Le Canadien affronte le Lightning de Tampa Bay mardi. «Ce sont toujours des matchs disputés à vive allure et ça devrait être divertissant», a dit l’attaquant Brendan Gallagher au sujet des rencontres face à l’adversaire floridien.

Du boulot en désavantage numérique pour le Canadien

MONTRÉAL — Après s’être payé les champions des séries éliminatoires, le Canadien tentera de jouer le même coup aux champions de la dernière saison régulière.

La formation montréalaise a disputé son match le plus complet de la jeune campagne, samedi, battant les Blues de St. Louis 6-3. Il aura besoin du même genre d’effort s’il souhaite venir à bout du Lightning de Tampa Bay, mardi.

«Ce sont toujours des matchs disputés à vive allure et ça devrait être divertissant, a dit l’attaquant Brendan Gallagher au sujet des matchs face au Lightning. C’est le genre de match qui démontre à quel point le jeu est rendu rapide dans la LNH. Nous devons être prêts à travailler, à patiner avec intensité. C’est une équipe talentueuse, mais nous voulons leur compliquer la tâche.»

L’entraîneur Claude Julien a mis l’accent sur le désavantage numérique à l’entraînement, lundi. Le Canadien a accordé six buts en 17 occasions cette saison.

Le but inscrit en avantage numérique par le défenseur Vince Dunn des Blues, samedi, était le quatrième concédé par le Tricolore après une passe transversale.

«Il faut couper les lignes de passe, a indiqué Julien. Nos joueurs sont pris hors position. Quand le joueur adverse au milieu de l’enclave est rendu près du filet, l’attaquant doit le laisser au défenseur et couper la ligne de passe.

«Notre échec-avant plus haut sur la patinoire est bon, mais dans notre zone, nous sommes soit trop passifs, soit trop dispersés. Il fallait donc clarifier certaines choses.»

De son côté, le Lightning a marqué quatre fois en 15 occasions en supériorité numérique. Après avoir défait les Maple Leafs de Toronto 7-3 jeudi dernier, il s’est incliné 4-2 face aux Sénateurs d’Ottawa, samedi.

Lors de l’entraînement du Tricolore, lundi, la recrue Nick Suzuki semblait être l’attaquant en trop, alors que Nick Cousins jouait au sein du quatrième trio à la droite de Paul Byron et Nate Thompson.

Un premier match pour Cousins?

Cousins a été laissé de côté lors des deux premiers matchs du Canadien. Un problème au dos l’a ensuite tenu à l’écart lors des trois parties suivantes.

Embauché en tant que joueur autonome cet été, Cousins espère avoir enfin l’occasion de disputer un premier match régulier avec sa nouvelle équipe.

«J’ai bien fait la saison dernière. Mes statistiques s’améliorent d’année en année, a dit Cousins. Je crois que je vais dans la bonne direction. C’était donc décevant d’être laissé de côté, puis d’être blessé. Ce n’est pas facile mentalement. D’un autre côté, il reste beaucoup de hockey à jouer cette saison et il faut rester positif.»

Julien n’a pas confirmé si Suzuki allait céder sa place à Cousins contre le Lightning. Il a rappelé que son groupe avait joué un bon match face aux Blues et Julien n’aime pas modifier sa formation après une bonne performance.

Il a toutefois noté que Cousins avait été victime des circonstances au terme du camp, alors que le Canadien n’avait pas de joueurs réguliers à l’infirmerie.

«Il a connu un camp décent et c’était une question de temps avant de lui donner une occasion de jouer, a dit Julien. Puisque notre équipe est en santé, c’est difficile pour certains joueurs qui n’ont pas l’occasion de jouer. Mais la saison est longue et tout le monde va avoir un rôle à jouer.»

Même si Cousins n’a pas encore joué cette saison, cela ne l’a pas empêché de découvrir la passion des partisans montréalais.

«Je suis allé souper au restaurant un soir avec ma copine et quelqu’un m’a approché pour me souhaiter bonne chance cette saison, a raconté le natif de Belleville, en Ontario. J’ai déjà joué à Philadelphie et il y a aussi des gens passionnés, mais ce n’est pas comme ici. C’est probablement ici que c’est le plus fort. C’est amusant et j’adore ça.»

+

POEHLING OBTIENT SES PREMIERS POINTS AVEC LE ROCKET

ROCKFORD, Ill. — Ryan Poehling (photo) a obtenu ses deux premiers points dans la Ligue américaine et il a mené le Rocket de Laval à une première victoire en 2019-2020, 3-1 face aux IceHogs de Rockford.

La troupe de Joël Bouchard a ainsi mis fin à une séquence de trois défaites en amorce de saison. Elle l’a fait de façon sans équivoque en amassant 43 tirs tout en ne permettant qu’à 22 rondelles à se rendre jusqu’au gardien Cayden Primeau.

Face à un recul de 0-1 après la première période, le Rocket a réagi au deuxième vingt en marquant deux fois. Alex Belzile a d’abord créé l’égalité à 5:52, lors d’un avantage numérique, aidé de Poehling et du défenseur Xavier Ouellet.

Moins de trois minutes plus tard, le Rocket prenait l’avance grâce au premier but de Lukas Vejdemo.

Le Rocket a mis la rencontre hors de portée des IceHogs grâce au deuxième de la saison de Charles Hudon avec un peu moins de cinq minutes à écouler au temps réglementaire.

Poehling et le défenseur finlandais Otto Leskinen ont obtenu leurs deuxièmes mentions d’aide du match sur ce filet d’assurance.

Pour Leskinen, 22 ans, il s’agissait d’un deuxième match de suite avec deux aides.

Philip Holm, à 7:02 de l’engagement initial, a été le seul buteur des IceHogs.

Le Rocket accueillera les Bruins de Providence mercredi à la Place Bell. La Presse canadienne