Trevor Timmins, le directeur général adjoint et responsable du service de recrutement amateur du Canadien de Montréal, a dû changer ses méthodes de travail en raison de l'annulation du reste de la saison et des séries éliminatoires aux niveaux junior majeur canadien et universitaire américain, ainsi que dans plusieurs ligues professionnelles européennes.
Trevor Timmins, le directeur général adjoint et responsable du service de recrutement amateur du Canadien de Montréal, a dû changer ses méthodes de travail en raison de l'annulation du reste de la saison et des séries éliminatoires aux niveaux junior majeur canadien et universitaire américain, ainsi que dans plusieurs ligues professionnelles européennes.

Pour s'aider dans sa préparation, Timmins a le regard tourné vers la NFL

MONTRÉAL — Navigant lui aussi dans l'inconnu en raison des impacts de la pandémie de COVID-19, Trevor Timmins admet avoir tourné son regard vers le repêchage de la NFL pour l'aider à se préparer à toute éventualité.

Timmins, le directeur général adjoint et responsable du service de recrutement amateur du Canadien de Montréal, a dû changer ses méthodes de travail en raison de l'annulation du reste de la saison et des séries éliminatoires aux niveaux junior majeur canadien et universitaire américain, ainsi que dans plusieurs ligues professionnelles européennes.

La LNH a également annoncé que son repêchage annuel, prévu les 26 et 27 juin à Montréal, a été remis, tout comme son camp d'évaluation, prévu du 1er au 6 juin à Buffalo. On ne sait pas encore quand et sous quel format le repêchage aura lieu.

«Si le gouvernement permet de nouveau les rassemblements, alors je crois qu'il pourrait être présenté comme en 2005», a mentionné Timmins lors d'une conférence téléphonique, jeudi, en faisant référence à la tenue du repêchage dans un hôtel après l'annulation de la saison de la LNH en raison d'un lock-out.

Timmins a aussi insisté sur l'intérêt d'observer le repêchage de la NFL, du 23 au 25 avril prochains. Il sera effectué en ligne avec chaque membre des équipes présents à domicile, en raison des directives de confinement nécessaires pour lutter contre la propagation du coronavirus.

«J'ai eu des discussions avec mes contacts dans la NFL pour savoir comment ils ont préparé leur repêchage, a expliqué Timmins. Ils ont fait beaucoup d'entrevues avec les espoirs en vidéoconférence. Ils ont aussi organisé leurs réunions de cette manière.»

Le Canadien compte 14 choix pour le repêchage de 2020, dont un de première ronde, trois de deuxième ronde et deux de troisième ronde. Timmins a noté que ces choix représentaient des munitions lors d'un repêchage - pour avoir plus d'occasions de choisir les joueurs désirés, pour transiger pour améliorer son rang de sélection ou encore pour obtenir un joueur déjà établi dans la LNH.

Timmins croit que si la LNH organise aussi un repêchage en ligne, c'est peut-être le travail des directeurs généraux qui en souffrira.

«Habituellement, le fait d'avoir les représentants des 31 équipes sur le même plancher, ça veut dire qu'il y a beaucoup de discussions, beaucoup d'offres d'échange, a-t-il rappelé. Je crois que ça aurait un impact à ce niveau-là, mais il est encore trop tôt pour spéculer sur la manière dont le repêchage sera présenté.»

Moins de matchs en personne

Les nombreuses annulations ont surtout eu un impact sur la préparation de Timmins et de son équipe sur le terrain, dans les arénas. Néanmoins, Timmins a voulu se faire rassurant en rappelant que le service de recrutement amateur du Canadien avait accès à une énorme banque de matchs enregistrés.

En confinement chez lui à Arnprior, dans la région d'Ottawa, Timmins a souligné qu'il passe six heures par jour à réviser des séquences des espoirs. Il participe aussi à des réunions avec ses recruteurs régionaux et ses collaborateurs Marc Bergevin et Shane Churla. Une ébauche de la liste du Canadien devrait être prête vers la mi-mai, «comme d'habitude», a-t-il dit.

Là où les annulations ont véritablement un impact, c'est au niveau des occasions pour les directeurs généraux et les responsables du développement des joueurs d'assister à des rencontres avec les espoirs. Le Championnat mondial de hockey des moins de 18 ans, prévu du 16 au 26 avril au Michigan, aurait représenté une occasion en or pour Bergevin d'aller observer les meilleurs d'entre eux.

«Il sera peut-être plus difficile pour eux de mettre leur grain de sel dans les réunions», a admis Timmins, qui a aussi noté que ce tournoi était une occasion pour certains espoirs européens évoluant dans des ligues professionnelles de jouer contre des joueurs du même groupe d'âge.

«En plus, cette année, ç'aurait été une occasion de les voir à l'oeuvre sur une patinoire aux dimensions nord-américaines», a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l'annulation possible du camp d'évaluation de la LNH, Timmins a indiqué que la ligue pourrait offrir des informations médicales sur les espoirs, si nécessaire. Il a toutefois ajouté que ces informations seraient sans aucun doute moins complètes que celles à la suite d'examens supervisés par les équipes.

Le Canadien a aussi l'habitude d'organiser un camp d'évaluation en Europe avec les joueurs qui ne sont pas invités à celui de la LNH. Si l'équipe n'a pas l'occasion de le faire cette année, Timmins y voit «la perte d'un avantage compétitif».

Malgré tout, Timmins a promis de sélectionner «le meilleur joueur disponible», comme c'est toujours le cas. Les nuances dans la définition de cette expression risquent d'être encore plus palpables cette année, en raison des contraintes liées aux impacts de la pandémie de COVID-19.