Canadien

Le Canadien se battra pour le troisième rang à Toronto

MONTRÉAL — De retour devant ses partisans cette semaine, le Canadien a vite stoppé sa glissade de quatre parties qui avait commencé avec un revers en prolongation face aux Maple Leafs de Toronto. Et revoilà les Maple Leafs, alors que la formation montréalaise aura l’occasion, samedi, de s’approcher à un seul point de ses rivaux et du troisième rang de la section Atlantique.

Il y a deux semaines, les Maple Leafs étaient arrivés au Centre Bell avec un seul point d’avance sur le Canadien. Le deuxième rang de la section Atlantique était alors à l’enjeu et John Tavares avait permis aux Leafs de quitter Montréal sans avoir perdu la face contre une équipe avec des attentes beaucoup moins élevées cette saison en touchant la cible en prolongation.

Depuis ce duel du 9 février, les Bruins de Boston ont gagné sept matchs de suite, ce qui leur a permis de devancer le Canadien et les Maple Leafs au classement. Pour leur part, les Maple Leafs ont gagné seulement deux de leurs six matchs (2-3-1).

L’offensive des Maple Leafs est au neutre depuis trois rencontres, alors qu’elle a généré seulement quatre buts lors d’une séquence de trois défaites (0-2-1).

«J’aime la manière dont nous avons joué la majorité des soirs, a mentionné l’entraîneur-chef Mike Babcock après la défaite de 3-2 des Maple Leafs face aux Capitals de Washington, jeudi. Je crois que si vous continuez à faire de bonnes choses, le vent va éventuellement tourner. Alors ça ne m’inquiète pas trop.»

Du côté du Canadien, l’offensive a marqué au moins cinq buts dans un match pour une 15e fois cette saison lors d’une victoire de 5-1 face aux Flyers de Philadelphie, jeudi.

Phillip Danault et Max Domi ont fracassé des sommets personnels pour les points en une saison, Brendan Gallagher a réussi un premier tour du chapeau en carrière et se dirige vers une deuxième campagne d’affilée d’au moins 30 buts, tandis que Tomas Tatar a atteint le plateau des 20 buts pour une cinquième saison consécutive. Tout ça avec encore 21 matchs à jouer.

«Ce sont des choses qui arrivent avec les victoires et les succès, a dit Gallagher au sujet des nombreux exploits personnels accomplis par ses coéquipiers et lui. Ils ont tous contribué de manière importante aux succès de l’équipe. Nous comptons sur eux à chaque match et ils sont constants. C’est pour cette raison qu’autant de records individuels ont été battus.»

Pas de vide

Alors que plusieurs craignaient que les départs de Max Pacioretty et Alex Galchenyuk avant la saison créent un vide du côté de l’attaque, l’offensive du Canadien se classait plutôt 14e à travers la LNH avant les rencontres de vendredi, avec une moyenne de buts marqués par rencontre (2,98). Le Tricolore n’a pas terminé une saison aussi haut au classement à ce chapitre depuis 2012-2013, quand il s’était classé cinquième avec une production moyenne de 3,04 buts par match lors de la campagne écourtée par le lock-out.

«C’est parce que nous jouons du hockey rapide», a expliqué l’entraîneur-chef Claude Julien après la victoire des siens face aux Flyers de Philadelphie. «Il n’y a rien de plus difficile à défendre qu’une équipe qui se dirige vers vous à pleine vitesse. Nos attaquants reviennent en appui avant de tourner et de se diriger vers la zone offensive avec de la vitesse plutôt que d’être paresseux et d’attendre de recevoir une passe à la ligne bleue en étant immobiles. C’est ce qui a beaucoup aidé notre équipe cette saison.»

Alors que le classement se resserre derrière le Canadien avec les Hurricanes de la Caroline et les Blue Jackets de Columbus à l’affût, la troupe de Claude Julien voudra profiter du duel face aux Maple Leafs pour se donner l’occasion de continuer à regarder devant, et non derrière.

«Ce sont toujours de gros matchs contre eux, particulièrement à ce temps-ci de l’année et en raison de notre situation», a reconnu le défenseur Brett Kulak.

«La table est mise pour un grand match et nous avons tous hâte.»

Canadien

Gallagher réussit un premier tour du chapeau et le Canadien bat les Flyers 5-1

MONTRÉAL — À son 467e match dans la LNH et après 11 performances de deux buts, Brendan Gallagher a enfin réussi un premier tour du chapeau, propulsant le Canadien vers une victoire de 5-1, jeudi, face aux Flyers de Philadelphie.

Après une chaleureuse ovation des partisans pour le nouveau retraité Georges St-Pierre, honoré avant la rencontre, les joueurs du Tricolore ont permis aux spectateurs de continuer à fêter.

Gallagher a lancé le bal après 58 secondes de jeu et a mis fin à la soirée de travail de Carter Hart à mi-chemin en première période, avant de compléter son tour du chapeau après 2:56 de jeu en deuxième.

