Courant cous les couleurs de l’équipe canadienne comme lors des Championnats du monde (photo), l’Almatois Léandre Bouchard a beaucoup appris, parfois à la dure, sur le parcours de la compétition préparatoire des Jeux olympiques de Tokyo 2020 de vélo de montagne (cross-country). Il a conclu au 23e rang parmi les 50 meilleurs au monde.

Apprentissage à la dure pour Léandre Bouchard

L’Almatois Léandre Bouchard ne l’a vraiment pas eu facile lors de la compétition préparatoire des Jeux olympiques de Tokyo 2020 en cross-country olympique de vélo de montagne. Pédalant sous les couleurs de l’équipe canadienne, Bouchard a fait fi d’une bonne contusion à une cuisse et d’une chute durant l’épreuve pour finalement conclure au 23e rang de ce rendez-vous des 50 meilleurs au monde de la discipline.

Le Jeannois, qui partait environ au 30e rang, a terminé à 3min26 seulement du grand champion, le Suisse Nino Schurter. « C’était une bonne course et l’objectif principal, c’est beaucoup d’apprendre. J’ai donc appris plein de choses à travers les entraînements, a indiqué l’athlète almatois, alors qu’il était en direction de l’aéroport de Tokyo. Pour la course, on n’avait que deux jours d’entraînement. Mais ça nous prépare encore mieux en vue d’y retourner l’an prochain. »

L’Almatois a vécu le même processus lors de sa participation aux Jeux de Rio en 2016, mais le parcours de Tokyo est bien différent. « C’est un parcours plus physique et très technique. Il y a beaucoup de montées et de descentes. Il y a peu de place pour un répit, mais c’est vraiment un beau parcours olympique. [...] L’équipe nationale disait que c’était le plus beau des Olympiques jusqu’à présent. C’est aussi celui qui se rapproche le plus de ce qu’on fait régulièrement en Coupe du monde. Les obstacles sont vraiment cardio et très bien aménagés. On les enchaîne les uns après les autres. »

Toujours dans le coup

Selon ce qu’il a raconté à son entraîneur Jude Dufour, Léandre s’est infligé un bon coup sur l’intérieur de la cuisse dans la boucle de départ. « Il s’est fait coincer dans une section technique où il a pris la mauvaise option et il s’est cogné solidement l’intérieur de la cuisse. Sa selle de vélo a tourné. Il a fallu qu’il replace son siège. Il a fait la course avec un peu de douleur et je pense que ça l’a empêché de donner son plein potentiel », estime Jude Dufour.

« Au 5e tour, il a fait un vol plané (sans trop se blesser). Il a reculé autour du 27e rang et il est remonté jusqu’au 23e », ajoute-t-il.

« Un écart de 3min26 avec Nino Schurter sur une course de 1 h 17, ce n’est pas gênant. C’est serré. En Suisse, il avait fait une 14e position et il avait fini à 4min08 de Schurter, qui avait gagné. »

L’entraîneur rappelle que ce rendez-vous constitue « une opportunité d’aller apprendre le parcours olympique en sachant qu’il y a encore des possibilités que Léandre y soit. Les 50 meilleurs athlètes étaient présents. C’est comme une petite Coupe du monde. Léandre est dans le coup. Il vient de prouver encore qu’il est capable de rouler avec ces gars-là. C’est encourageant ! »

L’autre Canadien en lice pour les Jeux de Tokyo, Peter Disera, a pour sa part connu une excellente performance avec une 13e place, à 1min34 du vainqueur. Bien que l’épreuve-test ne compte pas pour la sélection, Bouchard aurait certainement aimé se distinguer encore plus. « Disons qu’on aurait aimé faire réfléchir encore une fois Cyclisme Canada, mais on demeure très zens face à ce résultat », assure Jude Dufour.

Quant à Léandre, il tentera d’amasser encore plus de points UCI en participant à deux événements internationaux en Grèce, au cours des deux prochains week-ends. Il courra sous les couleurs de Pivot Cycles-OTE avec son coéquipier Raphaël Auclair. Chacun des rendez-vous compte quatre épreuves courues individuellement.

Enfin, pour ceux qui voudraient un aperçu de la difficulté du parcours, visitez le site du Canadian Mountain Bike au https ://cyclingmagazine.ca/mtb.

C’est étourdissant !