Précédé par un brillant parcours de joueur, Benjamin Millaud-Meunier est le nouvel entraîneur-chef de la formation masculine de basketball des Gaillards de Jonquière et il a hâte de se mettre au boulot.

Basketball collégial: les Gaillards ont leur entraîneur

Avec le départ de Philippe Hurtubise pour un nouveau défi professionnel, la formation de basketball masculin des Gaillards du Cégep de Jonquière se retrouvait sans entraîneur-chef. Jeudi, les dirigeants de l'institution collégiale ont toutefois reçu une bonne nouvelle puisque Benjamin Millaud-Meunier vient d'accepter de relever le défi et il entrera dans ses nouvelles fonctions à compter du 16 août.
L'organisation jonquiéroise croit avoir trouvé la perle rare avec la collaboration de la Fédération de basketball du Québec. Faut dire que le jeune homme de 25 ans possède un brillant parcours comme athlète et il était de retour au pays après avoir passé un an en Espagne, comme joueur professionnel. Partout où il est passé, que ce soit au collège Vanier ou au St-Francis College dans la NCAA, il s'est toujours distingué, souligne Steeve Dufour, conseiller en affaires étudiantes au Cégep de Jonquière.
Avec son équipe au Cégep de Vanier en division 1 (2009-12), il a remporté le championnat canadien en 2011 et de 2012-16, il a évolué dans la NCAA, division 1, à l'université St-Francis, en Pennsylvanie. Là aussi, il s'est distingué, d'abord en 2013, en méritant le titre de joueur de première année par excellence, mais aussi en 2016, où il a fini premier marqueur de trois-points de la division 1 de la NCAA.
Détenteur d'un bac en sociologie/criminologie, le jeune aspire à faire carrière comme entraîneur et il s'est consacré à sa passion depuis son retour à Montréal. Pour parfaire ses connaissances, il a notamment oeuvré auprès de son ancienne équipe (Vanier, D1) en plus de faire partie du personnel d'entraîneurs de l'équipe U17 de Basketball Québec et j'ai aussi aidé les gars de la division de Vanier.
Occasion à saisir
Joint jeudi, l'athlète de 6'3 explique qu'il a décidé de saisir l'opportunité qui s'offrait à lui. « Oui, c'est une décision prise rapidement, mais c'est ce que j'ai toujours voulu faire. (...) Il y a dix jours, j'ai reçu une offre pour aller jouer en Allemagne. Mais j'ai plus de satisfaction à aider les jeunes qu'à partir 10 mois en Europe, loin de ma famille, et pour pas forcément une meilleure vie. Je m'étais résolu à partir jusqu'à ce que l'opportunité de Jonquière me soit offerte. Ça a tout changé ! »
D'ailleurs, il n'a pas hésité à faire l'aller-retour Montréal/Jonquière mercredi pour venir rencontrer les principaux dirigeants du programme et ç'a cliqué. « J'ai rencontré Steeve Dufour et Dave McMullen pendant un bon trois heures. On a discuté de nos passions et de nos objectifs pour le futur du basket à Jonquière et on s'est rendu compte qu'on avait beaucoup d'affinités. Ça a donc été une décision facile, puisqu'ils avaient aussi fait un bon travail pour me convaincre », a-t-il expliqué, enthousiaste.
Même s'il n'a pas beaucoup d'expérience à la barre d'une équipe, le défi de diriger les médaillés d'argent des Championnats provinciaux 2017 ne lui fait pas peur. « C'est sûr que c'est un peu stressant, mais c'est une bonne nervosité, rétorque-t-il. J'ai quand même joué à un très haut niveau en allant professionnel en Europe. J'ai eu beaucoup de ''coachs'', surtout aux États-Unis où j'ai eu cinq entraîneurs différents en quatre ans. J'en ai aussi eu aussi en Espagne. J'ai donc eu à composer avec plusieurs philosophies et approches différentes des matchs et des entraînements et j'ai quand même une assez bonne idée de ce que je veux faire. J'ai toujours voulu ''coacher'' pour aider les jeunes à atteindre leurs objectifs dans le futur, et au basket, je connais bien les étapes s'ils veulent poursuivre dans les rangs universitaires ou plus. »
Il nourrit de belles ambitions pour ses troupes. « Il faut viser un top-4 et les Championnats provinciaux où il faut viser une médaille comme l'an dernier. Mon but, c'est de gagner les provinciaux. Même si on a une équipe jeune, même si on a perdu beaucoup de joueurs de l'an dernier, il faut avoir une mentalité de gagnant et se dire qu'on est capable de battre n'importe quelle équipe qu'on va affronter ! »