En 61 matchs cette saison, Gallagher a maintenant récolté 26 buts et 14 aides, dont sept buts et trois aides à ses huit dernières sorties. Son sommet personnel est de 31 buts, établi la saison dernière.

Jesperi Kotkaniemi et Tomas Tatar ont aussi touché la cible pour le Canadien (33-21-7), qui a gagné un deuxième match de suite après avoir traversé une séquence de quatre revers. Carey Price a repoussé 29 lancers.

«Nous avons bien patiné. C'est la clé. Quand nous patinons bien, nous bougeons bien la rondelle et nous créons des chances de marquer, a analysé l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Notre repli défensif était là. Nous avons été capables de minimiser les dommages que les Flyers ont provoqué contre plusieurs équipes dernièrement.»

Phillip Danault était de retour au jeu après avoir raté le rendez-vous de mardi face aux Blue Jackets de Columbus pour assister à la naissance du premier enfant de son couple. Il a récolté une aide sur le premier but de Gallagher, obtenant un 41e point cette saison, un sommet en carrière.

Max Domi a aussi établi un sommet personnel en amassant un 53e point sur le but de Tatar. Ce dernier a pour sa part atteint le plateau des 20 buts pour une cinquième campagne d'affilée.

Avec Gallagher, Domi et Tatar qui ont déjà marqué au moins 20 buts cette saison, le Canadien compte sur au moins trois marqueurs de 20 buts pour une première fois depuis la saison 2014-15. Max Pacioretty, Tomas Plekanec, Alex Galchenyuk et Gallagher avaient alors atteint ce plateau.

Du côté des Flyers (28-26-7), Hart a été chassé de son filet après avoir accordé trois buts sur neuf tirs en un peu plus de 10 minutes de jeu lors d'un deuxième match de suite. Il avait subi le même sort mardi, dans un revers de 5-1 contre le Lightning de Tampa Bay.

«Nous avons toujours des informations sur le gardien adverse. Parfois ça fonctionne, parfois non, a rappelé Julien. Ils ont commencé le match avec un bon jeune gardien qui a une longue carrière devant lui et qui a aidé énormément son équipe. Ce soir, nous avons été en mesure de le battre tôt. C'est comme ça.»

Brian Elliott a pris la relève de Hart et a accordé deux buts sur 31 tirs.

Michael Raffl a été le seul à déjouer Price, en faisant dévier un tir de Shayne Gostisbehere à 10:23 de la troisième période.

Charles Hudon avait été laissé de côté par Julien en raison du retour au jeu de Danault. Nicolas Deslauriers et Christian Folin l'ont accompagné sur la passerelle.

Artturi Lehkonen disputait un 200e match dans la LNH.

Le Canadien disputera ses quatre prochains matchs à l'étranger. Ce voyage commencera avec un arrêt à Toronto, samedi, pour y affronter les Maple Leafs.

Échos de vestiaire

Brendan Gallagher était heureux de voir Georges St-Pierre être honoré avant le match:

«Je suis toujours excité quand il vient. Les partisans sont toujours bruyants. J'étais l'un de ses partisans, je crois que tout le monde dans le vestiaire l'a été. Il a connu une carrière extraordinaire et il était quelqu'un de très talentueux.»

Tomas Tatar était surpris d'apprendre qu'il s'agissait du premier tour du chapeau de Brendan Gallagher dans la LNH:

«Il est un bon marqueur. Il marquait souvent contre nous quand je jouais pour les Red Wings de Detroit. Je suis surpris, mais c'est un beau moment pour lui. Il a travaillé très fort ce soir.»

Carter Hart s'expliquait mal le troisième but qu'il a concédé, quand Brendan Gallagher l'a surpris du coin de la patinoire:

«Je me place toujours de cette manière en appuyant mon patin contre mon poteau et c'est la première fois de ma vie que j'accorde un but comme celui-là. Je suis certain que ça va arriver d'autres fois, mais c'est le genre de tir où il a une chance sur 100 de marquer.»

Canadien

Le Canadien met fin à sa glissade de quatre défaites

Tomas Tatar a tranché en troisième période et le Canadien a freiné sa série de défaites à quatre en venant à bout des Blue Jackets de Columbus par le score de 3-2, mardi.

Tatar a brisé une égalité de 2-2 avec 6:52 à jouer en troisième période en marquant son 19e but de la saison quand Jordie Benn l’a rejoint d’une passe parfaite à l’embouchure du filet.

Max Domi, avec son 20e but, et Paul Byron, qui effectuait un retour au jeu après avoir raté six matchs, ont aussi marqué pour le Canadien (32-21-7), qui avait amassé un seul point à ses quatre dernières sorties (0-3-1). Jesperi Kotkaniemi a amassé deux aides et Carey Price a repoussé 31 lancers.

