Antoine Bouchard était tout sourire après sa victoire qu'il a pu célébrer avec l'entraîneur de la formation canadienne, Jean-Pierre Cantin.
Antoine Bouchard était tout sourire après sa victoire qu'il a pu célébrer avec l'entraîneur de la formation canadienne, Jean-Pierre Cantin.

Antoine Bouchard souligne son retour de la meilleure façon

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Le Jonquiérois Antoine Bouchard ne pouvait pas demander mieux pour son retour à la compétition. Le judoka a mis la main sur la médaille d’or vendredi soir, à l’occasion des Championnats panaméricains de judo disputé à Guadalajara au Mexique.

Il s’agit d’un second sacre pour Bouchard sur la scène des Amériques, lui qui a également remporté ce même titre en 2018. Entre-temps, il avait pris la troisième place en 2019.

Le principal intéressé peinait à cacher sa joie à l’issue de sa victoire, lui qui revient de loin. « C’est une belle journée. C’était l’objectif ultime de la fin de semaine. Je ne dirai pas que c’était impossible, mais dans un monde idéal, j’allais chercher la première place et c’est ce qui est arrivé. »

Le Saguenéen a été tenu à l’écart après une opération, puis en raison de la pandémie, si bien qu’il n’avait pas compétitionné sur une base régulière depuis un sacré bout de temps. « C’était spécial de retrouver les tatamis. La dernière fois que j’ai été régulier sur le circuit compétitif, c’était en juillet 2019. Recommencer, voir que tout va bien et surtout me battre pour une médaille à mon retour, c’est mission accomplie. » Il s’était battu au début de l’année 2020, à Paris et à Budapest, atteignant le troisième tour aux deux occasions.

Malgré tout, il savait de quoi il était capable et ne doutait pas qu’il pouvait enregistrer un bon résultat. Ultimement, il aura obtenu la meilleure conclusion possible. « Je savais qu’avec la préparation et le niveau de judo que j’avais, j’étais capable d’aller chercher cette première place. Je l’avais fait par le passé, mais la variable qui était la plus problématique, c’était la longue pause due à la COVID. Ça me faisait un peu plus douter, mais une fois que la compétition a commencé, tout s’est bien passé et ç’a continué pour le reste de la journée. »

Des mois décisifs à venir

Avec cette victoire, Bouchard devrait s’approcher du top 18 mondial, le seuil théorique pour une qualification olympique. Il devra cependant continuer de travailler dur, puisque le Canada pourrait être contraint à envoyer un seul athlète chez les moins de 73 kg et que son compatriote Arthur Margelidon occupe présentement le troisième échelon de la catégorie.

« Ce n’est pas impossible, mais ça va dépendre d’Arthur aussi. Il reste encore beaucoup de temps et beaucoup de scénarios sont encore possibles. »

Les prochains mois seront donc décisifs pour Bouchard, lui qui se fait offrir une seconde chance alors qu’à l’été 2020, une qualification aurait été plus difficile après une opération à l’épaule. « De mon point de vue, le report des Olympiques, c’est une bonne chose. Ça va maintenant dépendre des compétitions à venir, mais la fédération internationale n’est pas en mesure de nous donner un calendrier précis pour les prochains mois et c’est compréhensible », avoue le jeune homme qui compte participer aux Masters au début de mois de janvier.

« Ce serait ma prochaine compétition dans le meilleur des mondes. C’est réservé au top 30 de la catégorie et c’est une compétition isolée qui n’implique pas de partir pendant plusieurs mois. Les compétitions qui vont rester, seront importantes et donneront beaucoup de points. Si je peux faire des compétitions qui n’impliquent pas de rester longtemps en Europe, je pense que je vais essayer de toutes les faire », conclut Antoine Bouchard.