Les discussions entre l'agent de Brendan Gallagher et Marc Bergevin pour la signature d’un nouveau pacte ne sont pas officiellement entamées, mais le choix de cinquième tour du Tricolore en 2010 ne s’en inquiète pas.
Les discussions entre l'agent de Brendan Gallagher et Marc Bergevin pour la signature d’un nouveau pacte ne sont pas officiellement entamées, mais le choix de cinquième tour du Tricolore en 2010 ne s’en inquiète pas.

Gallagher estime que le Canadien est dans la bonne direction

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Fracture de la mâchoire ou pas, Brendan Gallagher envisageait revenir au jeu si le Canadien de Montréal était venu à bout des Flyers de Philadelphie au premier tour des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey.

Gallagher a eu le temps d’assister à la défaite serrée des siens lors du sixième match avant de subir une intervention chirurgicale rendue nécessaire par le double échec au visage que lui a servi Matt Niskanen lors de la cinquième rencontre.

«Je serais revenu au jeu, a-t-il assuré au cours d’une téléconférence depuis sa résidence de Colombie-Britannique, lundi. Ça aurait pris un peu de temps après l’opération avant d’obtenir le feu vert. Mais ça s’est déjà vu auparavant et il ne s’agit que d’obtenir l’accord des médecins. Si nous avions éliminé les Flyers, je serais revenu quelque part dans l’autre série.»

Le Canadien s’est plutôt incliné 3-2 dans la dernière rencontre et les Flyers ont atteint le tour suivant. Pour Gallagher, c’est néanmoins un indice que le Tricolore s’en va dans la bonne direction.

«Je pense que ce sera immense pour nous dans l’avenir, pour nos jeunes joueurs - particulièrement nos deux jeunes centres, “Suzu” (Nick Suzuki) et “KK” (Jesperi Kotkaniemi) - qui ont fait d’énormes pas en avant.»

Un pas en avant qui a sûrement plu à Gallagher. Le fougueux attaquant de 28 ans, qui était aussi ennuyé par une blessure à la hanche face aux Flyers, disputera lors de la prochaine campagne - quand elle commencera - la dernière année inscrite à son contrat et il a indiqué par le passé qu’il souhaitait se trouver dans un environnement gagnant.

«L’argent est important, je ne vous dirai pas que ce ne l’est pas. Mais peu importe le montant qu’on me donnera, ce sera suffisant pour vivre une vie heureuse après ma carrière. Je veux avoir du plaisir, apprécier mon expérience et avoir l’occasion de gagner. Vous voulez qu’on se rappelle de vous parce que vous êtes un gagnant.

«On vous le dit souvent à quel point nous aimons jouer ensemble, mais si on veut que ça reste comme ça, il faudra qu’il y ait des résultats, a-t-il poursuivi. Chaque année que vous ne gagnez pas, les attentes sont plus grandes. Je pense qu’en amorçant la saison prochaine, ce sera encore le cas et nous devrons faire le boulot.»

Dans la bonne direction

Et Gallagher croit que le Canadien est en bonne voie de franchir ce pas qui lui manque pour être un aspirant chaque année.

«J’ai toujours cru que cette équipe pouvait gagner. Il nous fallait une expérience des séries pour le comprendre. Nous avons battu une très bonne équipe en Pittsburgh. Nous sommes passés très près de battre les Flyers ensuite. Nous avons encore du chemin à faire, mais la direction prend les mesures nécessaires pour apporter les changements afin qu’on se retrouve de nouveau dans cette situation, avec un résultat différent.

«Il y a tellement d’éléments positifs ici: notre gardien, nos jeunes centres, a-t-il ajouté plus tard au cours de l’appel. Suzuki a vraiment éclos. Il démontre des aptitudes dans son jeu qui ne s’enseignent pas. “KK” est tellement jeune, il disputera sa troisième saison à 20 ans et vous pouvez constater son développement. À 20 ans, j’arrivais chez les pros, lui il a deux saisons de la LNH derrière la cravate. (...) Nous voyons plein de signes positifs.»

Les discussions entre son agent et Marc Bergevin pour la signature d’un nouveau pacte ne sont pas officiellement entamées, mais le choix de cinquième tour du Tricolore en 2010 ne s’en inquiète pas.

«Ces conversations auront lieu. Je pense que les deux parties sont ouvertes (à signer un nouveau pacte). Mon travail est de jouer au meilleur de mes capacités et d’aider cette équipe à gagner l’an prochain, alors que j’ai toujours un contrat valide. Mon agent prendra soin de ça et l’équipe fera ce qui est le mieux pour elle.»