Le Tricolore a ainsi conservé ses acquis dans la course aux séries, gonflant sa récolte saisonnière à 71 points. Le Canadien aussi reçu de l’aide des Rangers de New York mardi. Ces derniers ont défait les Hurricanes de la Caroline 2-1 et sont demeurés coincés au neuvième rang de l’Association de l’Est avec 68 points.

Josh Anderson a amassé un but et une aide, tandis que Nick Foligno a aussi marqué pour les Blue Jackets (33-23-3). Boone Jenner a récolté deux aides et Sergei Bobrovsky a effectué 29 arrêts.

 Jeu animé

Le début de rencontre a donné droit à du jeu animé et le Canadien a rapidement ouvert la marque après 1:21 de jeu, quand Domi a touché la cible lors d’une attaque à deux contre un.

Le Tricolore est revenu à la charge avec 2:48 à faire à l’engagement, quand Byron a profité d’un bond favorable de la bande à la suite d’un lancer de Jesperi Kotkaniemi pour inscrire son 11e but de la saison. Byron disputait son 400e match en carrière dans la LNH.

Pendant ce temps, Price brillait face à Oliver Bjorkstrand et Eric Robinson.

Les Blue Jackets ont finalement déjoué Price après 65 secondes de jeu en deuxième période. Anderson l’a battu grâce à un tir des poignets parfait dans le haut du filet lors d’une descente en surnombre.

Des revirements en sortie de zone ont mené à des occasions des Blue Jackets, mais Price a frustré Riley Nash et Anderson. Ce dernier a aussi obtenu une occasion en échappée en infériorité numérique, mais il s’est à nouveau buté à Price.

Anderson a encore été au centre de l’occasion qui a permis aux Blue Jackets de créer l’égalité avec 10:53 à faire en troisième période. Price a stoppé son tir lors d’une autre attaque à deux contre un, mais le gardien a échappé le disque. Foligno a sauté sur la rondelle libre et l’a poussée dans l’objectif.

Andrew Shaw est passé bien près de relancer le Canadien quelques minutes plus tard, en avantage numérique. Domi a contourné le défenseur Seth Jones avant de remettre à sa gauche à Shaw, mais Bobrovsky a réussi un arrêt spectaculaire.

Après que Tatar eut redonné l’avantage aux locaux, Price a fermé la porte en frustrant notamment Zach Werenski avec la mitaine.

Le retour au jeu de Byron a forcé le Canadien à céder un joueur à son club-école dans la Ligue américaine de hockey. Dale Weise a été rétrogradé au sein du Rocket de Laval.

Le centre Phillip Danault était absent pour des raisons familiales.

Du côté des Blue Jackets, l’ailier étoile Artemi Panarin avait été laissé de côté en raison d’un virus. Brandon Dubinsky effectuait un retour au jeu après une absence de sept parties en raison d’une blessure à la hanche. Dubinsky disputait un 800e match dans la LNH.

Le Canadien disputera son prochain match jeudi, quand il accueillera les Flyers de Philadelphie.

Canadien

Canadien 3/Panthers 6: prolifique Barkov [VIDÉO]

SUNRISE — Il y a dix jours, après une éclatante victoire contre les Jets de Winnipeg, le Canadien de Montréal semblait avoir trouvé la voie du succès. Voilà que tout est à recommencer.

Aleksander Barkov a connu une soirée de trois buts et une aide, incluant un filet magistral tard en deuxième période, et les Panthers de la Floride ont défait le Canadien de Montréal par la marque de 6-3 dimanche soir au BB&T Center.

Du coup, les hommes de Claude Julien ont perdu les trois matchs de leur périple qui les avait menés à Nashville, jeudi, et à Tampa Bay samedi. Ce revers, combiné à la victoire des Penguins de Pittsburgh en après-midi face aux Rangers de New York, a fait glisser le Canadien (31-21-7) au huitième rang du classement général de l’Association Est.

«Pas à point»

Les Penguins et le Canadien présentent des dossiers tout à fait identiques, mais la formation de la Pennsylvanie possède l’avantage, car elle compte 30 victoires en temps réglementaire ou en prolongation, une de plus que le Tricolore. Le Canadien doit aussi garder un oeil dans son rétroviseur, car les Hurricanes de la Caroline (31-22-6) n’ont plus qu’un seul point de retard.

«On n’est pas à point dernièrement. Ça fait quelques matchs et je pense que ce soir, ç’a été le pire, surtout qu’en deuxième, on est revenu dans le match. Mais deux punitions d’indiscipline nous ont enlevé le vent dans les voiles et leur ont donné un deuxième souffle. Encore là, en troisième période, on s’est écrasé», a analysé Julien.

Barkov, qui avait inscrit un but et une aide au premier vingt face à Antti Niemi, a rompu une égalité de 3-3 avec 2:11 à jouer à la période médiane en logeant la rondelle au-dessus de l’épaule droite de Carey Price, malgré le fait qu’il était dérangé par le défenseur Victor Mete, non sans, auparavant, avoir pris le temps de glisser le disque entre ses jambes.

