Rénald Gaudreault fait partie des trois vétérans de la Randonnée Hydro-Québec âgés de 80 ans et plus. Il a tenu à célébrer son 80e anniversaire en roulant l'édition 2017 en compagnie de ses enfants, Jean-François, Marie-Élaine et Richard (absent sur la photo). À l'instar des quelque 485 participants, ils ont pu rouler dans d'excellentes conditions météo.

Adieu le DG, bonjour le participant

Reconnu comme Monsieur Vélo du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Roger Filion vient de donner ses derniers tours de roues comme directeur général de Liberté à vélo et son bébé, la Randonnée Hydro-Québec, dont le rideau vient de tomber sur la 16e édition. Mais n'ayez crainte, ce passionné de vélo sera de retour l'an prochain pour ce festif périple annuel, cette fois, en simple participant.
Pour sa dernière prestation à titre de directeur général de la Randonnée Hydro-Québec, Roger Filion (au centre) s'est entouré de deux vétérans de la première heure, le doyen Raymond Lizotte, 81 ans, de Rivière-du-Loup et l'as encadreur Richard Gimaïel. Ce trio a participé aux 16 éditions.
En entrevue avant le coup d'envoi de la 16e édition, Roger Filion affichait une belle sérénité à la veille de quitter un emploi qui lui a permis d'allier sa passion pour le vélo et son amour de la région et son entregent naturel. À 74 ans, l'Almatois estime que les astres étaient alignés pour qu'il tire sa révérence après 16 ans de dévoués services.
« Il y a des moments pour partir et dans ma tête, il faut partir quand ça va bien. Je pars donc parce que ça va bien. On a un conseil d'administration très solide et nos finances sont excellentes. Je laisse l'organisme avec un bon fonds de roulement, un excellent personnel avec Odette (Lavoie), qui est là depuis le début de l'aventure, et Françoise (Fortin), ainsi que des bénévoles dévoués, dont certains sont là depuis le début. De plus, l'entente avec Hydro-Québec est signée jusqu'en 2018 », fait valoir le grand manitou du vélo dans la région. Il n'a pas préparé de successeur, car il souhaite laisser aux membres du conseil d'administration toute la latitude possible pour faire leur propre choix.
Il quitte avec la satisfaction du devoir accompli et la fierté de voir l'événement et la Véloroute rayonner partout au Québec et même jusqu'à Toronto et dans les Maritimes. « Je passe à une autre étape et je veux faire autre chose. Ma conjointe Lucie (Guérin) et moi, on avait moins de temps pour faire du vélo et pour aller voir nos enfants et petits-enfants qui sont à Québec et à Montréal. J'avais pris ma retraite du volet sportif (Coupe des Nations et Grand Prix cycliste de Saguenay) et là, c'est une autre étape. L'an prochain, je ferai la Randonnée en simple touriste avec Lucie ! », lance-t-il joyeusement, ravi à l'idée de vivre l'événement avec un regard extérieur, sans les soucis d'organisateur.
Souvenirs mémorables
De toutes ces années, Roger Filion place parmi ses meilleurs souvenirs, la présence de participants de parfois trois générations d'une même famille. « Il y a trois ans, une dame de 80 ans est venue rouler avec sa fille et sa petite-fille. On a aussi Raymond Lizotte de Rivière-du-Loup, qui a commencé à faire du vélo régulièrement à 65 ans ! C'est sa 16e année et il n'a jamais manqué une édition », en soulignant également la présence de Raynald Gaudreault et Roger Boudreault qui ont célébré leur 80e anniversaire en compagnie de quelques proches. Leur présence réjouit le DG sortant de Liberté à vélo, car elle confirme que la randonnée est accessible et agréable peu importe l'âge.
Quant au pire moment, il cite d'emblée une édition marquée par trois jours de pluie diluvienne. « Qu'il pleuve, ce n'est pas si pire, car ce sont des gens de plein air et ils sont conscients qu'il peut y avoir de la pluie. Mais la dernière journée, c'était froid. Tellement que les gens étaient presque en hypothermie et il pleuvait à boire debout, se souvient-il en riant. À la dernière journée, on les a tous embarqués dans des autobus et on a mis leurs vélos dans des camions pour les ramener au centre Mario-Tremblay ! »