Après cinq ans à la présidence des Voyageurs de Saguenay, Audrey Tremblay quitte avec le sentiment du devoir accompli et un petit pincement au coeur.
Après cinq ans à la présidence des Voyageurs de Saguenay, Audrey Tremblay quitte avec le sentiment du devoir accompli et un petit pincement au coeur.

Audrey Tremblay quitte les Voyageurs avec fierté et un brin de tristesse

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Présidente des Voyageurs de Saguenay des cinq dernières saisons, Audrey Tremblay était partagée entre la fierté du travail accompli et la tristesse de quitter un milieu qu’elle adore, mardi soir, après avoir confirmé aux membres du conseil d’administration qu’elle ne sollicitait pas un nouveau mandat.

« C’est un mélange d’émotions que je ressens : heureuse, soulagée et triste en même temps », avoue cette passionnée de baseball qui a oeuvré pendant 16 ans dans le baseball au Saguenay. En plus des cinq saisons à la présidence des Voyageurs, elle avait auparavant agi pendant deux ans comme responsable au baseball midget AAA et un an comme gérante dans le bantam AA, toujours dans l’organisation des Voyageurs, en plus de s’impliquer dans le sport-études et le baseball mineur.

« C’est un deuil à faire ainsi qu’un (changement de) rythme de vie que j’avais depuis les dernières années », avoue celle qui a passé une bonne partie de ses étés dans les stades de baseball d’ici et d’ailleurs.

Dans les faits, elle avait songé à céder sa place l’an dernier, mais avec les turbulences qui avaient secoué l’organisation (départ de Martin Pouliot et changement de personnel d’entraîneurs), elle a préféré retarder d’un an son départ. Dès le début de la nouvelle année, elle savait déjà que ce serait la dernière.

« J’avais pensé terminer l’an passé, mais je trouvais que ça n’aurait pas été respectueux de partir dans les circonstances qu’on avait eues. Je m’étais donné une autre année de mandat, explique-t-elle en entrevue. Je suis contente de ce que j’ai fait avec l’organisation, d’avoir monté un conseil d’administration avec des tâches bien définies. Je suis contente parce que même avec l’arrivée de nouvelles gens, la base et le coeur sont là. »

Petite ombre

Ce qui l’a peinée cependant, c’est que certaines gens lui aient prêté de fausses intentions ou aient jugé qu’elle était en conflit d’intérêts parce que son fils aîné, Nicolas Doré, faisait son stage dans le junior élite.

« J’ai toujours été intègre et j’ai toujours pris mes décisions dans l’intérêt des Voyageurs et non envers mon fils. La preuve, c’est que je n’avais même pas été mise au courant qu’il allait être échangé l’an passé. J’ai toujours été exclue des décisions concernant Nicolas, mais il y avait toujours des gens qui ont trouvé le moyen de dire que je voulais favoriser Nicolas. C’est ce que j’ai trouvé triste », admet-elle.

« Je ne termine pas mon mandat parce que mon fils a terminé de jouer, insiste-t-elle. Je termine vraiment parce que ça fait cinq ans et qu’il est temps qu’il y ait un vent de fraîcheur au sein de l’organisation. Qu’il y ait un nouveau président qui va donner un nouvel erre d’aller. L’équipe et l’organisation vont bien et les finances ont quand même bien été malgré tout. Je pense que c’est le bon moment pour céder ma place. »

Bons souvenirs

Parmi ses plus beaux souvenirs de présidente, elle cite la saison 2018, « une année exceptionnelle pour les Voyageurs qui ont fait les séries » et la frénésie du baseball qui s’était manifestée chez les partisans, ainsi que la visite de l’équipe nationale junior de Cuba en 2017. « Ç’a vraiment été mes deux coups de coeur! »

Seule femme présidente d’une organisation de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJÉQ) pendant ses cinq années de mandat, Audrey Tremblay a bien aimé son expérience au sein du circuit provincial. « Cette année, c’était l’fun parce que la ligue avait décidé d’inclure les président(e)s dans les discussions avec les gouverneurs, ce qui n’était pas le cas auparavant. J’ai vraiment appris à connaître encore plus tous les présidents des autres équipes et à voir leur manière de penser, leurs orientations. J’ai trouvé ça le fun d’être encore plus impliquée », mentionne celle qui avait fait cette suggestion l’an dernier.

Bilan financier

Au cours des prochaines semaines, le vice-président de l’organisation, Mathieu Gauthier, assurera la présidence par intérim et tiendra des rencontres avec les personnes intéressées à assumer la présidence. Cela dit, Audrey Tremblay quitte avec la satisfaction de laisser une organisation en santé qui a su limiter les pertes dans le contexte de la COVID-19. « Oui, on va avoir des pertes cette année, mais on peut quand même dire mission accomplie dans les circonstances. On a fait une gestion serrée et je peux confirmer que l’organisation des Voyageurs est une organisation qui a à coeur ses joueurs. »

L’organisation devrait enregistrer des pertes de 10 000 $. Sur les 76 000 $ de revenus, on retrouve une subvention de 55 000 $ de Ville de Saguenay. Toutefois, il faut déduire de ce montant une somme de 10 000 $ qui a été remise au midget AAA. Les frais d’hébergement et de transport des joueurs représentent des dépenses d’environ 25 000 $. « On va perdre environ 10 000 $ parce que nous avons eu beaucoup moins de revenus de la restauration, pas de revenus de boisson et des foules limitées à 50 personnes au début », explique Audrey Tremblay, qui trace un bilan positif de la saison malgré tout. Elle a salué le travail de l’entraîneur-chef Michaël Bélanger et ses adjoints qui ont tenu un bon camp d’entraînement et livré une bonne saison. « Michaël Bélanger a fait une excellente job », a-t-elle conclu.