Antoine Duchesne a crié de joie en franchissant l’arrivée. Le Chicoutimien d’origine a été couronné champion canadien de l’épreuve sur route, son premier titre en catégorie Élite, et ce, devant les siens, dans sa région natale.

Antoine Duchesne triomphe devant les siens

Enfin, Antoine Duchesne l’a son maillot de champion canadien sur route! Samedi, à La Baie, devant de nombreux supporteurs de sa région natale, «Tony the Tiger» a rugi de bonheur, levant des bras triomphants vers le ciel en franchissant l’arrivée du difficile parcours de 181,2 km, au grand plaisir de la foule. Un scénario de rêve pour celui qui a pu savourer sa toute première couronne en catégorie Élite. Une couronne qu’il arborera fièrement sur le circuit ProTour.

Dès le début de l’épreuve, le membre de l’équipe professionnelle Groupama-FDJ a affiché ses couleurs en s’installant dans l’échappée initiale. Le Chicoutimien d’origine a su gérer sa course et son énergie avec doigté pendant 4h17mn18, sous une température frôlant les 30 degrés Celsius. Il a ainsi été en mesure de semer la poignée de poursuivants qui avaient résisté à 12 tours d’écrémage dans la bosse et le faux plat de la 6e avenue. Au sprint final, il a coiffé l’Ontarien Benjamin Perry (Israel Cycling Academy) et le Britanno-Colombien Nigel Ellsay (Rally Cycling). 

Le Chicoutimien d’origine, Antoine Duchesne, a remporté l’épreuve reine des Championnats canadiens de cyclisme sur route, samedi à La Baie. À l’issue de l’épreuve de 181,2 km, il a devancé l’Ontarien Benjamin Perry (Israel Cycling Academy) et le Britanno-Colombien Nigel Ellsay (Rally Cycling).

«Tout a marché comme je voulais. Ça n’arrive pas souvent!» confirme-t-il, avant d’ajouter avec un grand sourire: «En fait, ce n’est jamais arrivé! C’est mon premier vrai titre chez les Élites, ça fait un beau gros velours de gagner devant ma famille et dans ma région.

«Et de ramener ce maillot au ProTour, ça fait du bien! Ça fait plusieurs années qu’en Europe ils nous disent: ‘‘C’est qui votre champion canadien? Vous ne savez pas c’est qui, c’est un amateur”. Cette fois-ci, je n’avais pas trop le choix de le ramener», raconte l’athlète de 27 ans, sollicité de toutes parts pour des photos et des autographes.

Le vainqueur de l’épreuve sur route, Antoine Duchesne, a donné une belle frousse à tout le monde, en ne pouvant éviter un spectateur qui avait décidé de traverser la rue, peu après qu’il ait franchi l’arrivée au sprint. Heureusement, plus de peur que de mal.

Une frousse

L’expérience a payé pour Duchesne, qui était très satisfait de sa gestion de course. Surtout que dans le dernier tour, il a commencé à avoir une crampe à l’arrière de la cuisse droite. 

«À cause de la chaleur, j’étais un peu sur le bord des crampes, mais j’ai bien géré ma dernière montée pour être sûr de ne pas cramper et je savais qu’au sprint, je serais capable de gagner. 

«Durant la course, j’ai essayé de toujours me mettre dans une position de force pour ne jamais avoir à gaspiller d’énergie ni me retrouver à contrecoup. Ç’a demandé beaucoup d’énergie pour le faire, mais au bout du compte, c’était moins dur d’être dans le bon coup que d’être obligé de chasser. Mais il fallait toujours que je me couvre s’il y avait un gars de Silber ou de Rally, qui étaient les deux grosses équipes de l’épreuve. Par contre, j’avais de super jambes aujourd’hui, ce qui aide aussi.»

Duchesne n’a pas eu de répit à l’avant de la course. Il a été talonné constamment par de redoutables adversaires qui se trouvaient dans l’échappée ou dans le groupe de chasseurs, soit les Adam De Vos (Rally) et Svein (Tuft Michelton-Scott), respectivement  4e et 5e à 14 secondes d’écart; Bruno Langlois (Vélo Cartel) et Ryan Roth (Silber), 6e et 7e avec 18 secondes d’écart, ainsi que le vainqueur du Tour de Beauce James Picolli (Elevate /KHS Pro Cycling) à 21 secondes et Jack Burke (Jelly Belly Prio cycling) à 23 secondes.