«J’ai vu ce genre de buts sur YouTube et dans les faits saillants et je rêvais d’en réussir un de la sorte un jour, a mentionné Barkov. Je pense que j’ai essayé 17 fois pendant ma carrière. Ç’a fonctionné pour la première fois et je suis heureux, mais les deux points étaient plus importants.»

Barkov, qui totalise 22 buts, a complété son tour du chapeau en milieu de troisième période lorsqu’il a logé le disque dans un filet devenu ouvert après que sa passe vers Jonathan Huberdeau est revenue directement sur la lame de son bâton après avoir été coupée par le défenseur Jeff Petry. Price, qui avait amorcé son déplacement latéral, n’a pas été en mesure de couvrir l’espace vacant.

Denis Malgin (7e) et Frank Vatrano (20e) ont également marqué pour les Panthers (25-24-8), qui ont signé une deuxième victoire d’affilée. Riley Sheahan (8e) a ajouté un but dans une cage déserte avec 2:25 à jouer au temps réglementaire.

Deux buts de Domi

Dans la défaite, Max Domi a marqué deux buts, ses 18e et 19e de la saison, l’autre allant à Brendan Gallagher (23e). Tomas Tatar a récolté des aides sur les deux buts de Domi.

Le Canadien a dirigé 31 tirs vers James Reimer, mais seulement trois en troisième période. Les Panthers ont amassé 36 tirs en direction de Niemi et de Price.

Les patineurs montréalais, qui ont perdu leurs quatre dernières sorties, reprendront le collier mardi soir alors qu’ils accueilleront les Blue Jackets de Columbus. Julien s’est d’ailleurs servi de ce matin pour faire preuve de philosophie et placer les choses dans une perspective plus globale.

«On a perdu un match ce soir et on a une chance de se reprendre mardi. Avant le match, il y avait des gens sur la glace qui ont perdu autre chose qu’ils ne pourront pas récupérer, a déclaré Julien en faisant allusion à une cérémonie empreinte d’émotion visant à commémorer le premier anniversaire de la tuerie dans une école secondaire de la Floride qui avait fait 17 victimes.

«Ce n’est pas la fin du monde. On va gérer nos affaires à l’interne, on va prendre le temps de faire ça avant le match de mardi. Pour nous, c’est de rebondir. Toutes les équipes passent par de tels moments.»

Niemi rouillé

Le revers fait d’autant plus mal que le Canadien avait surmonté une contre-performance de Niemi, victime de trois buts sur seulement neuf tirs, tout ça en moins de 14 minutes.

À sa première sortie depuis le 2 février, Niemi a d’abord été incapable de contrôler un retour d’un tir faible de Keith Yandle, permettant à Barkov d’ouvrir la marque à 3:59 de l’engagement initial.

Moins de huit minutes plus tard, il s’est montré très généreux sur le but de Malgin, marqué à l’aide d’un tir des poignets inoffensif décoché d’une quarantaine de pieds.

Canadien

Pekka Rinne et les Predators ont le dernier mot face au Canadien, 3-1

NASHVILLE — Face à un autre prétendant aux grands honneurs, le Canadien a finalement encaissé un deuxième revers en temps réglementaire en plus d'un mois, s'inclinant 3-1 contre les Predators de Nashville, jeudi.

La formation montréalaise disputait un troisième match d'affilée contre une des équipes favorites pour mettre la main sur la coupe Stanley. Après avoir vaincu les Jets de Winnipeg et soutiré un point aux Maple Leafs de Toronto en perdant en prolongation, le Tricolore est arrivé à court face aux Predators.

«Quand vous regardez la manière dont nous avons joué ce soir, surtout en première période, ça paraissait que nous n'avions pas joué depuis quatre jours, a noté l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Nous avons mieux joué en deuxième période, mais nous aurions dû profiter de nos occasions.

«En troisième, je pense que les erreurs ont été faites de notre côté et c'est ce qui leur a donné leurs chances de marquer.»

Brian Boyle et Viktor Arvidsson ont touché la cible dans un intervalle de 2:24 à mi-chemin en troisième période et les Predators ont mis fin à une série de trois défaites (0-2-1).

Ryan Hartman a aussi marqué pour les Predators (34-21-5). Pekka Rinne a stoppé 34 lancers.

Tomas Tatar a été l'unique buteur du Canadien (31-19-7), qui présente maintenant un dossier de 8-2-2 à ses 12 dernières sorties. Carey Price a repoussé 35 tirs.

Les Predators ont eu le vent dans les voiles en début de rencontre, mais Price a permis au Canadien d'atteindre des eaux plus calmes en accumulant les arrêts à un rythme impressionnant.

La tendance s'est renversée en deuxième période, alors que le Canadien a décoché les 11 premiers lancers de l'engagement. Toutefois, ce sont les Predators qui ont ouvert le pointage à 9:49 sur leur troisième lancer de la période. Hartman a coupé une passe de Jonathan Drouin en zone neutre avant de profiter d'un retour pour inscrire son 10e but de la campagne.

