Cole Caufield

Francis Bouillon prêche la patience avec l’espoir Cole Caufield

BROSSARD — Il ne faut pas croire que Cole Caufield, le premier choix du Canadien lors du dernier repêchage de la LNH, sera le prochain Jesperi Kotkaniemi. Francis Bouillon a plutôt prêché la patience avec ce jeune espoir américain de 18 ans, à l’issue des trois jours du camp de perfectionnement au Complexe sportif Bell.

L’an dernier, Kotkaniemi a fait le saut directement dans la LNH après avoir été sélectionné au troisième rang du repêchage par le Tricolore. Malgré sa charpente de six pieds, deux pouces et 182 livres, le Finlandais âgé de 18 ans a connu un certain essoufflement au fur et à mesure que la saison progressait.

Il était donc naturel que des questions relatives à la taille de Caufield - qui mesure cinq pieds, sept pouces et pèse 157 livres - soient posées à Bouillon, qui porte officiellement le titre d’entraîneur responsable du développement des joueurs du Tricolore. Ce dernier s’est toutefois fait rassurant.

«J’avais hâte de le voir. On parle beaucoup de sa charpente - c’est un petit joueur -, mais en même temps la LNH est bâtie aujourd’hui pour des joueurs de son gabarit, a noté l’ex-défenseur du CH âgé de 43 ans.

«C’est sûr qu’à 17 ou 18 ans, ces jeunes-là n’ont pas fini de maturer physiquement, a-t-il poursuivi. Nous avons des tas de ressources - des nutritionnistes, des préparateurs physiques, des psychologues - pour aider un joueur à prendre du poids, mais en même temps on veut qu’il se sente bien. On ne veut pas qu’un jeune prenne 30 livres en une année et qu’il ne soit plus capable de patiner.

«On parle de Cole; c’est un gars très talentueux, qui est là pour marquer des buts, et on ne peut pas lui enlever sa vitesse. Ce n’est pas pour rien qu’il a battu des records dans la ligue de développement aux États-Unis», a-t-il ajouté.

Bouillon a du même souffle souligné l’importance de bien entourer les jeunes joueurs de l’organisation. C’est d’ailleurs ce que le Canadien a fait pendant le camp de perfectionnement, en jumelant notamment Caufield à Ryan Poehling pendant le match simulé, vendredi. Un geste qu’a semblé apprécier le principal intéressé.

«Il y avait de très bons joueurs ici, dont Ryan Poehling. Je lui ai parlé beaucoup au cours des derniers jours, tout comme à Nick (Suzuki) et Josh (Brook). J’ai vu ce que Ryan (Poehling) a fait - son match de quatre buts -, donc c’était assez excitant d’être jumelé à lui lors des matchs simulés», a reconnu Caufield, qui ne pourra pas participer aux activités du Canadien en septembre puisqu’il sera probablement à l’Université du Wisconsin.

À LIRE AUSSI: Le temps est compté pour Cole Caufield

Mais peu importe ce que l’avenir réservera à Caufield, Bouillon est certain d’une seule chose: l’avenir est prometteur pour le Canadien.

«Quand on regarde un gars comme (Ryan) Poehling, qui a déjà la charpente d’un homme, ou encore un (Jesperi) Kotkaniemi, qui va encore prendre du poids, je pense que le Canadien, dans quelques années, ce sera une belle équipe», a-t-il résumé.

Suzuki veut imiter Kotkaniemi

À l’instar de Caufield, Suzuki participait lui aussi à un premier camp de perfectionnement du Tricolore après avoir été acquis des Golden Knights de Vegas en septembre dernier dans l’échange impliquant Max Pacioretty.

C’est toutefois là que s’arrêtent les comparaisons entre les deux joueurs, puisque Suzuki a pris part au camp officiel du Canadien l’automne dernier. Même s’il a admis avoir été déçu de ne participer qu’à deux matchs préparatoires avec l’équipe, l’Ontarien a reconnu qu’avec le recul la décision de l’organisation avait été la bonne.

«J’avais l’impression que j’aurais pu rester au camp un peu plus longtemps, mais de toute évidence ils ont fait la bonne chose en me renvoyant une année de plus dans le junior - avec les séries éliminatoires de l’OHL et le Championnat du monde de hockey junior -, car ça m’a préparé pour le camp de la LNH.»

Suzuki compte maintenant suivre les traces de Kotkaniemi, lequel l’a finalement battu pour l’obtention d’un poste en attaque avec le Tricolore l’an dernier.

«Kotkaniemi et moi étions les seuls jeunes encore au camp l’an dernier, et nous nous battions chacun pour une place avec l’équipe, s’est-il souvenu. Il a cependant connu un camp formidable, et une saison sensationnelle, donc j’espère que je pourrai faire la même chose la saison prochaine.»

D’ici le prochain camp, le hockeyeur âgé de 20 ans passera beaucoup de temps au gymnase cet été.

«Si je connais un bon été et que j’arrive ici préparé, je crois qu’il pourrait y avoir quelques postes de disponibles à l’attaque, a-t-il mentionné. En fait, ils ne m’ont pas dit ça directement; ils se sont contentés de me dire d’être prêt pour le camp. J’ai déjà hâte de revenir ici en septembre.»