Erik Bazynian et Francy Ntetu ont eu une conférence de presse animée jeudi, en prévision de leur combat de samedi au cabaret du Casino de Montréal.

Boxe: des flèches de part et d’autre

Après de nombreux échanges sur les réseaux sociaux, Francy Ntetu et son adversaire de samedi, Erik Bazinyan, ont finalement eu un contact en personne, lors de la conférence de presse officielle de la finale d’un gala présenté devant une salle comble de plus de 600 spectateurs au cabaret du Casino de Montréal.

Les deux boxeurs, dont le Chicoutimien, qui était particulièrement en verve, ont mis la table pour le combat très attendu sur la scène de la boxe québécoise qui mettra en jeu les ceintures nord-américaines NABO et NABA chez les super-moyens. Le vice-président d’Eye of the Tiger Management, Antonin Décarie, s’est chargé de l’entrée en matière, soulignant que «personne ne veut affronter Ntetu», tout en notant le courage de Bazinyan. Il a du même souffle indiqué que ce combat pouvait ouvrir les portes des ligues majeures au boxeur de Laval d’origine arménienne.

Francy Ntetu a suivi sur le podium après avoir enlevé son manteau et sa casquette, «pour montrer de quoi a l’air un vrai boxeur de 168 livres». Il a lancé la première flèche en rappelant qu’au début des hostilités, Bazinyan a publié une vidéo dans laquelle il frappait sur un sac avec sa photo collée. «Ça ne m’a pas plu, a réagi Francy Ntetu. Je suis un gémeau. Je ne suis pas porté sur l’astrologie, mais dans ce cas, j’y crois. Je peux changer d’approche rapidement. Je suis un gars terre à terre. Je peux montrer mon meilleur visage quand on cherche à faire mal à ma famille ou qu’on frappe sur un sac avec ma face dessus. Le sac ne peut pas se défendre, mais moi je peux le faire.»

Rappelant qu’il a été très patient lors des dernières années, Francy Ntetu, âgé de 36 ans, a ensuite affirmé que son adversaire faisait de la boxe pour des mauvaises raisons. «Je suis encore là même si je suis à Chicoutimi, loin du trafic et de la boxe de Montréal», a-t-il mis en contexte.

Erik Bazynian et Francy Ntetu ont eu une conférence de presse animée, jeudi, en prévision de leur combat de samedi au cabaret du Casino de Montréal.

Il a continué en confiant qu’après sa défaite par K.-O. au premier round au début de l’année face à Marcus Browne, il avait une deuxième chance de bien faire, demandant à ceux qui croyaient que Bazinyan pouvait faire mieux contre Browne ou son adversaire précédant, David Benavides, de lever la main. «Avec ta réponse, tu me prouves que je fais bien de croire en mes chances samedi», a-t-il lancé à son adversaire de 23 ans avant de s’attaquer à sa fiche immaculée de 20-0 et 15 K.-O, ce qui le place au 5e échelon au classement de la WBO.

«Ce n’est pas la fiche que tu as, mais qui tu as battu. Quand je regarde en profondeur, ce sont de beaux chiffres», d’estimer Ntetu (17-2, 4 K.-O.) qui a ensuite indiqué que Bazinyan avait été forcé de changer d’entraîneur, ce qui a mené à un échange verbal entre les deux boxeurs, ce qui a même forcé le grand patron, Camille Estephan, à intervenir. Plus tôt, Ntetu avait soulevé l’ire du promoteur en prenant l’exemple de Simon Kean, défait samedi par un retentissant K.-O., comme exemple qu’il est possible de se remettre d’une défaite. Estephan n’a pas manqué de lui rappeler en fin de conférence, en ajoutant ensuite lors d’un point de presse.

Erik Bazynian et Francy Ntetu ont eu une conférence de presse animée jeudi, en prévision de leur combat de samedi au cabaret du Casino de Montréal.

Erik Bazinyan a pris la parole à son tour. Même s’il a été plus prudent dans ses commentaires, il n’a pas manqué de répondre coup pour coup. «Je pense que tu ne prends pas ce combat sérieusement. Tu parles sur les réseaux sociaux que ma fiche est comme un cadeau et que je n’ai pas battu personne. Je ne dis pas que je me suis battu avec des champions du monde comme Benavides, mais je suis encore jeune. Pour devenir champion du monde, tu dois progresser par étapes. Tu ne respectes pas ma fiche et c’est une grande erreur. Ce sera un grand cadeau samedi soir et tu vas voir ce que j’ai dans le ventre», a-t-il riposté, ce qui a mené à une autre joute verbale entre les deux pugilistes qui se feront de nouveau face vendredi sur l’heure du dîner lors de la pesée officielle.