Association du hockey mineur de Saguenay: 12 000$ de moins

Les dirigeants de l’Association du hockey mineur de Saguenay doivent faire face à une baisse de 12 % de la subvention versée par Saguenay.

« On nous avait dit lors de la fusion que notre subvention n’allait pas être coupée, que personne n’allait y toucher », déplore le directeur général Dany Chouinard, conscient que tous les organismes subissent présentement des coupes. Il rappelle tout de même que l’organisation devait trouver des manières créatives de combler le manque à gagner. Auparavant, l’organisation recevait un montant de 100 000 $, qui a été revu à la baisse à 88 000 $.

« C’est un montant quand même important pour les membres », reconnaît-il, annonçant avoir déjà été averti d’une possible autre coupe l’an prochain.

Novice demi-glace

À compter de la prochaine saison, à travers tout le pays, les joueurs de calibre novice évolueront sur une demi-glace, une obligation de Hockey Canada, ce qui nécessite un investissement de 10 000 $ pour l’achat d’une bande sur mesure ainsi que des buts normalisés pour le novice (3x4, au lieu de 4x5). Les bandes achetées pour le projet pilote, qui a été fait lors des deux dernières saisons, n’étaient pas sécuritaires, selon les critères de Hockey Québec. La nouvelle bande se retrouvera à l’aréna Marina-Larouche de Chicoutimi-Nord et prendra une quinzaine de minutes à installer. « Comme la bande est faite sur mesure, je ne peux pas la prendre à l’aréna Marina-Larouche à Chicoutimi et dire qu’on s’en va à La Baie », explique Dany Chouinard, mentionnant que la décision d’opter pour Chicoutimi-Nord a été motivée par le manque de disponibilité des autres arénas. « On s’assure ainsi d’avoir nos activités du matin jusqu’au soir, insiste-t-il. On va installer les bandes le matin et les retirer le soir. Ça va être beaucoup moins compliqué pour tout le monde »

Les entraînements de semaine continueront de se tenir dans les arrondissements.

+ LE HOCKEY MINEUR EN BREF

Programme demi-année

Les responsables de l’organisation saguenéenne envisagent la création d’un programme demi-année qui se déroulerait d’octobre à décembre. Au cours de cette période, lors de séance sur glace d’environ une heure tous les vendredis soirs, les inscrits participeraient à un entraînement d’une trentaine de minutes suivi d’un minimatch. « On a des questions présentement. Il y a des gens intéressés. Il reste à voir si on va avoir assez de joueurs pour le partir », signale Dany Chouinard, mentionnant qu’une vingtaine de joueurs seraient nécessaires pour avoir des coûts raisonnables. « Il n’y a pas vraiment de catégorie. Normalement, on va tous les mélanger. De toute façon, normalement, ce sont de jeunes débutants qui font autre chose, que ce soit du ski ou du judo, mais qui veulent essayer le hockey. On leur donne la possibilité de le faire pendant une demi-année dans un système moins contraignant pour les parents », explique-t-il. 

Politique d’utilisation des joueurs

La prochaine saison permettra la mise en place d’une nouvelle politique d’utilisation des joueurs dans l’atome et le pee-wee, tant dans le simple que le double lettre. Le système, déjà utilisé dans le pee-wee AAA provincial et calqué sur le modèle européen, forcera les joueurs à disputer au moins deux matchs à une autre position que leur régulière. C’est donc dire que les attaquants se retrouveront à la défense et vice versa. « Il faut sortir le joueur de sa zone de confort et l’envoyer à une autre position, où il va être un peu moins efficace et va essayer de s’améliorer. C’est là qu’on va augmenter le sens du jeu, qui est une facette excessivement difficile à améliorer à l’entraînement », fait valoir Dany Chouinard. Pour les gardiens, le système d’alternance est encouragé avec une utilisation maximale de 55 % -45 %, incluant les tournois et les séries. 

Code d’éthique

Après les événements de la fin de la dernière saison, les parents devront obligatoirement signer un code d’éthique lors de l’inscription. Les entraîneurs signeront également le document préparé par Hockey Québec. Un comité d’éthique, formé de personnes indépendantes du monde du hockey, sera formé prochainement et va gérer les plaintes et les cas de débordement. « C’est quand il y a un enjeu, concède Dany Chouinard. En saison régulière, on ne le voit pas trop. En séries ou en demi-finale d’un tournoi, la pression monte et les gens ne se contrôlent pas. C’est vraiment là qu’on va mettre un peu plus d’encadrement ».