Shea Weber a été touché au visage sur un tir de Mikael Granlund après 5:53 de jeu.

Le Canadien perd le match; Weber évite le pire

Le Canadien a beau avoir perdu 1-0 contre le Wild du Minnesota lundi soir, il y avait quand même du positif dans ce que l’entraîneur-chef Claude Julien avait à rapporter après la rencontre.

La formation montréalaise a craint le pire pendant quelques heures puisque le défenseur Shea Weber a dû se rendre à l’hôpital après la première période puisqu’il avait reçu un tir en plein visage en début de rencontre. Julien a finalement annoncé après la partie que les résultats des examens confirmaient que Weber n’avait pas subi de fracture au visage.

Weber, qui a déjà raté les 24 premiers matchs de la campagne, devait même accompagner l’équipe lors de son vol vers Detroit. Julien s’attendait à ce que son capitaine affronte les Red Wings de Detroit mardi soir.

C’est un tir de Mikael Granlund qui a touché Weber au visage après 5:53 de jeu. Weber paraissait avoir été ébranlé sur la séquence, mais il a terminé la période. Les médecins de l’équipe ont visiblement préféré ne pas prendre de chance lorsqu’ils l’ont rencontré pendant l’entracte et il a été envoyé à l’hôpital.

Granlund a aussi inscrit le seul but de la rencontre en troisième période et le Canadien (22-16-5) a finalement encaissé un deuxième revers de suite. Le Finlandais a profité d’un bête revirement de Jeff Petry pour inscrire son 12e but de la saison à 6:58 du dernier tiers.

Quelques heures après que l’équipe eut annoncé que Carey Price renonçait à sa participation au match des étoiles, le gardien du Tricolore a repoussé 24 lancers.

«Ç’a été un match quand même assez égal. Je dirais même que nous avons obtenu plus de chances de marquer, a analysé Julien. Par contre, les erreurs que nous faisons deviennent coûteuses, et pas seulement ce soir. Nous devons limiter les erreurs non provoquées. Quand les matchs sont serrés, des erreurs comme celles-là sont très coûteuses.»

À l’autre bout de la patinoire, Devan Dubnyk a effectué 32 arrêts pour inscrire un premier jeu blanc à sa fiche cette saison. Le Wild (21-17-3) a ainsi gagné un neuvième match d’affilée face au Canadien.

La dernière victoire du Canadien contre le Wild remonte au 8 novembre 2014.

Agostino expulsé

Si la soirée de Weber a été brève, celle de Kenny Agostino a été encore plus courte, lui qui a joué pendant seulement 25 secondes. Agostino a écopé des punitions majeure et de match pour une mise en échec un peu sur le tard à l’endroit d’Eric Fehr. Ce dernier a semblé se couper au-dessus de l’œil droit en donnant contre le haut de la bande et il a aussi retraité pour de bon au vestiaire.

Nick Seeler est venu à la défense de Fehr, jetant les gants devant Agostino pour une brève bagarre.

Après la partie, Julien a écorché les arbitres Justin St-Pierre et Eric Furlatt, leur reprochant notamment une punition pour obstruction contre le gardien à l’endroit de Mike Reilly et leur laxisme lors d’un coup de coude de Greg Pateryn à l’endroit de Max Domi.

«Je crois simplement que nous n’avons pas le bénéfice du doute à domicile selon l’identité des arbitres, a-t-il affirmé. C’est mon opinion, mais j’aimerais que les arbitres soient plus justes qu’ils ne l’ont été.»

Après son duel face aux Red Wings mardi, le Canadien jouera face aux Blues jeudi, à St. Louis, avant d’accueillir l’Avalanche du Colorado au Centre Bell, samedi.

+

ÉCHOS DE VESTIAIRE

Jeff Petry explique le revirement qu’il a commis et qui a mené au but du Wild:

«J’aurais dû utiliser la rampe. Je pensais avoir vu où était positionné “Mikey” (Reilly). J’ai plutôt envoyé la rondelle au milieu. J’aurais dû mieux attirer le joueur en échec-avant et y aller d’une passe indirecte.»

Brendan Gallagher commente le défi de jouer avec deux joueurs en moins pendant la majorité de la rencontre:

«Nous sommes assez reposés présentement même si nous amorçons une séquence chargée. Vous devez utiliser toutes vos ressources sur le banc quand ce genre de choses se produit, mais ce n’est pas une excuse. Je crois même que nous avons été en mesure d’appliquer de la pression.»

