Le gardien des Maple Leafs, l’ancien joueur des Saguenéens Zachary Bouthillier (réclamé en septième ronde en juin dernier), a bloqué 21 rondelles et réalisé plusieurs arrêts de qualité, contribuant ainsi pour une large part à la défaite du tricolore.

Bouthillier fait la vie dure au CH

LAVAL, Qc — Les recrues du Canadien de Montréal ont perdu un autre match de hockey, dimanche après-midi, à la Place Bell. Toutefois, ils ont peut-être gagné quelque chose que veut absolument voir Joël Bouchard : un esprit de corps.

Lors de sa rencontre de presse après la défaite de 4-2 de sa troupe contre les Maple Leafs de Toronto, l’entraîneur-chef montréalais a admis avoir lancé un message à cet effet avant le début de la deuxième période.

Bouchard n’a pas caché qu’il avait été mécontent de la réaction des joueurs qui se trouvaient sur la glace lors d’un autre incident inquiétant, celui-là impliquant son défenseur Jarret Tyszka.

Le joueur de 19 ans, un choix de cinquième ronde du Tricolore en 2017, a quitté la rencontre sur une civière après avoir été victime d’une sournoise mise en échec par derrière de la part de Hudson Elynuik alors qu’il restait 6:34 à jouer au premier vingt.

Tyszka, un porte-couleurs des Thunderbirds de Seattle de la Ligue de l’Ouest, patinait en direction de la zone du Canadien afin de récupérer la rondelle lorsque Elynuik lui a servi un double échec à la hauteur des épaules alors que Tyszka lui tournait le dos dans le coin de la patinoire. Il a donné tête première contre la rampe et est resté étendu de longues minutes.

Elynuik a écopé une pénalité majeure et a été expulsé de la rencontre.

Peu de temps après, le Canadien a annoncé que Tyszka avait été transporté à l’hôpital pour subir des examens. Il était conscient et bougeait ses membres.

Le gardien des Maple Leafs, l’ancien joueur des Saguenéens Zachary Bouthillier (réclamé en septième ronde en juin dernier), a bloqué 21 rondelles et réalisé plusieurs arrêts de qualité, contribuant ainsi pour une large part à la défaite du tricolore.

L’incident est survenu moins de 48 heures après la blessure à Jake Evans, également transporté hors de la patinoire sur une civière lors de la partie de vendredi contre les Sénateurs d’Ottawa. Evans a lui aussi été hospitalisé et a dû se soumettre au protocole lié aux commotions cérébrales bien que selon Bouchard, il avait assez bonne mine samedi.

«C’est assez là»
« C’est assez là, ça fait deux gars qui partent. On n’a rien fait les deux fois. Je leur ai donné une chance, la première fois, ils étaient jeunes, là ils vont apprendre. Personne parmi les gars qui étaient sur la glace n’est allé voir le gars de l’autre équipe. C’est inacceptable, il faut que ça change. On se tient en équipe, on joue en équipe. Ça va changer, ils ont été avertis », a lancé Bouchard, sur un ton qui ne cachait pas son mécontentement.

« Les gars qui étaient sur la glace n’ont pas joué lors des six dernières minutes de la période, a poursuivi Bouchard. Je ne les ai pas laissés sur le banc parce que je ne les aime pas. Il faut qu’ils comprennent. Ils viennent à un camp pour le Canadien de Montréal. Même si c’est un camp des recrues, ils ont un chandail du Canadien de Montréal. Je ne leur demande pas de violence gratuite, je leur demande de se tenir debout comme des hommes. On ne prône pas la violence, mais il ne faut pas se faire manger la laine sur le dos non plus. »

S’il était insatisfait de cet aspect particulier du match, Bouchard était toutefois content de la réponse de ses joueurs pendant le reste de la rencontre, malgré ce deuxième revers d’affilée. La troupe montréalaise a contrôlé le jeu et est parvenue à effacer un recul de 0-2 grâce à des buts de Cole Fonstad, en deuxième, et de T.J. Melancon, au troisième vingt. Au passage, elle a donné seulement 16 tirs à ses adversaires, dont deux en période médiane vers Michael McNiven, qui a joué tout le match.

Bloqués par Bouthillier
Les jeunes espoirs du Canadien se sont cependant butés à Zachary Bouthillier. Le gardien des Saguenéens de Chicoutimi, réclamé en septième ronde en juin dernier, a bloqué 21 rondelles et réalisé plusieurs arrêts de qualité.

« Vous savez quoi, ils ont joué tout un match de hockey à partir de la deuxième période, ils ont appris beaucoup et ils ont grandi, a analysé Bouchard. Ceci étant dit, je suis content qu’on ait perdu. Ce serait trop facile. Ils se réveillent en deuxième, ils commencent à devenir un peu plus confortables, physiques, engagés puis on gagne, ce serait trop facile. Ce n’est pas ça le processus. C’est de le faire en commençant. De l’autre côté, je suis fier de la façon dont ils ont réagi après la première période. »

L’un de ceux qui a gagné des points par rapport à vendredi a été Jesperi Kotkaniemi, plus fringant et actif dans toutes les phases du jeu. Le Finlandais a inscrit un premier point non officiel dans l’uniforme tricolore en récoltant une aide sur le but de Melancon.

« Kotkaniemi a progressé, comme tous les autres joueurs en passant. Tout le monde était meilleur aujourd’hui que lors du dernier match et c’est ça le but. On a joué le premier match, on a pris du recul, hier (samedi) on a eu une belle séance vidéo d’une demi-heure. On a expliqué des principes de jeu, on a expliqué une façon de jouer, on a expliqué ce qui était important pour l’organisation. Aujourd’hui, les gars l’ont appliqué dans des détails qui sont importants », a affirmé Bouchard.

Les deux formations auront la chance de jouer un autre match, lundi après-midi, qui ne sera toutefois pas accessible au public, selon ce qu’a indiqué un porte-parole du Rocket de Laval. Cette rencontre ne faisait pas partie du calendrier du tournoi des recrues, mais il semble que les deux organisations ont conclu une entente au cours du week-end.