Après 37 ans passés comme entraîneur/coordonnateur du Bleu et Or de l’École polyvalente Arvida, Jocelyn Chiasson (à gauche) a accepté, en 2012, de continuer à transmettre sa passion pour le basketball avec les Titans du Séminaire de Chicoutimi, à l’invitation de Robin Verreault à l’époque. En fin de semaine, ce pilier du basket régional a annoncé, sur sa page Facebook, qu’il tirait officiellement sa révérence.
Après 37 ans passés comme entraîneur/coordonnateur du Bleu et Or de l’École polyvalente Arvida, Jocelyn Chiasson (à gauche) a accepté, en 2012, de continuer à transmettre sa passion pour le basketball avec les Titans du Séminaire de Chicoutimi, à l’invitation de Robin Verreault à l’époque. En fin de semaine, ce pilier du basket régional a annoncé, sur sa page Facebook, qu’il tirait officiellement sa révérence.

Après 45 ans de basket, Jocelyn Chiasson passe le flambeau

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Un pilier régional du basketball vient d’annoncer officiellement sa retraite. Après 45 ans à oeuvrer comme joueur et entraîneur, Jocelyn Chiasson a en effet décidé qu’il était temps de passer définitivement le flambeau à la relève. L’homme de 57 ans quitte d’ailleurs l’esprit en paix, convaincu que la relève est entre bonnes mains.

Au cours des 45 dernières années, Jocelyn Chiasson s’est évertué à transmettre sa passion pour le ballon orange aux jeunes garçons et filles, soit pendant 37 ans à la relève du Bleu et Or de l’École polyvalente Arvida et les huit dernières années à celle des Titans du Séminaire de Chicoutimi.

« J’ai commencé à titre de joueur en 1974-75 comme un peu au mini à l’école et j’ai annoncé (samedi) que je mettais fin à ma carrière. J’avais été clair avec le responsable des sports au Séminaire, Martin Renaud, et mon superviseur du programme, François Perron, que j’y allais année par année », rappelle-t-il d’entrée de jeu en entrevue téléphonique.

Concierge à la Commission scolaire de La Jonquière, l’ancien entraîneur et coordonnateur du programme du Bleu et Or travaillait de nuit et commençait à trouver que la situation se compliquait, surtout avec les bouleversements générés par la COVID-19.

« Je travaille de nuit, je commençais à trouver que ça devenait compliqué et que j’avais assez donné. J’ai eu six semaines pour réfléchir à mon affaire et je pense que c’est le bon moment. Je suis en paix avec ma décision », assure celui qui a la tête pleine de bons souvenirs et qui reçoit plein de commentaires positifs de gens qu’il a côtoyés et qui sont même devenus des amis au fil du temps.

Après 37 ans passés comme entraîneur/coordonnateur du Bleu et Or de l’École polyvalente Arvida, Jocelyn Chiasson (à droite) a accepté, en 2012, de continuer à transmettre sa passion pour le basketball avec les Titans du Séminaire de Chicoutimi, à l’invitation de Robin Verreault à l’époque. En fin de semaine, ce pilier du basket régional a annoncé, sur sa page Facebook, qu’il tirait officiellement sa révérence.

Valeurs et amitiés

Son plus beau souvenir n’en est pas un de résultats sportifs, mais bien « la fierté d’avoir duré dans le temps, avec cinq décennies dans le monde du basket. On s’adapte, mais on garde toujours les mêmes valeurs », souligne celui qui a voulu inculquer des valeurs comme « l’engagement, le travail, l’attitude, la motivation dans le gymnase, le respect des coéquipiers et des gens autour de soi et le plaisir de devenir une meilleure personne, un meilleur étudiant et un meilleur athlète ».

En près de 50 ans de basket, il a été témoin privilégié de l’évolution de son sport. Comme dans bien d’autres disciplines, il constate que les athlètes ont progressé, techniquement et physiquement, et qu’ils sont plus rapides. « Mais pour le reste, en termes de travail, d’énergie et de combativité, c’était peut-être plus facile à aller chercher avec les athlètes autrefois », estime le Jonquiérois.

Outre les belles amitiés qu’il a nouées au fil des ans, Jocelyn Chiasson est également fier de constater qu’il a eu un impact dans son milieu et sur des jeunes.

« Quand je regarde la relève dans plusieurs organisations, je trouve cela valorisant de voir que ce sont des gens que j’ai eu l’occasion de coacher durant ma carrière. De voir des jeunes qui sont devenues des coachs, des arbitres et même des responsables de programmes. Je me dis que l’on n’a pas fait tout ça pour rien. On a préparé la relève », dit-il en citant, entre autres, les Philippe Hurtubise, David Duguay et Jean Ménard pour le Bleu et Or, ainsi que les François Perron et Pascal Morin pour le Séminaire de Chicoutimi, qui font partie des personnes solides pour assurer la relève. Il a aussi eu un bon mot pour le défunt fondateur du Club de basketball de Jonquière, Ghislain Martineau, « la personne qui a été la plus significative dans cette folle aventure ».

C’est donc sans aucun regret que ce pilier du basket tire sa révérence. Il lui reste un dernier bilan de saison et un peu de planification à faire avec François Perron pour les Titans et la transmission des informations en vue de la Classique de basketball des anciens du Séminaire. L’événement devait se tenir en avril, avec près de 20 équipes. Tout a été reporté en 2021.

Pour le reste, ce sera sans doute une présence comme spectateur à quelques matchs pour le plaisir de revoir des amis !