Ben Chiarot
Ben Chiarot

Ben Chiarot s’ennuie de ses coéquipiers, mais profite du temps en famille

MONTRÉAL — Ben Chiarot s’ennuie tellement de ses coéquipiers qu’il n’a pas voulu s’amuser à leurs dépens quand on lui a demandé ce dont il s’ennuyait le moins pendant qu’il était en isolement en raison de la pandémie du nouveau coronavirus.

Le défenseur du Canadien de Montréal n’a pas vu ses coéquipiers depuis le 12 mars. Ce matin-là, il s’était rendu au Complexe sportif Bell à Brossard pour un entraînement matinal en prévision d’un duel en soirée contre les Sabres de Buffalo. Une fois arrivés au centre d’entraînement, les joueurs ont été renvoyés à la maison. Quelques heures plus tard, la LNH annonçait qu’elle mettait sa saison sur pause.

«Ce fut une journée étrange dont je me souviendrai toujours, a dit Chiarot, jeudi, lors d’une conférence téléphonique à partir de sa résidence de Waterloo, en Ontario. C’est cette journée-là que tout a commencé, que tout a changé pour beaucoup de personnes.»

La LNH a depuis repoussé trois fois la fin de son moratoire sur les entraînements, présentement en place jusqu’au 30 avril.

«Vous passez d’une situation où vous êtes avec 22 autres joueurs à chaque jour à être seul à la maison; c’est probablement d’eux dont je m’ennuie le plus, a dit Chiarot. Et ce dont je m’ennuie le moins? Je pourrais jeter quelques gars dans la fosse aux lions, mais je ne le ferai pas parce que je m’ennuie de tout le monde après un mois.»

Petit à petit, Chiarot s’est néanmoins habitué à son nouveau rythme de vie. Chiarot a un gymnase dans son sous-sol et s’entraîne régulièrement pour être en forme quand, et si, la LNH tente de terminer la saison.

Chiarot a aussi raconté qu’il s’amusait à regarder de vieux matchs de hockey diffusés sur les différentes chaînes sportives. Il a noté qu’il a pu regarder un match du légendaire défenseur des Bruins de Boston Bobby Orr au complet pour une première fois la semaine dernière.

«C’est hilarant de voir Bobby Orr patiner d’une ligne bleue à l’autre avec un joueur qui l’accroche», a dit Chiarot en revenant sur le style de hockey des années 1970.

«Quand je vois ces vieilles séquences, je me dis que ce serait bien de pouvoir encore faire ça aujourd’hui», a-t-il ajouté en riant.

Du temps en famille

L’été 2019 a amené des chambardements dans la vie de Chiarot. Il a non seulement quitté les Jets de Winnipeg au profit du Canadien par l’entremise du marché des joueurs autonomes, mais son épouse, Jacqueline, et lui ont également accueilli leur premier enfant, Emmerson. Leur fille est maintenant âgée de 10 mois.


« Pendant la saison, je suis à la maison seulement quelques jours à la fois. Depuis que la LNH est en pause, je suis avec elle 24 heures sur 24. J’apprends à mieux la connaître »
Ben Chiarot, défenseur du Canadien de Montréal

«Quand elle est fatiguée ou qu’elle a faim, je comprends mieux ses cris, son comportement. Ce n’est pas qu’elle est mécontente. Il y a une raison, a-t-il ajouté. Je comprends mieux ses besoins.»

Et en ce qui concerne son arrivée à Montréal, Chiarot ne regrette absolument rien, lui qui a dépassé les attentes de bien des observateurs cette saison.

En 69 matchs avant l’arrêt des activités, Chiarot avait établi des sommets personnels pour les buts (9) et les points (21). Son temps d’utilisation moyen de 23:08 représentait aussi une hausse considérable par rapport à sa plus haute utilisation moyenne en six saisons avec les Jets - de 18:37.

«J’ai réalisé cette saison que je pouvais atteindre un autre niveau, a mentionné Chiarot. Claude (Julien), Luke (Richardson) et Kirk (Muller) m’ont aidé à comprendre que je pouvais continuer à m’améliorer. Je me suis retrouvé dans un nouvel environnement qui m’a permis de comprendre ça.

«Claude et Luke m’ont fait confiance pour que je contribue à l’attaque. J’ai été employé en prolongation et j’ai livré la marchandise deux fois. En jouant avec Shea (Weber) et des trios offensifs, j’ai plus souvent l’occasion de contribuer en attaque. Notre équipe aime le jeu rapide et encourage les défenseurs à appuyer l’offensive. Ici, on ne m’a jamais dit de ne pas appuyer l’attaque. Il y a donc de nombreux facteurs qui expliquent la hausse de mes statistiques à l’attaque. Et j’espère continuer à progresser.»

Il ne reste plus qu’à savoir quand Chiarot aura l’occasion de revoir ses coéquipiers et de poursuivre sa lancée en attaque avec le Canadien.