandage en détail dans les prochains jours et voir la possibilité d'en faire un événement annuel», d'annoncer fièrement Alain Fillion. 
Terrain difficile
Selon le maître du mini-putt depuis le début des années 70, le nouveau parcours du Club Le Ricochet est passablement difficile. Reprenant l'exemple des quilles, Carl Carmoni a expliqué que même si les dimensions et les obstacles sont les mêmes pour tous les terrains, ils ne réagissent pas tous de la même manière. Dans son évaluation, il évalue que le seul terrain réglementaire au Saguenay a une moyenne de 33 pour les professionnels plutôt que 29 ou 30 pour d'autres ailleurs en province. «Ici, si un élite joue 32, c'est parce qu'il a fait une maudite bonne ronde. Avec la pratique, c'est faisable, mais difficile», de noter Carl Carmoni qui devrait normalement prendre part à un tournoi avec quelques amis dimanche matin.