Quelques mètres après l’arrivée, Duchesne a même donné une belle frousse à tout le monde en accrochant sur sa lancée un spectateur qui avait décidé de traverser la rue au même moment. Aucun des deux n’a été blessé, mais Antoine a eu de la difficulté à se relever «en raison des crampes», assure-t-il.

Antoine Duchesne a été submergé par une crampe après l’arrivée. Sa douce Emmanuelle Crête l'a encouragé durant toute l'épreuve, affiche à la main.
Duchesne a remporté l’épreuve sur route devant les siens, dans sa région natale. Il a ici droit à un tendre baiser de sa douce, Emmanuelle Crête.

Étonnant Bruno Langlois

Parmi les coureurs qui ont impressionné, les vétérans Bruno Langlois et Svein Tuft arrivent en tête de liste. Langlois, 39 ans et fondateur du club Vélo Cartel basé à Québec, a encore une fois su flairer le bon coup et être en mesure de tenir la cadence presque à la toute fin, même s’il était le seul de son équipe à avoir tenu bon.

«Je suis très content de ma course et de mon résultat dans le top-10, a confirmé le fin renard. Chaque fois, mon objectif est de faire une bonne course, en tête, et je suis bon quand il fait chaud. Comme ma forme est bonne, même si chaque tour, la montée était dure, c’était correct pour moi et ça écrémait (le groupe). Je me plaçais bien, j’avais les jambes pour basculer et je ne voulais pas perdre trop de terrain et je pense que toutes les années professionnelles que j’ai accumulées ont payé aujourd’hui!»

L’athlète natif de Matane était non seulement satisfait de sa prestation, mais il était aussi heureux pour son ami Antoine. «C’est un bon parcours pour moi, Antoine Duchesne a gagné. C’est un de mes amis, alors je suis très content que ça reste dans la famille. C’est aussi le fun parce qu’il va pouvoir porter le maillot à la feuille d’érable sur les grosses courses internationales.»

Le vétéran coureur, Bruno Langlois (à gauche), a impressionné bien des spectateurs, lui qui a bataillé jusqu’à la toute fin pour finalement conclure au 6e rang de l’étape sur route remportée par Antoine Duchesne (2e sur la photo).

+ LES EFFORTS DES RÉGIONAUX RESTENT VAINS

L’épreuve reine des Championnats canadiens de cyclisme sur route aura fait souffrir bien des coureurs, samedi, à La Baie. Au départ, ils étaient 128 coureurs à vouloir dompter ce parcours de 181,2 kilomètres, doté d’une pente de 18 % au plus fort de l’ascension sur 1,5 km qu’ils devaient surmonter à 12 reprises sous une chaleur frôlant les 30 degrés Celsius. Peu ont survécu à l’écrémage qui s’est fait au fil des tours. D’ailleurs, seulement 29 coureurs ont franchi l’arrivée.

Peu ont survécu à l’écrémage qui s’est fait au fil des tours. D’ailleurs, seulement 29 coureurs ont franchi l’arrivée et aucun des cinq coureurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Elliott Doyle (Vélo Cartel), Léandre Bouchard (KMC Ekoi Sr Suntour), ainsi que Cédrick Bourgeois, Jason Côté et Lucas Lajoie de l’équipe UltraViolet/Skippet, n’ont réussi à terminer le sélectif parcours. Pour eux, ce difficile exercice leur a davantage permis de s’évaluer par rapport aux meilleurs de la discipline.

Ainsi, l’Almatois, Elliott Doyle s’est pointé au rendez-vous sans grandes attentes. «Ma session d’été en pharmacologie s’est terminée vendredi et je n’ai donc pas vraiment eu de temps (consacré) à l’entraînement. J’ai réussi à faire huit tours et je suis bien content dans les circonstances», a commenté celui qui tentera de saisir sa chance si elle se présente lors du  critérium couru dimanche, dans le secteur du parc de la Petite Maison blanche.

Décision crève-coeur pour l’Almatois Léandre Bouchard, qui a dû se résigner à ne pas terminer la course sur route après avoir été victime d’une crevaison.

