Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le joueur des Astros, Abraham Toro.
Le joueur des Astros, Abraham Toro.

Abraham Toro, exemple de discipline pour les jeunes du programme sport-études baseball

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
C’était un vendredi bien spécial pour les élèves du programme sport-études baseball de la Polyvalente d’Arvida. Ils recevaient virtuellement le Québécois Abraham Toro, joueur des Astros de Houston, pour qui l’éthique de travail et la discipline ont fait toute la différence jusqu’ici.

Parce lorsqu’il était assis à leur place, il était loin de se douter qu’il atteindrait un jour la meilleure ligue au monde.

« Quand j’étais en sports-études, à Montréal, je n’étais pas un joueur qu’on allait dire qu’il serait professionnel. Je faisais bien les choses, mais rien de spectaculaire. J’ai travaillé fort, je me suis poussé, et c’est ce qui m’a fait aller au prochain niveau. Il faut essayer de pousser le plus possible. »

C’est le genre de conseils qu’a prodigués le joueur de troisième but aux quelque 70 jeunes rivés devant leur ordinateur pour l’occasion. Racontant notamment son passage au Seminole State College à Oklahoma, où plusieurs Québécois avaient pavé le chemin devant lui, son adaptation à la réalité du baseball mineur, incluant la vie de motel et les maigres 290 $ de paie aux deux semaines, mais aussi ses nombreuses premières fois dans la grande ligue.

Comme cette apparition au bâton historique en octobre 2020, où il est devenu seulement le deuxième joueur québécois à prendre part à une rencontre éliminatoire du baseball majeur. Sa préparation en vue de ce court moment de gloire, où la pression était forte, en dit d’ailleurs beaucoup.

« Avant même la série, je savais un peu mon rôle, qui serait peut-être d’avoir à embarquer en fin de partie justement. Les matchs d’avant, à chaque fois, en 5e ou 6e manche je commençais à aller m’échauffer, à frapper. Quand on m’a dit que j’allais frapper, j’étais vraiment confiant parce que j’avais fait mes devoirs, j’avais regardé des vidéos de tous les releveurs des Rays. […] J’ai eu une bonne présence, j’ai combattu et j’ai fini par avoir un but sur balle. »

L’organisateur de cette conférence, l’entraîneur-chef par intérim des Pionniers du Saguenay Lac-Saint-Jean, Billy Bilodeau, soutient que le programme sport-études baseball est maintenant dans «une nouvelle ère», au sein de laquelle ces enseignements sont jugés importants.

À preuve, les jeunes ont également reçu cette semaine, les conseils de Jean-Christophe Masson, espoir des Blue Jays de Toronto, d’Édouard Julien, des Twins du Minnesota, ainsi que d’Ève Crépeau, nutritionniste du sport.

« Faire vivre de beaux moments comme ceux-là, même en temps de pandémie pour nos jeunes, c’est important, affirme M. Bilodeau. La priorité pour nous, au programme, est vraiment le jeune. On remercie Abraham de sa générosité. »

Rôle d’ambassadeur

Originaire de Greenfield Park, sur la Rive-Sud de Montréal, Abraham Toro se plaît dans ce rôle d’ambassadeur, s’étant lui-même inspiré plus jeune, de joueurs comme Éric Gagné, et est conscient du fait que son sport compte encore peu de modèles québécois au plus haut niveau.

« Moi, j’ai grandi en voulant être comme ces gars-là. Alors si je peux aider un jeune, donner un petit conseil qui va aider sa carrière, c’est sûr que ça va toujours me faire plaisir. C’est quelque chose que je prends à cœur, d’aider la prochaine génération de baseball. »

Dans un sport où la grande majorité des présences se traduisent par des « échecs », même pour les meilleurs frappeurs, le numéro 31 a insisté sur l’importance d’une bonne préparation physique et mentale. Question de ne pas chambouler toute sa technique au premier faux pas et de s’attarder plutôt aux petits détails à corriger.

Des objectifs clairs

Ce n’est certainement pas la COVID-19 qui aura empêché Abraham Toro de se préparer en vue de la prochaine saison. Ce dernier s’attend à voir plus de terrain cette année et a pour objectif de frapper une vingtaine de longues balles.

« Je pense que je devrais avoir plus de chance d’être un régulier cette année. Quand le camp va commencer, ce sera à moi de me prouver et de montrer que je peux jouer tous les jours. […] Dans le baseball majeur, quand tu frappes, on va te trouver une position. Alors pour moi, la priorité c’est de frapper. Ils vont peut-être me faire jouer dans le champ, au premier but, troisième, deuxième, ils risquent de me bouger un peu. »

Bien au fait que son équipe est « la plus haïe » du baseball, à la suite du récent scandale relié au vol de signaux, il ne se dit pas dérangé outre mesure, voyant davantage le tout comme un « challenge ».

Dès la fin du mois de janvier, Abraham Toro compte se rendre en Oklahoma pour peaufiner sa préparation physique, en vue du début du camp d’entraînement des Astros, à la mi-février.