Les deux gardiens ont été les vedettes par la suite. Price a été à la hauteur face à Arvidsson en échappée, tandis que Rinne a été fumant devant Andrew Shaw.

Le Tricolore a créé l'égalité à 5:26 du dernier tiers, quand Tatar a marqué son 18e but de la saison. Tatar a effectué l'entrée de zone, puis a profité d'une remise de Shaw pour faire bouger les cordages.

Boyle et Arvidsson ont finalement permis aux Predators d'avoir le dernier mot. Acquis des Devils du New Jersey la semaine dernière, Boyle a marqué un premier but avec les Predators à 8:36 à l'aide d'un puissant lancer frappé. Arvidsson a enchaîné à 11:00 en inscrivant son 26e but de la saison en complétant une belle mise en scène de Ryan Johansen et Ryan Ellis.

Rinne s'est occupé du reste. Il a aussi joué de chance quand Victor Mete a raté une cage béante après qu'un tir de Shea Weber eut rebondi derrière le filet avant de revenir devant.

Le Tricolore a donc été incapable d'offrir une victoire à Weber pour son 900e match dans la LNH.

Les attaquants Nate Thompson et Dale Weise disputaient un premier match avec le Canadien depuis les transactions qui les ont sortis respectivement de Los Angeles et Philadelphie. De son côté, le défenseur Christian Folin, acquis des Flyers en compagnie de Weise, s'est contenté du rôle de spectateur, tout comme Matthew Peca et Charles Hudon.

«Ils ont bien joué ce soir, ils ont connu une belle progression, a dit Julien au sujet de son quatrième trio composé de Thompson, Weise et Nicolas Deslauriers. Ils nous ont donné ce que nous voulions - une belle énergie et même des chances de marquer.»

Le Canadien sera de retour en action samedi, quand il rendra visite au Lightning de Tampa Bay. Il jouera ensuite dimanche soir face aux Panthers, en Floride.

Canadien

Shea Weber disputera un 900e match dans la LNH

Le hasard fait parfois bien les choses et il est naturel que le défenseur du Canadien Shea Weber retrouve son ancienne formation jeudi, quand il disputera un 900e match dans la LNH.

Sélectionné en deuxième ronde du repêchage de 2003 par les Predators de Nashville, 49e au total, Weber deviendra le 19e joueur de cette cuvée à atteindre le plateau des 900 rencontres dans le circuit Bettman. Il en a joué 763 dans l’uniforme des Predators, le deuxième plus haut total dans l’histoire de l’équipe.

Weber est toutefois maintenant bien enraciné chez le Canadien, plus de deux ans et demi après la transaction qui a envoyé P.K. Subban aux Predators en retour du défenseur format géant. Aujourd’hui capitaine du Tricolore, Weber est le grand meneur de l’équipe.

«En étant capitaine, c’est son vestiaire, a affirmé plus tôt cette semaine l’entraîneur-chef Claude Julien au sujet de Weber, après avoir insisté pour rappeler que ses propos n’enlevaient rien au capitaine précédent, Max Pacioretty. Il est respecté. Il avait déjà été capitaine et il sait comment gérer ce rôle.

«Shea a fait un travail exceptionnel avec l’équipe, non seulement comme groupe, mais aussi pour inclure les jeunes joueurs, pour s’assurer qu’ils sentent qu’ils font partie de l’équipe et qu’ils ne sont pas de simples recrues. Il est aussi quelqu’un qui croit en ce que les entraîneurs essaient d’accomplir. Quand nous quittons le vestiaire, il a la responsabilité de s’assurer que le message est compris et que les joueurs le respectent.»

Son impact sur la patinoire se fait aussi ressentir. Le Canadien présentait une fiche de 11-8-5 avant que Weber effectue un retour au jeu le 27 novembre après s’être remis d’opérations à un pied et à un genou. La troupe de Julien affiche depuis un dossier de 20-10-2, alors que Weber a récolté neuf buts et 12 aides.

Ses 21 points en 32 rencontres depuis le 27 novembre le classent au 17e rang du circuit Bettman parmi les défenseurs, à égalité notamment avec son coéquipier Jeff Petry. Weber présente aussi un différentiel de + 16 depuis cette date, ce qui fait de lui le quatrième meilleur défenseur du circuit à ce chapitre depuis son retour au jeu.

Bonne séquence pour le Canadien

Mené par son capitaine, le Tricolore traverse une séquence de 8-1-2 en 11 sorties, incluant une victoire et un revers en prolongation face aux Jets de Winnipeg et aux Maple Leafs de Toronto à ses deux dernières rencontres. La tâche ne sera pas plus facile face aux Predators, deuxièmes dans la section Centrale à quatre points des Jets, puis samedi face au Lightning de Tampa Bay, qui file vers le trophée des Présidents.

