Le vent a donné du fil à retordre aux 93 cyclistes qui ont pris le départ de la deuxième étape du Grand Prix cycliste de Saguenay, une épreuve de 171 kilomètres courue à La Baie.

Boivin remercie ses coéquipiers

Deuxième jeudi, l'ex-Jonquiérois Guillaume Boivin (Équipe Canada) a de nouveau tiré son épingle du jeu en ravissant la 3e place de la 2e étape du Grand Prix cycliste de Saguenay. Grâce à ce bon coup, il a pu grignoter quatre des sept secondes qui le séparent du meneur au classement général, Steve Fraser (Canyon Bicycles).
Jure Rupnik (H&R Block), Pier-André Côté (Silber Pro) et Jean-François Soucy (Garneau Québecor) ont animé huit des neuf tours de la deuxième étape du Grand Prix cycliste de Saguenay en larguant le peloton dès le premier tour. Ils n'ont été repris que dans le dernier tour.
Ne disposant que de trois coéquipiers pour l'aider dans sa mission, Boivin a été en mesure de se faufiler dans le sprint final pour trouver une place sur le podium. Le leader de l'équipe canadienne a d'ailleurs tenu à remercier ses coéquipiers pour l'important boulot qu'ils ont accompli tout au long de l'épreuve de 171 kilomètres. 
«Je suis quand même content (de ma 3e place), car nous ne sommes que quatre. De plus, Canyon ne voulaient pas vraiment ramener au dernier tour, alors je suis super fier du travail que James (Piccoli) et Léandre (Bouchard) ont fait aujourd'hui. Ils ont fait un travail vraiment colossal, a-t-il relaté en louangeant ses coéquipiers. Dans le dernier tour, à la portion avec le vent de côté, le peloton s'est scindé parce qu'il y a eu une chute à l'arrière, je crois. On s'est assurés d'être à l'avant. Léandre et Ben étaient vraiment impressionnants. Je me suis donc investi moi aussi en roulant fort.»
Le peloton s'est finalement regroupé avec 4 km à faire. «J'avais mal un peu aux jambes, mais je me suis débrouillé pour le sprint. Si c'était à refaire, j'aurais peut-être aimé mieux être un peu plus derrière parce que le gars que j'avais choisi pour m'installer dans sa roue pour le sprint a manqué d'énergie à environ 300m de l'arrivée. J'ai hésité un peu, mais les deux gars de Silber étaient déjà en bonne position», ajoute Boivin qui a félicité Émile Jean pour son sprint vainqueur.
Léandre Bouchard
Spécialiste du vélo de montagne, l'Olympien Léandre Bouchard éprouvait la satisfaction du devoir accompli. S'il prend part au GP de Saguenay avec l'intention d'effectuer un bon volume d'entraînement et d'améliorer ses connaissances en stratégies de course, l'Almatois veut donner le meilleur de lui-même pour aider ses coéquipiers de l'équipe nationale.
«Je suis vraiment content de la job que j'ai effectuée aujourd'hui (vendredi). On voulait vraiment aider Guillaume (Boivin) pour le classement général. Vers la fin du parcours, Guillaume m'a demandé si ça me tentait de travailler et comme j'ai dit oui, il m'a dit: ''Pousse fort dans la montée!'' À partir du virage avant l'arrivée, j'étais déjà en avant et j'ai commencé le travail en poussant le plus que je pouvais avec James (Piccoli) dans la bosse pour creuser l'écart. En passant la ligne d'arrivée, nous avions 1mn15. Je n'étais pas certain qu'on serait en mesure de tenir jusqu'à la fin», avoue le longiligne athlète en riant.
Heureusement, d'autres équipes ont ouvert la machine. «(Dans le dernier tour), durant la portion avec le vent de côté, j'ai protégé Guillaume le plus possible du vent, puis Ben (Perry) est venu nous aider. Malheureusement, James Piccoli a été victime d'une crevaison. Moi et Ben, on a fait de notre mieux pour maintenir un train super rapide, vent de dos. J'ai donné mon maximum en tentant de récupérer le plus possible pour pouvoir tenir jusqu'à la fin.»
«C'est vraiment une très belle expérience pour moi. J'ai vraiment de bonnes personnes pour me coacher et j'essaie d'aider le plus que je peux. C'est vraiment gratifiant de pouvoir aider mes coéquipiers qui sont vraiment bons», a-t-il souligné.
Elliott Doyle mécontent
Elliott Doyle n'était pas d'humeur à rire à l'issue de la 2e étape. L'Almatois qui roule pour Garneau Québecor était en bonne position pour se distinguer lorsqu'une chute s'est produite devant lui. « Je suis vraiment très fâché. J'étais dans le groupe de dix qui ont terminé à l'avant. On avait fait de gros efforts pour être dans le bon groupe. Je me sentais super bien quand le vent de côté a vraiment fait de grosses vagues et deux coureurs ont chuté devant moi», a-t-il raconté, encore exaspéré par ce coup du sort.
«Le ravin était d'environ sept pieds et le temps de débarquer du vélo et de remonter la pente, mes chances s'étaient envolées. Le point positif c'est que je ne me suis pas blessé», a relaté Doyle qui compte se reprendre samedi, au critérium, l'une de ses forces. Il a aussi salué le travail de l'ensemble de son équipe, dont la longue échappée de Jean-François Soucy et la 4e position de Jean-Simon D'Anjou.
En bref
•Même s'il s'est frotté à l'élite mondiale du cyclisme sur route, Guillaume Boivin a été très élogieux à l'égard de son coéquipier Léandre Bouchard. « C'est une machine ce gars-là ! Il vient courir avec nous, dans notre discipline, mais c'est un honneur pour nous de l'avoir dans l'équipe. Il veut apprendre, c'est une machine et une fierté de la région. C'est tellement un bon gars que c'est juste le fun de l'avoir dans l'équipe ! », a souligné Boivin qui s'est dit impressionné par l'Olympien d'Alma...
• Le meneur Steve Fisher était très satisfait du boulot accompli par ses coéquipiers pour contrôler la course et préserver son maillot jaune. Le critérium de samedi ne l'inquiétait pas vraiment puisque c'est une épreuve qu'il aime faire. « Ceux qui bataillent pour le maillot jaune sont aussi bons au critérium, alors ça devrait être intéressant », a commenté celui qui apprécie le challenge que lui impose Guillaume Boivin avec trois secondes d'écart et deux étapes à faire...
• Les deux cyclistes qui ont entraîné Elliott Doyle dans leur chute, Nicolas Masbourian (Silber Pro) et Jason Saltzman (Aevolo) ont été transportés à l'hôpital...