Patrice Bosch

Bosch attend la suite avant de revenir au pays

La saison de l’ancien entraîneur des Sags Patrice Bosch a également pris fin jeudi comme pour tous les joueurs et membres du personnel d’équipes de hockey d’élite en Suisse. Les dirigeants ont décidé de mettre un terme à la saison tant pour la Ligue nationale que dans les rangs juniors.

La Suisse n’est pas le pays le plus touché en Europe, mais sa proximité avec la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne force des mesures exceptionnelles. Après avoir terminé au septième rang du classement en saison avec un club en reconstruction à Genève, sa formation s’est inclinée en quatre rencontres au premier tour éliminatoire, récemment, dans une série trois de cinq. Patrice Bosch était toutefois demeuré sur place et donnait un coup de main à la formation senior qui se préparait pour les séries, à deux points de la première place du classement. Un peu comme au Québec, cette décision de suspendre les activités a été forcée par une règle d’interdire les regroupements de plus de 100 personnes. Une décision qu’il approuve.

« Quand on parle de la santé des gens, c’est toujours la bonne décision. Au Canada, ça commence, mais ici c’est très avancé, des écoles fermées, les frontières fermées, l’armée dans certaines régions et une croissance incroyable de gens infectés, sans compter la croissance des décès. Des villes en quarantaine, voire même le pays voisin en quarantaine (Italie). Je crois sincèrement que le sport d’élite n’a pas la même importance », d’exprimer Patrice Bosch lors d’une entrevue via Facebook. Il attend de savoir si les entraînements seront permis avant de possiblement rentrer au Québec.

Au passage, il lance un avertissement à ceux qui seraient tentés de ne pas prendre les mesures qui s’imposent. L’Europe est la preuve que la propagation est très virulente. « Le tout était banalisé au début et sous-estimé par tous. Mais la croissance a fait en sorte que des actions sont nécessaires en ce moment », d’indiquer Patrice Bosch.