«Ce sont quatre équipes (les Jets, les Maple Leafs, les Predators et le Lightning) qui pensent pouvoir gagner la coupe Stanley, a rappelé le centre Phillip Danault. Les Predators représentent un autre gros défi. Ils sont particulièrement bons à domicile. Mais avec de nouveaux joueurs, ce sera excitant.»

Les attaquants Nate Thompson et Dale Weise devraient disputer un premier match avec le Canadien depuis les transactions qui les ont sortis respectivement de Los Angeles et Philadelphie. De son côté, le défenseur Christian Folin, acquis des Flyers en compagnie de Weise, devra vraisemblablement attendre son tour avant de faire ses débuts dans son nouvel uniforme.

«Marc [Bergevin] est allé les chercher un peu avant la date limite des échanges, ça va leur donner un peu plus de temps pour trouver leurs repères, a ajouté Danault. Ce n’est pas toujours évident quand vous arrivez avec une nouvelle équipe tard en février. Je crois que c’était le bon moment et j’ai hâte de voir comment ils vont s’intégrer.»

Peu importe qui sera envoyé dans la mêlée face aux Predators, Julien s’attend pour sa part à un engagement complet de ses joueurs pour leur capitaine.

«J’ai bon espoir que les gars l’aiment assez pour tout donner et gagner son 900e match, a-t-il dit. J’espère qu’ils vont tout laisser sur la glace et lui offrir un match dont il se souviendra longtemps.»

Canadien

De retour à Montréal, Weise se «sent revivre»

Dale Weise ne pourrait être plus heureux d’être de retour avec le Canadien de Montréal, au point de croire qu’il pourra reprendre là où il a laissé il y a trois ans, avant qu’il ne soit échangé aux Blackhawks de Chicago.

D’un enthousiasme débordant après son premier entraînement depuis la transaction qui l’a fait passer des Flyers de Philadelphie au Canadien samedi, Weise était comme un poisson dans l’eau après avoir retrouvé son chandail numéro 22 du Tricolore.

«C’est irréel d’être de retour. En arrivant, les mêmes personnes sont là pour vous accueillir. C’est incroyable, a-t-il dit mardi. Oui, il n’y a que quelques joueurs de l’époque qui sont encore ici, mais c’est un groupe incroyable. Je me sens déjà comme chez moi. J’ai hâte de jouer.

«Je me sens vraiment comme il y a trois ans. Rien n’a changé. J’ai le même numéro. Mon casier n’est pas tout à fait à la même place et je pense que ma barbe est un peu plus belle, mais c’est tout! Je suis tellement heureux d’être de retour ici.»

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis le départ de Weise en février 2016. Carey Price, Brendan Gallagher, Paul Byron et Jeff Petry sont les seuls joueurs réguliers de l’époque à encore porter les couleurs du Canadien.

De son côté, Weise n’a pu faire sa place dans le dernier droit avec les Blackhawks au printemps 2016. Il a ensuite signé un contrat de quatre saisons d’une valeur moyenne annuelle de 2,35 millions $ US avec les Flyers et n’a jamais véritablement été en mesure de répondre aux attentes de sa nouvelle équipe.

Après des saisons de 15 points en 64 matchs et huit points en 46 rencontres, Weise a vu son nom être soumis au ballottage par les Flyers plus tôt cet automne. Il a brièvement été cédé dans la Ligue américaine et il avait amassé cinq buts et six aides en 42 sorties avec les Flyers cette saison avant d’être échangé au Canadien.

Regerder vers l’avenir

Weise n’a pas voulu revenir sur son séjour avec les Flyers, mardi, alors qu’il préfère regarder vers l’avenir. Et même si son optimisme peut paraître exagéré, il n’hésite pas à affirmer qu’il pourra redevenir le joueur qu’il était lors de son premier séjour avec le Canadien.

«Je suis revigoré instantanément. Je me sens revivre, a déclaré Weise, maintenant âgé de 30 ans.

«Je crois être un meilleur joueur. Je suis plus âgé, j’ai plus d’expérience, a-t-il ajouté. Vous savez ce qui fonctionne pour vous et ça fait de vous un joueur plus constant. Quand j’étais ici, on m’a donné de belles occasions. J’avais énormément confiance et c’est la clé pour un joueur. Quand vous avez confiance, vous pouvez élever votre jeu. Je m’attends à reprendre là où j’ai laissé.»

Weise aura fort à faire pour égaler ses performances avec le Canadien entre 2014 et 2016. Il avait alors connu trois saisons d’au moins 10 buts, incluant une production de 14 buts en 56 matchs avant son départ pour Chicago en 2015-16.

Ces performances lui ont toutefois permis de signer son lucratif contrat avec les Flyers pendant l’été 2016. Weise aurait pu accepter moins d’argent pour revenir avec le Canadien, mais il ne regrette pas sa décision. La vie l’a finalement ramené là où il est le plus heureux.

«Vous devez faire le plus d’argent possible pendant que vous le pouvez. C’est la nature des choses et la famille vient en premier, a rappelé Weise. J’ai obtenu plus d’argent que si j’étais resté ici, mais je suis maintenant de retour. C’est la situation parfaite.»

