Carey Price
Carey Price

Relance des activités de la LNH: Price redoute le chaos

MONTRÉAL — Le gardien du Canadien de Montréal Carey Price a déclaré jeudi qu’il redoute le chaos lors de la relance des activités de la LNH, si jamais celle-ci se concrétise.

Price, qui s’est exprimé publiquement pour la première fois depuis l’interruption des activités du circuit Bettman à cause de la pandémie de coronavirus en mars dernier, a comparé la situation actuelle à celle qui prévaut au début d’une campagne.

«Nous sommes en forme. Mais on observe au début de chaque saison une certaine forme de chaos, et j’ai l’impression que ce sera chaotique d’effectuer un retour au jeu immédiatement en séries éliminatoires. Notre remise en forme au cours du prochain mois sera donc primordiale», a déclaré celui qui a décroché la coupe Molson pour la neuvième fois de sa carrière un peu plus tôt dans la journée.

Le Canadien doit affronter les Penguins de Pittsburgh dans le cadre d’une série de qualifications dans l’Association Est au meilleur des cinq matchs - «un défi énorme», a convenu Price. Le principal intéressé a d’ailleurs reconnu qu’il aimerait obtenir une autre occasion de s’approcher de la conquête de l’un des seuls titres qui lui échappe toujours: la coupe Stanley.

«C’est primordial, a martelé le principal intéressé. J’ai obtenu beaucoup de succès depuis un peu plus d’une décennie, et c’est excitant d’avoir la chance de remporter ce genre de titre. (...) Évidemment, nous n’avons pas connu une très bonne saison. Nous ne nous sommes pas améliorés par rapport à la saison précédente. Nous devons mieux jouer, jouer de la même manière que lors de la saison précédente. Nous avons reculé, mais si nous chaussons nos bottes de travail, alors je crois que nous pourrions retourner à l’endroit où nous étions.»

Price est toutefois demeuré prudent quant à la relance des activités dans la LNH, à la lumière des nombreux cas de coronavirus qui ont été répertoriés depuis quelques semaines parmi les athlètes professionnels - le Lightning de Tampa Bay a même dû fermer ses installations à la suite d’une éclosion survenue vendredi dernier qui a touché trois de ses joueurs.

«Je ne suis pas prêt à voter (sur la relance des activités) en ce moment, a-t-il dit. Il reste encore beaucoup de questions sans réponse. C’est une situation inédite, et je suis certain que la ligue et l’Association des joueurs font de leur mieux dans la situation actuelle. J’aimerais pouvoir jouer, mais il reste encore de nombreuses questions et de nombreux scénarios à analyser avant que je puisse voter oui ou non.

«C’est certain que le principal enjeu, c’est celui de la santé. Il existe toujours une possibilité de contracter la COVID-19 - c’est énorme, a admis le hockeyeur âgé de 32 ans, qui a ajouté qu’il avait récemment perdu un ami proche en raison du coronavirus. Ce sera primordial de bâtir une bulle dans laquelle les joueurs auront l’impression que leur environnement de travail est sécuritaire. (...) C’est pourquoi je balance entre l’optimisme et le pessimisme. C’est une situation très inhabituelle. J’aimerais pouvoir lutter pour obtenir la coupe Stanley, mais j’aimerais aussi pouvoir vivre une vie normale avec ma famille.»

Un retour aux sources

Entre-temps, Price s’est réfugié avec sa femme et ses deux enfants - ils en attendent un troisième - dans le secteur de Kennewick, dans l’État de Washington, et le gardien no 1 du Tricolore s’entraîne aux installations de son ancien club de hockey junior, les Americans de Tri-City.

«Nous avons appuyé très fort sur le bouton pause à la maison, a d’abord évoqué le no 31 du CH. Nous n’avons pratiquement rien fait pendant le premier mois du confinement. L’État de Washington a été frappé de plein fouet au début de la pandémie, donc nous sommes très peu sortis de la maison - sauf pour de petites marches en famille. Puis, lorsque j’ai commencé à fréquenter les installations (des Americans), j’ai recommencé à me sentir comme un athlète professionnel.»

Le joueur originaire d’Anahim Lake, en Colombie-Britannique, a mentionné en ce sens qu’il avait repris l’entraînement au gymnase et effectué quelques séances de patinage, mais a souligné qu’il n’avait toujours pas reçu de tirs provenant de la lame de bâton d’un hockeyeur de la LNH.

En 58 matchs cette saison, Price a présenté un dossier de 27-25-6, avec une moyenne de buts alloués de 2,79 et un taux d’arrêts de 90,9 pour cent. Il n’est d’ailleurs plus qu’à deux victoires de sa 350e en carrière dans l’uniforme du CH, lui qui est le meneur incontesté dans l’histoire de l’équipe à ce chapitre.

De plus, il a mené les gardiens de la LNH pour les minutes jouées (3439:49), et ce, pour la deuxième saison de suite. Il s’est classé au premier rang pour le nombre de matchs disputés (à égalité avec le gardien des Jets de Winnipeg Connor Hellebuyck), ainsi qu’au cinquième échelon pour le nombre de victoires.

Price a aussi récolté son 47e jeu blanc en carrière le 1er février, contre les Panthers de la Floride. Il s’est ainsi emparé du troisième rang à ce chapitre chez les gardiens du Tricolore, devant Ken Dryden.