Bouchard déçu

Son concitoyen Léandre Bouchard nourrissait plus d’ambitions, même si sa spécialité est avant tout le vélo de montagne (cross-country). Le longiligne athlète a dû renoncer à son objectif de finir la course, après avoir vu ses chances complètement bousillées par une crevaison. Une cruelle décision qu’il avait encore du mal à digérer peu avant la conclusion de l’épreuve, car il est rarissime qu’il ne termine pas une course. 

«La crevaison a été un peu le dernier clou enfoncé dans le cercueil. Il n’y avait plus aucune chance que je puisse rester avec mon groupe. Je me suis retrouvé seul à l’arrière, avec quatre tours à faire. Je voulais terminer pour l’honneur, mais mon entraîneur (Jude Dufour) m’a dit de ne pas gaspiller mes énergies pour rien. Ça m’a rendu un peu émotif parce que je n’ai pas l’habitude de ne pas terminer mes courses. C’est toujours difficile de prendre ce genre de décision.

«Par contre, comme point positif, je retiens que j’ai été quand même assez fort et j’ai été heureux de constater que j’ai fait la première grosse sélection qui s’est faite. Mais à un moment donné, j’ai perdu le peloton de tête et je me suis retrouvé dans le peloton de chasse. On est revenu très fort, surtout avec Svein Tuft qui s’est mis de la partie. À lui tout seul, il faisait l’équipe et c’était impressionnant! Juste de tenir sa roue était difficile. D’ailleurs, juste par son rythme, il a fait le ménage sur le faux plat (après la montée). Je me suis retrouvé dans un petit groupe et au tournant de la baie des Ha! Ha!, j’ai senti ma roue glisser pour constater la crevaison», relate Léandre. Il a certainement pris de bonnes notes pour l’avenir en côtoyant Svein Tuft, champion canadien du contre-la-montre.

Retours

Pour Cédrick Bourgeois (UltraViolet) et son coéquipier Lucas Lajoie, il s’agissait d’un retour en compétition. Pour Lucas, le circuit routier a été de courte durée puisqu’il a percuté des panneaux indicateurs de course mal placés dans un virage du premier tour. «J’avais arrêté le vélo pendant un petit bout de temps et je faisais un retour cette année. C’était le fun d’avoir les Championnats canadiens à Saguenay. (...) Malheureusement pour moi, ça s’est fini au premier tour.» 

Le jeune homme ne savait pas s’il participerait au critérium dimanche, puisque sa tête a frappé le sol en chutant. Par contre, il a l’intention de continuer de s’entraîner et de participer aux courses régionales.

Pour sa part, Cédrick a pu constater qu’il y avait du gros calibre au rendez-vous, dont plusieurs coureurs qu’il a côtoyés à l’époque où il faisait régulièrement de la compétition de haut niveau. 

«(Plus tôt) cette semaine, j’ai revu Antoine (Duchesne) qui s’est arrêté à la boutique (UltraViolet) et on en a profité pour jaser un peu. C’est le fun de parler avec ces gars-là. Tu vois qu’ils ont de l’expérience. Pour Antoine, ce n’est pas une longue course. Ce matin (samedi), il n’avait pas de stress, tandis que nous, nous étions un peu plus stressés ce matin», lance-t-il en riant.

Cela dit, le Jonquiérois a réussi à tenir son bout pendant 96 kilomètres. «On va essayer de récupérer comme il faut cette nuit pour le critérium dimanche».

Quant à Jason Côté,  il court habituellement en vélo de montagne. Il n’avait donc pas d’attentes, mais il est satisfait de sa prestation de 66 kilomètres. 

«Ç’a bien été. J’ai réussi à rester dans des groupes rapides jusqu’au 5e tour. À un moment donné, il y a eu quelques cassures (dans la montée) et ç’a commencé à aller vraiment vite dans la descente qui a suivi, de sorte que je n’ai pas été capable de me reposer dans la descente. Quand on a attaqué la montée à nouveau, ç’a été dur et quand j’ai vu que je commençais à perdre trop de positions, j’ai arrêté pour me garder de l’énergie pour le critérium de dimanche, explique-t-il. Le critérium ressemble plus au vélo de montagne à cause des relances. Ce sera très technique et ce sera beaucoup de pilotage, surtout s’il pleut!»

Heures du critérium

Le premier départ du critérium sera donné à 9h15 (junior féminin) et le dernier (Élite masculin) à 13h.