Antoine Duchesne

Antoine Duchesne incapable de s'envoler avec l'échappée

Antoine Duchesne avait de l'énergie jeudi, mais n'a pas été en mesure de prendre part à l'échappée du jour qui a tenu jusqu'au fil d'arrivée.
« Je suis déçu de ne pas avoir pu y aller », a souligné le cycliste chicoutimien au réseau Sportcom, se consolant avec la cinquième place de son coéquipier chez Direct Énergie, Sylvain Chavanel, à seulement 40 secondes du gagnant de l'étape, le Belge Thomas De Gendt.
« Sylvain a eu une super journée! Il a terminé assez près du vainqueur. C'est très bien pour nous, de s'exclamer Duchesne qui a pris la 68e place, plus de 20 minutes derrière. L'échappée s'est rendue jusqu'au bout et je me sentais quand même assez bien. Je n'ai pas réussi à la prendre, surtout que Sylvain est parti dans le premier coup. J'étais toujours devant, mais un peu en retrait pour ne pas non plus relancer. »
Son équipe a toutefois perdu un soldat lors de la 12e étape. Le Français Angelo Tulik a été forcé à l'abandon après une chute. « C'était quelqu'un de très important pour nous dans les sprints. Il était très près de Bryan (Coquard) dans le final, donc c'est très triste de le perdre comme ça. Il nous reste encore de belles arrivées », de tout de même assurer Antoine Duchesne qui ne s'est pas gêné pour critiquer l'aménagement et la gestion de la foule nombreuse en toute fin d'épreuve, ce qui a mené à l'incident du maillot jaune, Christopher Froome. « Il n'y avait pas de barrières dans les derniers kilomètres, dans la montée du Ventoux. C'était vraiment une grosse erreur parce que c'était difficile de passer avec les gens partout », d'exprimer Duchesne.
Vendredi, un contre-la-montre de 37 kilomètres est à l'horaire. Étant donné qu'il n'est pas dans la lutte au classement général, Duchesne ne poussera pas trop la machine pour récupérer en vue des prochaines étapes.