Andrew Shaw a signé son premier tour du chapeau en carrière.

Explosion offensive du CH à Detroit

DETROIT — Cinq buts en deuxième période ont mené le Canadien de Montréal vers un gain de 8-1 aux dépens des Red Wings de Detroit, mardi.

Une victoire mettant fin à une série de cinq revers à l’étranger, en plus de garder le Tricolore au premier rang de la course aux quatrièmes as; les Penguins et les Hurricanes, qui pourchassent le CH de près, ont gagné eux aussi.

Andrew Shaw a signé un tour du chapeau et Max Domi un doublé, tout cela épaulé par des filets de Tomas Tatar, Brendan Gallagher et Joel Armia.

«J’ai déjà connu quelques matchs de deux buts, alors le troisième a vraiment fait du bien», a dit Shaw, auteur de son premier tour du chapeau en carrière.

Carey Price a fait 28 arrêts, ne cédant que devant Anthony Mantha.

Jimmy Howard a bloqué 16 rondelles sur 22, puis Jonathan Bernier a stoppé 10 tirs sur 12.

«Il fallait rebondir (après le revers au New Jersey), a dit l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Nous avons bien joué, nous étions confiants avec la rondelle. Les quatre trios ont amené quelque chose. Espérons que ça va continuer lors du prochain match, pour qu’on puisse continuer d’aller dans la bonne direction.»

Le voyage de quatre matchs du Canadien se conclura vendredi à New York, face aux Rangers. Samedi soir, le club montréalais va recevoir les Penguins de Pittsburgh.

Shaw a fait 2-0 à 2:22 au deuxième tiers, obtenant son 14e filet de la saison. Jonathan Drouin a laissé à Domi qui a fait une passe bondissante vers l’enclave, où le vétéran Shaw a marqué d’un tir sec.

Drouin stoppait une disette de sept matchs sans point; il a ajouté trois autres mentions d’aide.

En milieu de période médiane, Price a bloqué une frappe dangereuse de Mantha. Les Wings ont rattrapé le CH pour les tirs à mi-chemin de la rencontre, avec 15 de chaque côté. Il a fallu près de huit minutes pour que Detroit obtienne un premier tir.

Les protégés de Julien ont porté le score à 3-0 à 11:19, grâce à un excellent tir des poignets de Gallagher. Phillip Danault a mis la table pour son 27e but avec une courte passe. Gallagher a dirigé la rondelle à mi-hauteur, déjouant Howard à sa droite. Il obtenait un cinquième filet en six matchs.

Sans pitié

Sans pitié, le Canadien n’a pas tardé à souligner encore plus sa domination. En contre-attaque à quatre contre deux, Drouin a refilé à Domi dans l’enclave et ce dernier a profité d’un écran de Shaw, marquant son 21e but de la saison, à 13:48.

Armia a marqué le cinquième but à 16:09. Du bas du cercle droit, il a profité d’une ouverture béante sur une passe de Jesperi Kotkaniemi.

Mantha a privé Price d’un jeu blanc à 18:16 au deuxième engagement, quand une rondelle déviée deux fois s’est retrouvée sur sa palette, à l’embouchure droite.

Avant le deuxième entracte, Domi a fait 6-1 en redirigeant une passe de Shaw. Puis, dans la troisième minute de la troisième période, le fils de Tie a touché la cible du revers, en échappée.

Il restait 2:33 au cadran quand Shaw a complété un triplé sur une séquence tic-tac-toe, incluant des passes de Domi et Drouin. Après une soirée de cinq points, Domi en est à 10 points à ses six derniers matchs.

Le Canadien a pris l’avance 1-0 à 6:16 au premier tiers, sur une séquence où rien de particulier ne semblait se dessiner. Jordie Benn a lobé le disque en zone adverse et Tatar a gagné sa bataille contre Filip Hronek, y allant ensuite d’une feinte pour battre Howard. Hronek allait être puni, mais le Slovaque a inscrit son 22e but de la saison.

Ce n’est qu’à 7:45 que les Red Wings ont obtenu leur premier tir du match - un faible tir de Hronek.

En milieu de première période, Armia et Kotkaniemi ont été au cœur de bonnes séquences près du filet des Wings. Auteur de 11 filets, le jeune Finlandais n’a pas encore fait mouche à l’étranger.

Le Tricolore a joué avec le feu tard au premier vingt : le club a conclu la période à court d’un homme (Paul Byron, avoir fait trébucher) et vers la fin de la sanction c’est Artturi Lehkonen qui a péché, son bâton élevé créant un désavantage affectant deux périodes. Au début de deuxième vingt, Price a dû frustrer Michael Rasmussen deux fois en trois secondes, de près.