Canadien

La recette de Claude Julien pour le quatrième trio

Claude Julien insiste pour dire que ce n’est qu’une coïncidence. Mais les membres de son nouveau quatrième trio rappellent un peu ceux sur qui il a compté quand il a guidé les Bruins de Boston vers les grands honneurs en 2011.

À l’époque, Julien avait rassemblé Gregory Campbell, Daniel Paille et Shawn Thornton au sein d’une unité qui s’était avérée fiable pendant la marche de l’équipe vers la coupe Stanley. Mardi, Nicolas Deslauriers et les nouveaux-venus Dale Weise et Nate Thompson composaient le quatrième trio du Canadien.

Paille était reconnu pour son coup de patin, comme Weise. Campbell était un centre fiable plutôt efficace dans le cercle des mises en jeu, comme Thompson. Thornton ajoutait un élément robustesse à l’unité, comme Deslauriers.

«De nos jours, votre quatrième trio doit amener quelque chose à l’équipe et je pense que ma quatrième unité en 2011 serait encore bonne en 2019, a noté Julien quand il a été invité à comparer les deux trios. C’était un trio qui excellait en échec-avant et qui provoquait parfois des occasions de marquer. Je pouvais l’envoyer parfois contre les meilleurs éléments adverses et nous parvenions à embouteiller l’adversaire dans son territoire. Ça me permettait de revenir avec mes meilleurs trios contre des éléments moins dominants de l’adversaire.

«J’espère obtenir un résultat semblable, mais les choix n’ont pas été faits en fonction de ça.»

Julien a indiqué que l’équipe était à la recherche d’un joueur de centre d’expérience qui pouvait remporter des mises en jeu et écouler des punitions. Thompson présente ce profil, lui qui a disputé 672 matchs dans la LNH et qui affiche une efficacité de 53,1 % dans le cercle des mises en jeu cette saison.

Pour ce qui est de Weise, Julien espère le voir redevenir le joueur qu’il a été lors de son premier séjour avec le Canadien, quand il s’est révélé plus qu’un simple joueur de soutien en fournissant 27 buts et 32 aides en 152 matchs.

Et il y a finalement Deslauriers, qui «provoque des choses quand il patine et effectue un bon échec-avant», a indiqué Julien.

Si l’on inclut aussi le défenseur Christian Folin, acquis des Flyers de Philadelphie en compagnie de Weise samedi, le Tricolore a également augmenté la taille moyenne de l’équipe puisque ses trois nouveaux éléments font au-delà de six pieds.

Encore-là, Julien a insisté pour parler des bienfaits du hasard.

«C’est analyser un peu trop les choses. Ce n’était pas la première priorité, a-t-il dit à ce sujet. Nous voulions des joueurs d’expérience. Ç’a bien adonné parce que ce sont des gros gabarits. Si nous n’avions pas eu l’occasion d’obtenir ces joueurs-là, mais plutôt un joueur plus petit avec de l’expérience, nous n’aurions pas eu peur de faire ce choix-là.»

Des retrouvailles avec Thompson

Les parcours de Julien et Thompson se sont brièvement croisés chez les Bruins, le temps de deux camps. Âgé de 23 ans à l’époque, Thompson évoluait pour les Bruins de Providence dans la Ligue américaine en 2007-08, lors de la première campagne de Julien derrière le banc des Bruins de Boston. Ces derniers ont ensuite perdu ses services au ballottage en octobre 2008, quand les Islanders de New York l’ont réclamé.

«Je l’aimais comme joueur, mais il était jeune et nous avions congestion au sein de notre formation, a raconté Julien. Nous n’avions pas le choix de le soumettre au ballottage. Je savais qu’il allait être réclamé et qu’il ne retournerait pas dans les mineures.

«J’étais déçu de le perdre, mais ç’a été bon pour sa carrière. Nous avons maintenant la chance d’être réunis sous d’autres cieux et nous avons tous les deux beaucoup plus d’expérience.»

«L’occasion d’une vie»

Thompson a levé une clause partielle de non-échange pour accepter de rejoindre les rangs du Canadien, «l’occasion d’une vie», a-t-il dit.

«L’équipe connaît une bonne saison et j’aime la manière dont elle joue, a dit Thompson, maintenant âgé de 34 ans. J’ai aussi côtoyé Claude à mes débuts à Boston. C’était une belle occasion pour moi.

«Je veux rester le même, jouer du hockey fiable. Tant mieux si j’ai en plus la chance d’aider des jeunes.»

L’arrivée de Thompson devrait alléger la tâche de Phillip Danault dans le cercle des mises en jeu. Danault s’est présenté 1113 fois dans le cercle des mises en jeu depuis le début de la campagne, soit 348 fois de plus que le suivant à ce chapitre chez le Canadien.

