Représentant les Gaillards du Cégep de Jonquière, la Jonquiéroise Anne-Frédérik Drolet s’est distinguée en remportant la médaille d’argent au Championnat canadien de cross-country de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) présenté samedi, à Grande Prairie, en Alberta.

Anne-Frédérik Drolet remporte l’argent

Malgré du temps froid et des conditions hivernales, la Jonquiéroise Anne-Frédérik Drolet a poursuivi sur sa lancée en remportant la médaille d’argent, samedi, dans le cadre du Championnat canadien de cross-country de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) présenté à Grande Prairie, en Alberta.

La porte-couleurs des Gaillards du Cégep de Jonquière a amélioré son résultat de l’an dernier, alors qu’elle avait mérité la médaille de bronze, ce qui termine en beauté son passage dans le circuit de compétition collégial. Le Québec a fait un doublé à l’issue de l’épreuve féminine de 6 kilomètres.

En effet, comme lors du Championnat provincial, la représentante du Collège André-Grasset, Simone Plourde (24:50), a été la plus rapide, talonnée par Anne-Frédérik Drolet (25:03), du Cégep de Jonquière, qui a ouvert la machine dans la dernière descente pour la rattraper. Sophia Nowicki (25:22) du Lethbridge College complète le podium.

« Les conditions étaient très difficiles. Il y avait un pied de neige de plus qu’ici, souligne son entraîneur, Jean-Marc Normandin. Chapeau à l’organisation qui avait passé la souffleuse sur le gazon pour rendre (le parcours) potable. Avec le passage des coureurs, ça devenait glacé. De plus, il faisait moins 6 degrés Celsius, mais c’était moins 18 avec le facteur vent. »

Représentant les Gaillards du Cégep de Jonquière, la Jonquiéroise Anne-Frédérik Drolet (à droite) a remporté la médaille d’argent au Championnat canadien de cross-country de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) présenté samedi, à Grande Prairie, en Alberta. Simone Plourde (au centre), du Collège André-Grasset, a gagné l’or, et Sophia Nowicki, du Lethbridge College, le bronze.

La Jonquiéroise terminera sa saison de cross-country le 30 novembre, alors qu’elle prendra part aux Championnats canadiens civils, juniors et seniors de cross-country, à Abbotsford, en Colombie-Britannique. Le calibre sera encore plus relevé et les conditions, espère son entraîneur, devraient être moins difficiles.

Lapointe-Pilote

Un autre Jonquiérois prendra part aux Championnats canadiens civils, juniors et senior de cross-country, à Abbotsford, soit Félix Lapointe-Pilote. Ce dernier était lui aussi en action samedi, mais il était à Kingston, en Ontario, sur le site de Fort Henry, pour le Championnat canadien universitaire U SPORTS.

Membre de l’équipe du Rouge et Or de l’Université Laval, Lapointe-Pilote a conclu au 14e rang de l’épreuve de 10 km (31:18). L’athlète de 22 ans a gagné des positions à chacun des tours et il a réalisé le meilleur chrono de son équipe et le meilleur temps québécois. Sa performance lui a d’ailleurs valu d’être nommé au sein de la deuxième équipe d’étoiles.

« C’est l’une de ses très très belles courses en carrière, en terme de gestion de course. Il est en deuxième année d’éligibilité sur une possibilité de cinq ans. Ça augure bien pour les prochaines années », souligne M. Normandin.

Enfin, le Jonquiérois Pierre-Yves Normandin, 20 ans, aussi membre de l’équipe du Rouge et Or, a accompagné l’équipe à titre de substitut et était prêt à sauter dans l’action si un coureur de l’équipe s’était blessé. À défaut d’avoir pris le départ, il a certainement pris des notes pour les prochaines fois. Mentionnons que le Rouge et Or a terminé au pied du podium au classement par équipe.

+

SAGUENAY ACCUEILLERA L'ÉDITION 2020

Les cégeps de Chicoutimi et de Jonquière seront les hôtes du Championnat canadien de cross-country de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC), l’an prochain.

Les meilleurs coureurs de niveau collégial au pays se pointeront au Saguenay en novembre 2020. Les deux collèges qui ont uni leurs forces pour accueillir l’événement ont soumis leur candidature conjointe et la bonne nouvelle est tombée en septembre. Les organisateurs sont actuellement à la recherche du meilleur site pour présenter la compétition nationale.

« Il nous reste à déterminer le site parce que les organisateurs doivent tenir compte des entraîneurs/spectateurs », mentionne l’entraîneur Jean-Marc Normandin.

Le parc Rivière-du-Moulin, qui est habituellement très prisé pour la tenue des épreuves de cross-country, ne permet pas d’offrir la possibilité de suivre la progression des coureurs sur tout le site. 

« À Grande-Prairie et sur les Plaines d’Abraham, ce sont de grands champs à aire ouverte où les coureurs font des serpentins. Pour les entraîneurs/spectateurs, c’est facile de se promener et de les voir à quelques reprises », explique M. Normandin.

Les parcours des clubs de golf sont les meilleurs endroits pour tenir ce genre de compétition, mais il faudrait que les dirigeants acceptent de voir une portion du terrain labourée par les coureurs. Les organisateurs sont donc à la recherche d’un site qui pourrait présenter de petits vallons et qui est facile d’accès sur l’ensemble du parcours (6 km et 8 km). 

« Ce qui est sûr, c’est que ce sera à Saguenay l’an prochain. On sait que c’est nous qui l’avons et que c’est le groupe de Gino Roberge qui s’occupe de l’aspect piste », ajoute celui qui est aussi entraîneur au club Jakours.

L’organisation doit aussi prévoir un volet protocolaire à l’événement. « La veille de la compétition, il y a des photos d’équipes, un souper des athlètes et des rencontres d’entraîneurs. Le lendemain, il y a la compétition et après, il y a un immense banquet très protocolaire, avec la nomination de l’entraîneur de l’année, la présentation des dix premiers coureurs sur la scène, etc. », a indiqué M. Normandin.