En première période, le Canadien ne semblait pas se douter que le match était commencé, dominé 19-7 au chapitre des tirs au but.

Performance inconstante du Canadien au Minnesota

ST. PAUL — Zach Parise a profité d’une passe savante de Jazon Zucker pour dénouer l’impasse en troisième période et le Wild du Minnesota a vaincu le Canadien de Montréal 4-3, dimanche soir, au Xcel Energy Center.

Un peu plus de quatre minutes après que Brad Hunt eut ramené les deux équipes à la case départ, Zucker s’est amené dans le territoire du Tricolore et il a réussi à faire traverser la rondelle entre plusieurs bâtons jusqu’à Parise. L’attaquant du Wild a dégainé sur réception pour tromper la vigilance de Keith Kinkaid dans la lucarne.

Le Canadien (4-3-2), qui disputait un deuxième match en deux jours, a connu une performance inconstante et a écopé plusieurs mauvaises pénalités qui ont ouvert la porte à une équipe qu’il avait facilement battue 4-0, jeudi soir, au Centre Bell.

«En première période, notre gardien nous a donné une chance de gagner, a mentionné l’entraîneur-chef de la formation montréalaise, Claude Julien. Nous avons connu une bonne deuxième et nous avons bien commencé la troisième, mais une pénalité en zone offensive nous a fait mal. Sur le dernier but, notre repli défensif n’était pas assez bon et ça nous a coûté le match.»

Zucker a ajouté un but, tout comme Marcus Foligno. Mikko Koivu s’est fait complice de deux buts du Wild (2-6-0), qui a touché la cible en avantage numérique à deux reprises.

Le gardien Devan Dubnyk a joué de malchance à deux occasions, mais il a gardé le fort pendant que son équipe travaillait à remonter la pente au troisième engagement. Dubnyk a effectué 30 arrêts pour la formation du Minnesota, qui avait perdu ses deux dernières sorties.

Deux buts de Danault

Phillip Danault a marqué deux buts tandis que Tomas Tatar a trouvé le fond du filet en avantage numérique. Kinkaid a conclu la rencontre avec 29 arrêts devant la cage du Bleu-blanc-rouge, qui a vu sa série de deux victoires prendre fin.

«Je me sentais bien pendant la période d’échauffement et j’essayais simplement de garder les choses serrées, surtout après ce qu’ils avaient vécu à Montréal, a expliqué Kinkaid. Nous sommes mieux sortis en deuxième et en troisième période après avoir laissé passer la tempête en première. Malheureusement, nous n’avons pas gagné.»

Les hommes de Claude Julien retourneront à Montréal, où ils accueilleront les Sharks de San Jose, jeudi soir.

«Il y a eu des petites erreurs mentales qui ont coûté des buts, mais je trouve que nous avons quand même bien travaillé en tant qu’équipe, a déclaré Danault. C’était une question de bonds favorables et ils ont été en mesure d’en profiter.»

C’est le Wild qui a été le plus énergique en première période, alors que le Canadien ne semblait pas se douter que le match était commencé. Kinkaid a réalisé plusieurs arrêts de qualité, mais lors d’un avantage numérique, il n’a rien pu faire sur une belle déviation de Zucker, posté seul dans l’enclave.

Dominé 19-7 au chapitre des tirs après 20 minutes de jeu, le Tricolore s’est fait ouvrir la porte lors d’une supériorité numérique. Tatar a sauté sur un retour de lancer de Jeff Petry pour envoyer la rondelle dans un filet laissé libre. Seulement 16 secondes plus tard, Danault a donné les devants aux siens en trouvant une petite brèche entre le patin droit de Dubnyk et le poteau.

L’équipe locale n’a pas abandonné et elle nivelé la marque avant de rentrer au vestiaire pour le deuxième entracte. Eric Staal a envoyé le disque vers la cage de Kinkaid et Foligno, laissé sans surveillance, n’a eu qu’à compléter la manœuvre alors qu’il ne restait que 15 secondes à écouler.

Le Canadien s’est à nouveau propulsé en avant par un but quand Brendan Gallagher a décoché un tir que Dubnyk a bloqué avec son bouclier. La rondelle a toutefois touché Danault, qui fonçait au filet, avant de terminer son élan au fond du filet.