Philippe Lavoie a été nommé joueur par excellence de la division 3 en début de semaine. Samedi, à sa dernière partie collégiale, il aimerait ajouter le trophée du Bol d’Or à sa collection.

Bol d'or: l’affrontement ultime

Les Gaillards du Cégep de Jonquière seront en terrain connu samedi soir, sur le terrain du complexe sportif Claude-Robillard à Montréal pour le Bol d’Or de la division 3 du football collégial. Ils participeront au match ultime pour une troisième fois consécutive, l’ayant emporté en 2016 avant de s’incliner l’an dernier. Cette fois, ils croiseront le fer pour une première fois avec les Indiens du Collège d’Ahuntsic.

«La seule chose qui diffère, c’est qu’on joue sur leur terrain. Ils sont comme à domicile, le Collège Ahuntsic est de l’autre côté de la rue. Ce n’est pas grave, on connaît le tabac. C’est un gros ‘‘show’’ le Bol d’Or. Nos vétérans savent à quoi s’en tenir et vont préparer les plus jeunes. Pour les entraîneurs, on sait exactement dans quoi on s’embarque. On doit éviter toutes les distractions et se concentrer sur le match», a insisté l’entraîneur-chef des Gaillards, François Laberge, jeudi soir, à la veille du départ de l’équipe vers Montréal.

«On va jouer contre une équipe qu’on ne connaît pas, mais la routine du Bol d’Or, on la connaît. Comme j’en ai parlé aux gars, c’est un voyage de faire. Ils doivent en être conscients. Cette semaine, chaque geste posé, tout doit être en fonction de gagner le match de samedi. C’est ‘‘all-in», de rappeler Laberge. Selon lui, ses troupiers ont rapidement tourné la page à la suite de leur victoire spectaculaire de 18-17 samedi dernier sur leur terrain face à Saint-Hyacinthe alors qu’ils tiraient de l’arrière 17-0.

Les Gaillards ont pris la route de Montréal vendredi après-midi. Samedi soir, sur le coup de 20h, ils affronteront les Indiens d’Ahuntsic en grande finale du Bol d’Or, division 3.

«Dès lundi, c’était oublié. Les gars avaient compris que c’était un match d’émotions, mais que tout ce qu’ils ont vécu, ça va être à jeter s’ils ne gagnent pas le prochain. C’était clair. Je n’ai eu aucun rappel à faire là-dessus. Les gars sont concentrés et veulent gagner le Bol d’Or présentement», d’assurer François Laberge qui pourra compter sur un alignement pratiquement complet pour ce match ultime, si ce n’est qu’un joueur qui a subi une commotion cérébrale la semaine dernière.

Ce duel ultime risque d’être disputé sous le signe de la défensive, ce qui pourrait être accentué par les conditions météorologiques difficiles. Les Indiens n’ont permis que huit points lors de deux rencontres éliminatoires et 93 en saison régulière, le plus petit total de la division 3.

«Ils ont beaucoup d’habiletés. On s’attend à de la vitesse. C’est une équipe très défensive. Leur entraîneur a dit cette semaine en conférence de presse que sa défensive avait joué un mauvais quart dans toute la saison. Ça donne 39 bons quarts sur 40. Ça va être à nous de déjouer ces pronostics et tester sa défensive plus qu’elle l’a été cette année», d’annoncer François Laberge.

«Probablement qu’il dit un peu la même affaire. Il doit dire qu’il doit freiner notre offensive», de reprendre l’entraîneur-chef jonquiérois, bien à l’aise avec les affirmations de son vis-à-vis qui a également mentionné que les Gaillards se trouvaient dans le siège des favoris.

«Ça ne me dérange pas de porter le chapeau de favoris. L’an dernier, c’était David contre Goliath, c’était moi Goliath et j’ai fini avec la roche en plein front. Rendu là, ça se joue sur le terrain. Je n’embarque pas là-dedans. Ce sont deux excellentes équipes. Ils ont huit victoires consécutives, on en a dix. Ce sont les deux meilleures équipes de division 3 et ça devrait être tout un match de football», de répondre François Laberge.

+

UN DERNIER MATCH POUR PHILIPPE LAVOIE

L’an prochain, après trois ans dans les rangs collégiaux, dont deux avec les Gaillards, Philippe Lavoie fera certainement le saut au niveau universitaire. D’ici là, le secondeur natif de Sainte-Jeanne-d’Arc désire conclure dans la victoire avec la conquête du Bol d’Or. 

À sa première année, Philippe Lavoie faisait partie de la ligne défensive des Titans du Cégep de Limoilou en division 1, mais comme il voulait évoluer à la position de secondeur, l’ancien des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour a donc décidé d’effectuer un retour dans sa région natale avec les Gaillards. Il s’est rapidement imposé comme le meneur de l’unité défensive jonquiéroise, terminant au deuxième rang de la division 3 avec 53,5 plaqués. 

La récolte a été aussi bonne cette année avec exactement 50 plaqués, dont neuf pour pertes et deux interceptions, ce qui lui a permis plus tôt cette semaine sur le titre de joueur défensif par excellence en division 3. Il excelle également sur les bancs d’école, étant également récompensé du titre d’étudiant-athlète par excellence. 

Philippe Lavoie est également un habitué des équipes canadiennes. L’été dernier, il était capitaine de la formation qui a remporté l’or au Championnat du monde des 19 ans et moins, au Mexique. Bien entendu, il est courtisé ardemment par les différentes universités. «J’hésite encore», a-t-il laissé tomber lorsque questionné sur le sujet. 

Présentement, toute l’attention de Philippe Lavoie est sur le Bol d’Or. En tant que meneur de la défensive jonquiérois, il est bien conscient du travail qui l’attend. «La défensive va avoir un rôle-clé à jouer. Statistiquement, c’est la meilleure défensive de la division 3. Si on veut gagner, on ne devra pas accorder beaucoup de points, de convenir Philippe Lavoie. Je ne me mets pas de pression. Je fais mon travail et je fais confiance aux joueurs avec qui je joue. Il arrivera ce qui arrivera.»