Tout sourire, Antoine Duchesne a publié une photo sur les réseaux sociaux pour souligner son retour sur deux roues.

Antoine Duchesne de retour en selle

Après une importante opération à la jambe gauche, le cycliste chicoutimien Antoine Duchesne est de retour en selle. Il reprendra l’entraînement de manière graduelle, avec l’oeil sur les épreuves de fin de saison, dont les Grands Prix de Québec et de Montréal ainsi que les Championnats du monde de vélo sur route au Royaume-Uni.

Antoine Duchesne a publié, mardi, une photo avec un grand sourire sur les réseaux sociaux pour souligner ses premiers coups de pédale sur un vélo stationnaire depuis son opération à Lyon, en mai, pour régler un problème de l’artère iliaque (endofibrose), ce qui l’empêchait de pousser à 100 %.

Pour cette première semaine de rééducation, il doit se limiter à de la natation et à 25 minutes de rouleau quatre jours. La semaine prochaine, il pourra finalement prendre la route, pour des sorties d’une heure à une heure et demie. La semaine suivante, il alternera sur des parcours d’une et deux heures. Finalement, il pourra accélérer la cadence pour rouler deux heures avec un début d’intensité.

« Après ces quatre semaines, je devrais pouvoir recommencer à plein régime, sans restriction. À partir de la cinquième semaine, je retournerai en Europe pour un trois semaines d’entraînement intensif afin de reprendre les courses normalement à la fin août pour le Poitou-Charentes, du 27 au 31 août », indique le porte-couleurs de l’équipe Groupama-FDJ, qui a effectué toute sa réhabilitation à Montréal.

Duchesne quittera pour l’Europe le 5 août.

Située à la hauteur de la hanche, l’artère iliaque est une importante voie de circulation sanguine qui est souvent problématique pour les sportifs d’endurance. Le fondeur Alex Harvey en a également souffert par le passé. « Ce n’est pas l’idéal », convient Antoine Duchesne, sur ce retour tardif sur deux roues, même si, pour le moment, l’échéancier est respecté à la lettre. Le Chicoutimien avait commencé à être sérieusement embêté à l’entraînement en mars.

« Les membres de l’équipe ont été super compréhensifs. Je n’étais pas en fin de contrat, donc ça m’enlevait ce stress-là. C’est un mal pour un bien. J’essaie de le voir de cette manière. Je vais pouvoir réparer ce problème, revenir à un bon niveau. Il reste encore de belles courses d’ici la fin de la saison », fait-il valoir, nommant également dans la liste la Semaine italienne et le Tour de Lombardie.

« Souvent, en fin de saison, être motivé et avoir le couteau entre les dents, c’est quasiment 50 % du travail. Même si ce sera peut-être un peu compliqué de reprendre un vrai 100 % physiquement, si je réussis à arriver à 80 %, 90 %, avec la motivation et l’envie après avoir passé trois mois en arrêt, c’est certain que ça va contrebalancer », annonce Antoine Duchesne.