LNH

L’ex-gardien de but du Canadien Jacques Plante honoré par Google [VIDÉO]

L’ancien gardien de but étoile de la Ligue nationale de hockey, le Québécois Jacques Plante, est honoré par Google mardi puisqu’il figure sur la page d’accueil du moteur de recherche.

Les dessins illustrés sur la page d’accueil rappellent que M. Plante a porté l’uniforme des Canadiens de Montréal, mais signalent aussi qu’il a été le premier gardien de but de la Ligue nationale à porter le masque. Cette pièce d’équipement est devenue graduellement incontournable pour tous les gardiens qui pratiquent le hockey.

Des photos de M. Plante prises par le photographe George Silk sont aussi illustrées au long d’un texte que Google lui consacre.

Le gardien natif de la Mauricie en 1929 a fait ses débuts avec les Canadiens en 1952, avec lesquels il a joué jusqu’en 1963. Il a par la suite évolué jusqu’en 1973 avec les Rangers de New York, les Blues de Saint Louis, le Maple Leafs de Toronto et les Bruins de Boston.

Il a aussi joué en 1974-75 avec les Oilers d’Edmonton dans l’Association mondiale de hockey (AMH).

Il a gagné sept fois le Trophée Georges-Vézina remis au gardien par excellence de la LNH. En 1962, on lui a décerné le Trophée Hart remis au joueur par le plus utile à son équipe. Jacques Plante a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1978 dès sa première année d’admissibilité.

Il est mort en 1986 à l’âge de 57 ans en Suisse, là où il vivait. Neuf ans plus tard, le 7 octobre 1995, les Canadiens ont retiré son chandail numéro 1.

Canadien

Deuxième échange en 48 heures du Canadien

À deux semaines de la date limite des transactions, le Canadien de Montréal a procédé à un deuxième échange mineur en 48 heures, lundi.

Deux jours après avoir annoncé le retour de Dale Weise au sein de son organisation, et quelques heures après son rappel du Rocket de Laval, le Tricolore a acquis les services de l’attaquant Nate Thompson des Kings de Los Angeles.

Dans cette transaction, le Canadien a aussi mis la main sur un choix de cinquième ronde en 2019 (obtenu des Coyotes de l’Arizona), et cédé un choix de quatrième tour en 2019 (acquis des Flames de Calgary).

Thompson se rapportera au Canadien, a aussi fait savoir la direction de l’équipe par voie de communiqué.

Âgé de 34 ans, Thompson a participé à 53 matchs cette saison avec les Kings, inscrivant quatre buts et six points, avec un ratio défensif de + 3. L’attaquant de six pieds et un pouce et 207 livres a remporté 53,3 % de ses mises en jeu.

En 672 rencontres en saison régulière avec les Bruins de Boston, les Islanders de New York, le Lightning de Tampa Bay, les Ducks d’Anaheim, les Sénateurs d’Ottawa et les Kings, Thompson a totalisé 134 points (57 buts, 77 aides).

Originaire d’Anchorage, il a ajouté 18 points (7 buts, 11 aides) en 62 parties de séries éliminatoires en carrière. Thompson a été le choix de sixième tour de Boston (183e au total) en 2003.

Déjà de retour

Quant à Weise, qui a été obtenu en compagnie du défenseur Christian Folin, il revient à Montréal sans avoir eu besoin de revêtir l’uniforme du Rocket. Surtout, il retrouve une équipe où il a connu ses meilleurs moments dans la LNH.

En 152 parties avec le Canadien entre les saisons 2013 et 2016, Weise a inscrit 59 points dont 27 buts. En comparaison, pour le même nombre de matchs avec les Flyers de Philadelphie et les Canucks de Vancouver, Weise avait obtenu 34 et 26 points respectivement.

Cette saison, l’attaquant de six pieds et deux pouces et 206 livres a participé à 42 parties avec les Flyers. Il a récolté 11 points, dont cinq buts.

«Je suis heureux de le revoir, a dit l’attaquant Brendan Gallagher au sujet de Weise. Je crois que les partisans ont beaucoup de bons souvenirs de son premier séjour. Je sais qu’il est heureux d’être de retour avec l’équipe.»

Depuis ses débuts dans la LNH en 2010-2011, Weise a pris part à 481 parties en saison régulière. Il a aussi porté les couleurs des Rangers de New York pendant 10 matchs, et des Blackhawks de Chicago lors de 15 autres.

En carrière, l’attaquant originaire de Winnipeg a amassé 120 points, dont 54 buts. Il a également produit 11 points en 40 matchs des séries éliminatoires.

Agostino au New Jersey

Par ailleurs, le Canadien a perdu les services de l’attaquant Kenny Agostino, réclamé par les Devils du New Jersey.

L’arrivée de Thompson signifie également que le Tricolore compte 24 joueurs dans sa formation, un de plus que le maximum permis.

Le directeur général Marc Bergevin devra donc soumettre un joueur au ballottage dans le but de le rétrograder au sein du Rocket ou procéder à un autre échange afin de se conformer aux règles du circuit.