La présidente de la Traversée internationale du lac Saint-Jean, Kim Privé, espère une bonne participation populaire en fin de semaine aux différentes activités.

Besoin d’une bonne participation

L’équipe du financement de la Traversée du lac Saint-Jean a réussi un défi de taille en dénichant 126 500 dollars cette année. Faute de président d’honneur pour donner un coup de pouce supplémentaire, l’organisation, qui se retrouve avec près de 75 000 dollars en moins que ce qui était budgété, espère que la participation du public permettra de combler le budget.

Ce n’est pas la première fois que les organisateurs de la Traversée du lac Saint-Jean sont confrontés avec un déficit anticipé, alors que la campagne de financement n’avait pas permis d’amasser les fonds désirés, souligne Kim Privé, la présidente du conseil d’administration. « Il y a deux ans, les ventes nous avaient permis de combler un trou de plus de 80 000 $, tout en affichant un déficit de 17 000 $ », dit-elle avant d’ajouter que la plupart des éditions se soldent avec un bénéfice. L’an dernier, l’événement a notamment généré un bénéfice de près de 50 000 $.

La Traversée est donc en excellente santé financière avec un fonds de réserve de plus de 400 000 $, ajoute cette dernière. « Chaque année, nous versons 75 % des bénéfices dans ce fonds, ce qui nous permet de financer les immobilisations, l’achat d’équipement et les bourses de la relève, mentionne-t-elle. C’est grâce à la population, à nos 350 bénévoles, aux commerces et à nos commanditaires que cet événement est possible. »

Aide du provincial
Jeudi, le gouvernement du Québec a d’ailleurs officialisé une aide financière annuelle de 106 000 $, soit le huitième du budget total de 807 600 $, de la 64e édition de la Traversée du lac Saint-Jean. Sur cette somme, 55 000 $ provient du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, dans le cadre du Programme de soutien aux événements sportifs internationaux, alors que le ministère du Tourisme a, quant à lui, financé l’activité à hauteur de 51 000 $ par l’entremise du Programme d’aide financière aux festivals et aux événements touristiques. D’importants commanditaires comme le CN, Rio Tinto, Hydro-Québec, plusieurs partenaires locaux, ainsi que le gouvernement du Canada, complètent le financement.

« Bien implantée au Québec, et reconnue sur la scène internationale, la Traversée a su devenir un événement phare de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, participant ainsi à son rayonnement et rendant le Québec vivant et attrayant pour les touristes », a soutenu Philippe Couillard, premier ministre du Québec et député de Roberval, par communiqué.

Retombées
Cette reconnaissance internationale permet d’attirer près de 75 000 visiteurs annuellement et 14 000 nuitées en hébergement durant la semaine, générant des retombées majeures pour la ville de Roberval, qui compte 10 000 âmes, a rappelé Marie-Claude Simard, directrice des communications de la Traversée. « La dernière étude sur les retombées économiques, qui date de 2016, parlait de 1,6 million de dollars en retombées directes et indirectes », a-t-elle ajouté. Pour créer le maximum de retombées localement, la Traversée tire plus de 75 % de ses approvisionnements auprès de fournisseurs québécois, dont la majorité proviennent de la région.

« De plus en plus de visiteurs choisissent le Québec comme destination touristique. Je suis fière que le gouvernement du Québec soutienne la 64e Traversée internationale du lac Saint-Jean, véritable tradition dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Grâce aux nombreux nageurs et nageuses ainsi qu’aux milliers de visiteurs qu’il accueille, l’événement entraîne des retombées économiques et touristiques importantes pour la région et le Québec, » a également noté Julie Boulet, ministre du Tourisme.

Selon Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, la Traversée est aussi un outil qui permet de favoriser le développement d’une culture sportive au sein de la population, qui doit être soutenu par le gouvernement. « Il s’agit non seulement d’un rassemblement sportif d’envergure internationale, mais aussi d’une occasion unique d’offrir une vitrine exceptionnelle à la région. »