Les joueurs de la NBA dénoncent l’injustice sociale à la suite de l’intervention policière qui a mené à des coups de feu à l’endroit de Jacob Blake, un Afro-Américain du Wisconsin, au cours du week-end.
Les joueurs de la NBA dénoncent l’injustice sociale à la suite de l’intervention policière qui a mené à des coups de feu à l’endroit de Jacob Blake, un Afro-Américain du Wisconsin, au cours du week-end.

Après le boycottage, la NBA reporte trois autres matchs, mais espère une reprise

Nicolas Pratviel
Agence France-Presse
KENOSHA — Les blessures infligées à l’Afro-Américain Jacob Blake par un policier blanc ont rallumé les braises de la colère antiraciste aux États-Unis, avec de nouvelles manifestations et une campagne de boycottage du monde sportif, même si les basketteurs de la NBA semblent prêts à regagner les terrains.

La Ligue nord-américaine de basket a annoncé que les trois matchs de séries prévus jeudi (Clippers-Dallas, Denver-Utah et la demi-finale de conférence Toronto-Boston) ne seraient pas joués. Ils s’ajoutent à ceux de mercredi (Milwaukee-Orlando, Houston-Oklahoma City et Lakers-Portland) également reportés après le boycottage des Milwaukee Bucks.

Sans prendre le risque d’annoncer des dates de reprogrammation, l’instance a dit «espérer reprendre le jeu vendredi ou samedi».

Elle compte désormais sur une avancée décisive, au terme d’une réunion planifiée jeudi après-midi, «entre un groupe de joueurs et les dirigeants des 13 équipes encore en lice à Orlando, ainsi que des représentants du syndicat des joueurs (NBPA), du conseil d’administration de la Ligue et du président du comité responsable des relations avec les joueurs, Michael Jordan, pour discuter des prochaines étapes», a-t-elle indiqué.

Ce dernier, presque toujours réticent à prendre la parole pour protester contre les problèmes sociétaux aux États-Unis, était sorti de son silence fin mai après la mort de George Floyd et avait fait un don de 100 millions de dollars à des organisations oeuvrant pour l’égalité raciale.

Jordan en sauveur ?

Il ne s’est pas fait entendre ces dernières heures après les tirs policiers contre Jacob Blake. Parviendra-t-il à trouver les mots pour convaincre les joueurs de rejouer, sachant que cette réunion doit aussi servir à lancer des plans d’action pour accentuer la lutte contre le racisme ?

Selon ESPN et The Athletic, sa tâche ne devrait pas être insurmontable. Ils rapportent que les joueurs ont décidé de reprendre les play-offs au terme d’une nouvelle réunion ce jeudi matin, après une première qui s’est tenue jusque tard dans la nuit précédente.

Michael Jordan

À son issue, les Lakers et les Clippers, deux des principaux favoris pour le titre de champion, avaient voté pour l’arrêt de la saison, contrairement aux onze autres équipes. Ont-ils changé d’avis ? Se sont-ils rangés derrière le vote collectif ? Comment la NBA peut-elle les convaincre de rejouer ?

Autant de questions illustrant à quel point les heures qui viennent seront décisives pour le sort d’une saison NBA déjà chamboulée par le coronavirus, qui a forcé la Ligue à l’interrompre pendant cinq mois avant de la reprendre en convoquant vingt-deux de ses équipes dans la bulle hermétique de Disney World.

Or, ce ne sont plus les conditions sanitaires qui la menacent le plus désormais, mais bien le contexte brûlant lié aux injustices raciales systémiques qui gangrènent les États-Unis.

Le calvaire de George Floyd avait bouleversé les vedettes de la balle orange, certains comme Kyrie Irving, vedette des Brooklyn Nets, estimant qu’il ne fallait pas reprendre le championnat, pour justement mieux agir contre ce fléau.

«Le changement MAINTENANT!»

Les joueurs dans leur écrasante majorité, certes en hésitant beaucoup, ont choisi d’aller en Floride, et la NBA a fait en sorte de leur permettre d’être proactifs dans leur combat, en leur autorisant la pose du genou à terre pendant l’hymne national, en affichant «Black Lives Matter» sur les parquets, en leur donnant la parole pour réclamer justice.

Mais le terrible sort de Jacob Blake, Afro-américain de 29 ans grièvement blessé lors de son interpellation, a causé un nouveau choc incommensurable.

«Le changement ne se produit pas simplement en parlant!! Cela se produit par l’action et doit se produire MAINTENANT! (...) C’est aux États-Unis de faire la différence. Ensemble. C’est pourquoi votre vote est “Plus qu’un vote”. Black Lives Matter», a tweeté jeudi LeBron James.

La superstar des Lakers a créé l’association «More Than a Vote» («Plus qu’un vote») il y a deux mois, avec d’autres sportifs, afin de promouvoir le vote des Américains noirs à l’approche de la présidentielle.

«Je ne sais pas grand-chose sur les protestations au sein de la NBA. Je sais que ses audiences sont très mauvaises parce que je pense que les gens en ont marre de la NBA. Ils sont devenus un peu comme une organisation politique et ce n’est pas une bonne chose», a commenté Donald Trump à propos du boycottage historique des basketteurs qui a été suivi dans d’autres sports, baseball, tennis, football.

+

LE MOUVEMENT PREND DE L'AMPLEUR

Dans la NFL, les Cardinals de l’Arizona, les Bears de Chicago, les Broncos de Denver, les Packers de Green Bay, les Colts d’Indianapolis, les Jets de New York, les Titans du Tennessee et l’équipe de football de Washington ont choisi de ne pas tenir de séances d’entraînement jeudi.

Le demi offensif Melvin Gordon, des Broncos, a grandi à Kenosha. Gordon, des coéquipiers, des instructeurs et des membres du personnel se sont fait photographier et ont publié un message sur Twitter.

«Bien que la tragédie ait eu lieu à Kenosha, où a grandi Melvin Gordon, ça nous touche tous de très près», peut-on lire dans le message.

«Dans les termes les plus clairs, nous condamnons la brutalité policière, la force excessive et ces actes de violence insensés qui ont causé tant de douleur. Il est temps de faire preuve de responsabilité et d’avoir une véritable réforme politique», a-t-on ajouté.

À l’instar d’autres formations de la NFL, les Saints de La Nouvelle-Orléans se sont entraînés jeudi, mais les joueurs arboraient le nom de Blake sur le devant ou la couronne de leur casque, où se trouve habituellement leur nom pendant le camp d’entraînement.

Les Falcons d’Atlanta se sont également entraînés jeudi. Toutefois, l’entraîneur-chef Dan Quinn a indiqué qu’il parlerait avec ses joueurs, incluant le comité de justice sociale de l’équipe, plus tard jeudi.

L’entraîneur-chef Doug Marrone, des Jaguars de Jacksonville, a fait savoir que les joueurs et les instructeurs ont tenu une rencontre qui a duré plus de deux heures, jeudi matin, avant de décider de s’entraîner tel que prévu.

Les joueurs des Bills de Buffalo, des Ravens de Baltimore, des Browns de Cleveland, des Cowboys de Dallas, des Giants de New York, des Eagles de Philadelphie et des Steelers de Pittsburgh se sont également entraînés jeudi. La Presse Canadienne