À six pieds un pouce et 215 livres, Nicolas Deslauriers possède un physique imposant et dans le passé, il a démontré qu’il sait comment s’en servir.

Claude Julien voit de belles qualités chez l’attaquant Nicolas Deslauriers

BROSSARD, Qc — À six pieds un pouce et 215 livres, Nicolas Deslauriers possède un physique imposant et dans le passé, il a démontré qu’il sait comment s’en servir. Mais Claude Julien croit que l’attaquant montréalais a bien plus à offrir et celui-ci aura l’occasion de le démontrer dès jeudi soir contre les Coyotes de l’Arizona au Centre Bell.

Quelques minutes après avoir participé à la victoire du Rocket de Laval contre les Comets d’Utica mercredi soir à la Place Bell, Deslauriers a été informé de vive voix qu’il allait devoir emprunter l’un des ponts qui surplombent la rivière des Prairies pour un premier match en carrière dans l’uniforme du Canadien de Montréal.

« Ce n’est pas juste pour moi, mais c’est aussi pour ma famille et mes amis », a indiqué Deslauriers lorsque questionné sur ses impressions à l’idée de revêtir le chandail tricolore, après la brève séance d’entraînement des joueurs au Complexe Bell jeudi matin.

« C’est l’équipe qu’on regardait quand on était jeune et je vais fièrement porter le chandail non seulement pour moi, mais pour tous ceux qui m’entourent. Je suis ici pour faire un travail et je vais tout faire pour rester ici. Ce sera une sensation différente, mais en ce moment j’essaie de ne pas trop y penser. Ce sont des choses qui ne m’affectent pas. »

Reconnu pour sa combativité et son jeu robuste, Deslauriers a participé à 14 matchs avec le Rocket, récoltant trois buts et deux aides. Il affiche un ratio défensif de plus -6 et a accumulé 16 minutes de punition.

« Je suis allé à Laval avec l’idée de travailler et en me disant que ce qui doit arriver arrivera. C’est arrivé hier soir (mercredi) et je suis super content. Les choses allaient bien pour moi cette saison, et je sais très bien ce que l’on attend de moi. Il ne faut pas que je sorte de mon élément, il faut que j’amène un peu de robustesse, comme je le fais depuis le début (à Laval) », a déclaré Deslauriers, qui a inscrit 12 buts et 18 mentions d’aide, avec 186 minutes de punition, en 211 matchs lors de ses quatre saisons avec les Sabres de Buffalo entre 2013 et 2017.

Deslauriers, qui portera le numéro 20, a patiné au sein d’un trio que complétaient Jacob De La Rose et Byron Froese. L’entraîneur-chef du Canadien espère voir ces trois joueurs procurer une identité claire et nette à son quatrième trio, et il semble beaucoup compter sur Deslauriers pour atteindre un tel objectif.

« Il faut regarder les joueurs que vous avez à votre disposition et ce que je recherche d’un quatrième trio, c’est une identité, peu importe laquelle », a précisé Julien.

« Ce soir, vous allez voir des joueurs combatifs et nous souhaitons obtenir des présences où ils travailleront avec vigueur et généreront de l’énergie. Froese est un joueur intelligent capable de s’imposer physiquement et De La Rose possède un bon physique. Nous avons une opportunité ce soir de voir notre quatrième trio se donner une identité, et si ça devient attrayant, il n’y a pas de doute que nous regarderons le tout avec plus d’attention. »

Julien a pu voir Deslauriers à l’œuvre mercredi soir et il avait beaucoup de bonnes choses à dire à son sujet. Il avait également entendu des commentaires positifs de la part des dirigeants du Rocket.

« Il possède un physique imposant, il patine bien, mais c’est aussi un joueur qui joue de façon intelligente. Il prend de bonnes décisions et a fait beaucoup de bonnes choses à Laval. À Buffalo, de ce que nous avons vu, on l’envoyait frapper tout ce qui bougeait sur la patinoire. Je vois un joueur qui a beaucoup plus à offrir que ça », a décrit Julien, qui a aussi loué l’attitude de Deslauriers à Laval et le leadership qu’il a affiché.

Par ailleurs, Torrey Mitchell était de retour sur la patinoire après avoir été affaibli par un virus qui l’a forcé à rater la rencontre de mardi contre les Blue Jackets de Columbus. Mitchell a fait du temps supplémentaire en compagnie de Kirk Muller après la séance d’entraînement et tout laisse croire qu’il sera laissé de côté face aux Coyotes.

Enfin, Carey Price n’a pas patiné, même en solitaire, et lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il avait une nouvelle mise à jour au sujet du gardien, Julien a répondu que la durée de son absence était indéterminée.