Mike Reilly commente le jeu où Shea Weber a été atteint au visage:

«C’est simplement de la malchance. Vous voulez toucher à la rondelle pour qu’elle dévie dans le filet protecteur, ce qui provoquerait une mise en jeu. Parfois, la rondelle va grimper sur votre bâton et vous toucher.»

+

LES CINQ MOMENTS MARQUANTS DU MATCH

Courte soirée pour Agostino

Question de donner le ton à la rencontre, l’attaquant du Canadien Kenny Agostino y est allé d’une percutante mise en échec à l’endroit du centre Eric Fehr après 2:28 de jeu. Le hic, c’est que le contact est arrivé un peu trop longtemps après que Fehr se soit débarrassé de la rondelle et le joueur du Wild est tombé visage premier contre la bande, se coupant au-dessus de l’œil droit. Le défenseur du Wild Nick Seeler est venu à la défense de son coéquipier et a jeté les gants devant Agostino, qui a été expulsé de la rencontre pour obstruction. Le Wild n’a finalement obtenu que 2:31 d’avantage numérique en raison d’une punition pour instigateur à l’endroit de Seeler et d’une infraction de Jason Zucker avant la fin de la punition majeure contre Agostino. Le Wild a obtenu une seule occasion de marquer pendant son avantage numérique, mais Carey Price a stoppé le tir sur réception de Jared Spurgeon avant de frustrer Jordan Greenway et Nino Niederreiter sur des retours.

Le vent tourne

Après avoir survécu à la tempête en début de période, le Canadien a renversé la vapeur décochant 10 des 12 derniers tirs de l’engagement. Le Tricolore a notamment défié quatre fois le gardien Devan Dubnyk pendant un avantage numérique. La deuxième unité du Canadien composée de Jeff Petry, Artturi Lehkonen, Paul Byron, Brendan Gallagher et Jesperi Kotkaniemi a contrôlé le disque pendant de longs moments dans la zone du Wild. Lehkonen y est allé de deux tirs sur réception, tandis que Petry a tenté deux fois de surprendre Dubnyk de la ligne bleue, en vain.

De l’espace sur le banc

Il y avait déjà un peu plus d’espace sur le banc du Canadien à la suite de l’expulsion de Kenny Agostino en première période quand le ciel est tombé sur la tête de la formation montréalaise. Le défenseur Shea Weber n’est pas revenu sur le banc après le premier entracte. Weber avait été atteint au visage par un tir de Mikael Granlund en première période. Faisant honneur à sa réputation de guerrier, Weber avait terminé le premier vingt, même s’il avait été atteint après un peu moins de six minutes de jeu dans la rencontre. Les médecins de l’équipe ont vraisemblablement recommandé pendant l’entracte que sa soirée de travail prenne fin un peu plus tôt.

Zucker gaspille une rare occasion

Lors d’une deuxième période où le jeu a été particulièrement décousu, l’attaquant du Wild Jason Zucker a obtenu la plus belle occasion de marquer avec 5:11 à faire à l’engagement. Le défenseur du Canadien Mike Reilly y est allé d’une passe imprécise à sa droite vers Jeff Petry et Zucker en a profité pour récupérer le disque et foncer seul vers le gardien Carey Price. Zucker, qui a établi un sommet personnel avec 33 buts la saison dernière, y est allé d’une feinte vers son revers, mais son tir a raté la cible.

Petry un peu trop généreux

Pour que l’une des deux équipes ne parvienne à s’inscrire à la marque, il lui a fallu l’aide de l’adversaire. Le cadeau tant attendu est venu du Canadien, et plus précisément du défenseur Jeff Petry. Après s’être emparée d’une rondelle libre profondément dans son territoire, Petry a tenté une passe fort imprudente, du revers et presque à l’aveuglette vers Mike Reilly. Toutefois, Reilly ne semblait pas attendre pareille passe, et la rondelle s’est retrouvée dans le cercle de mise en jeu à la gauche de Carey Price où elle a été récupérée par Mikael Granlund. Toujours efficace et productif face au Canadien, l’attaquant finlandais a rompu l’égalité de 0-0 à 6:58 de la troisième période. Le Canadien a été incapable d’effacer ce but et a subi une autre défaite aux mains de Devan Dubnyk et du Wild.