Jonathan Drouin (92) a ajouté son septième de la saison au troisième vingt après une belle passe de Jeff Petry.

Jonathan Drouin amasse trois points et le Canadien freine l’Avalanche 4-2

Jonathan Drouin a amassé trois points et il a été l’artisan d’une victoire de 4-2 du Canadien de Montréal face à l’Avalanche du Colorado mardi soir au Centre Bell.

Le Canadien a signé un deuxième gain à ses six dernières sorties et mis fin à la séquence de dix victoires de l’Avalanche, qui n’avait pas perdu depuis le 27 décembre, et qui avait défait les Maple Leafs 4-2 lundi à Toronto.

On ne sait trop si la présence de Nathan MacKinnon, son ancien coéquipier avec les Mooseheads de Halifax, a fouetté Drouin, mais toujours est-il qu’il a connu l’un de ses bons matchs de la saison.

Il a été particulièrement visible en deuxième période alors qu’il a participé aux buts de Nicolas Deslauriers (7e) et d’Alex Galchenyuk (12e), marqués en moins de trois minutes.

Drouin a ajouté son septième de la saison au troisième vingt après une belle passe de Jeff Petry.

En fait, les choses allait tellement bien pour Drouin qu’il avait remporté quatre de ses cinq mises en jeu après les 40 premières minutes de jeu, dont les trois auxquelles il a participé pendant la période médiane.

Galchenyuk, qui a fait bouger les cordages en avantage numérique, a ajouté une mention d’aide sur le but de Deslauriers.

Brendan Gallagher a confirmé la victoire avec son 17e de la saison, dans un filet désert avec un peu plus d’une minute à jouer au temps réglementaire.

Mais cette victoire, contre la formation de l’heure dans l’Association ouest, n’a pas été uniquement l’affaire de Drouin et de Galchenyuk. Elle a été le résultat d’un solide effort d’équipe.

MacKinnon, qui vit une saison digne d’un candidat au trophée Hart, et ses coéquipiers de trio, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen, avaient été limités à seulement deux tirs pendant les deux premières périodes.

MacKinnon et J.T. Compher, tous deux en troisième période, ont déjoué Carey Price, qui n’a reçu que 22 rondelles.

Carey Price n'a pas été un gardien très occupé, lui qui n’a reçu que 22 rondelles.

À l’autre extrémité, Jonathan Bernier, qui n’a jamais gagné au Centre Bell, a bloqué 36 tirs.

Les hommes de Claude Julien ont également été fort efficaces en désavantage numérique, face à une équipe qui présentait un taux d’efficacité de 20,9 pour cent. En quatre tentatives dans pareille situation, l’Avalanche n’a obtenu que deux tirs.

Le Canadien reprendra le collier jeudi soir en accueillant les Hurricanes de la Caroline.

Ce sera son dernier match avant la pause du match des Étoiles, en fin de semaine à Tampa.

Cinq moments marquants du match 

1) Les visites se suivent mais...

La dernière fois que l’Avalanche du Colorado s’était arrêté au Centre Bell, le 10 décembre 2016, l’équipe de Jared Bednard avait accordé 16 tirs et six buts pendant les 20 premières minutes de jeu, chemin faisant vers une dégelée de 10-1. Rien de cela ne s’est répété au fil d’une première période peu attrayante. Les deux formations ont totalisé 15 tirs, dont dix par le Tricolore, et les gardiens Carey Price et Jonathan Bernier n’ont pas été vraiment testés.

2) Deslauriers brise la glace

Pour la première fois depuis le début de leur impressionnante séquence de dix victoires, les joueurs de l’Avalanche ont accordé le premier but dans un match. L’honneur de réaliser ce tour de force est allé au Canadien et à Nicolas Deslauriers. Le combatif attaquant du Tricolore a montré, une fois de plus, de bonnes mains mais aussi de bons réflexes en sautant sur une rondelle libre dans l’enclave après un tir de Jonathan Drouin bloqué par Mark Barberio, avant de déjouer Jonathan Bernier d’un tir bas. Ce septième but de Deslauriers, à son 28e match, lui permettait d’établir un sommet personnel en carrière.

3) Galchenyuk frappe en avantage numérique

Involontairement lié au premier but du Canadien, Mark Barberio était confortablement assis au banc des punitions quand le Canadien a doublé son avance à peine deux minutes après le but de Deslauriers. Jonathan Drouin a de nouveau préparé le jeu à la droite de Jonathan Bernier avant de glisser la rondelle vers Paul Byron, posté dans l’enclave. Ce dernier l’a tout simplement fait dévier à sa droite, où attendait Alex Galchenyuk. Le talentueux attaquant du Canadien n’a pas raté l’occasion qui s’est présenté à lui, pour son 12e de la saison.

4) Une combinaison qui favorise le Canadien

L’Avalanche du Colorado s’est présenté à Montréal avec l’un des bons avantages numériques dans la LNH (8e place à 20,9 pour cent), mais l’un des pires à l’étranger (30e place à 11,8 pour cent). Pendant ce temps, le Canadien ne se débrouille pas très bien en désavantage numérique (24e place à 78,1 pour cent), mais excelle à ce chapitre à domicile (4e place à 87 pour cent). Cette efficacité du Canadien au Centre Bell et l’inertie de l’Avalanche à l’extérieur de Denver expliquent peut-être pourquoi les hommes de Jared Bednar n’ont obtenu que deux tirs en quatre tentatives avec l’avantage d’un homme pendant les 40 premières minutes de jeu.

5) Drouin complète une brillante soirée

Jonathan Drouin a complété un premier match de trois points avec le CH à 12:36 au troisième vingt, redirigeant une passe de Jeff Petry. Nathan MacKinnon a privé Carey Price d’un jeu blanc avec un tir des poignets à 14:11, méritant son neuvième but depuis 10 matches. Brendan Gallagher a logé le disque dans un filet désert, avec 1:36 au cadran, puis J.T. Compher a enfilé l’autre but des visiteurs, avec 12 secondes à disputer. Le Tricolore a su mettre fin à la séquence de 10 victoires d’affilée du Colorado.