Dave Bolduc, Pierre-Luc Gilbert, Nicolas Lapointe et Olivier Chartier ont effectué le lancement de la saison 2018 de l’Association régionale de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau-Chapais. Ils espèrent franchir le cap des 5000 inscriptions.

À l'assaut des 5000 inscriptions

Le soccer maintient sa popularité année après année au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les dirigeants de l’Association régionale ont procédé jeudi au lancement des activités de la saison estivale 2018 et ils ont bon espoir d’atteindre le chiffre magique de 5000 inscriptions.

Le responsable des compétitions et des communications, Dave Bolduc, le directeur général, Pierre-Luc Gilbert, le directeur technique, Olivier Chartier, ainsi que le responsable des arbitres, Nicolas Lapointe, ont profité de l’occasion pour faire le tour des différents dossiers. 

De 2011 à 2017, la région est l’une des deux seules à avoir maintenu une croissance avec l’Est-du-Québec. L’ARS avait atteint un sommet de plus de 5200 inscriptions en 2015, ce qui se situait à 4811 l’an dernier. À la même date cette année, ils notent une progression tangible. « On peut se permettre de viser de nouveau 5000 joueurs, ce qui serait très bon », annonce Pierre-Luc Gilbert, ajoutant au passage que la participation féminine suit la même tendance. Grosso modo, les filles représentent environ un tiers de la clientèle (66 % -34 %) et avec les chiffres qu’ils ont en main, il est légitime d’espérer franchir le cap des 2000 inscriptions. 

Le Haut-du-Lac est également en pleine effervescence et fait de plus en plus sa place dans le décor régional du soccer. À preuve, 40 personnes ont participé à une formation, jeudi soir, donnée par Olivier Chartier. « Avant, c’était tout le temps Alma, Chicoutimi et Jonquière dans les ligues A et maintenant on commence à avoir Dolbeau-Mistassini, Roberval et Saint-Félicien qui embarquent et s’impliquent. Cette année, on a également Saint-Ambroise qui fait le saut dans le U12. On voit aussi un changement de mentalités au sein des conseils d’administration sur le développement et que l’important n’est pas de gagner. C’est une mentalité qu’on voulait implanter à l’ARS en tant que leader régional », fait-il valoir. 

Les différentes ligues régionales A, de U9 à senior, compteront 120 équipes. Le début de la saison, avec des calendriers de 12 à 16 parties, a été retardé d’une semaine et aura lieu le 28 mai, afin de permettre aux équipes de profiter d’une semaine supplémentaire d’entraînement. Les séries et les festivals de fin de saison se dérouleront les 18 et 19 août. 

Stratégie de développement

Dans leur stratégie de développement, les dirigeants régionaux ont décidé de miser sur la formation, notamment des entraîneurs et les officiels. Une vingtaine d’entraîneurs détiennent maintenant la licence C, le premier cours de base pour le AA, dont trois nouveaux, ou la certification provinciale. « Au niveau des entraîneurs AA et AAA, on commence à en avoir beaucoup plus. En 2010, il y avait moi et Stéphane Pagès et ça s’arrêtait là », indique Olivier Chartier. Dans la même veine, il annonce qu’une soixantaine de personnes participaient mercredi soir à une formation avec l’adjoint au directeur technique du développement et de la haute performance à la Fédération de soccer du Québec, André Gagnon. Ce dernier a également assisté à deux séances d’entraînement avec les jeunes du programme sport-études en plus d’une rencontre avec les directeurs techniques afin d’effectuer une mise à jour des connaissances. « Ça fait du bien d’avoir quelqu’un de la fédération qui se déplace chez nous pendant deux jours et qu’on parle de soccer. Des fois, on parle de structure, mais là, c’était axé sur la technique et le développement », exprime Olivier Chartier. 

Sur le plan de l’arbitrage, le responsable Nicolas Lapointe fait état d’une amélioration notable l’an dernier par rapport à 2016, en raison des évaluations faites par trois évaluateurs. Récemment, Bryan Hassan est également devenu le premier dans la région à obtenir la licence provinciale. Les officiels de moins de deux ans d’expérience continueront également d’être identifiés avec un brassard, une initiative débutée l’an dernier qui permet de garder les jeunes arbitres. 

L’Académie de l’Impact recrute 

Pour une première fois, un représentant de l’Académie de l’Impact de Montréal se rendra dans la région à la recherche de jeunes talents. 

Le directeur du recrutement Simon Gatti sera de passage les 26 et 27 mai dans un camp gratuit qui s’adresse aux joueurs des catégories U12 à U16 qui ont déjà été sélectionnés par le comité technique régional. « S’il voit des jeunes intéressants, ils vont les inviter au camp de l’Académie », mentionne Olivier Chartier, précisant que Gatti sera sur place à deux séances d’entraînement en plus d’assister à une rencontre du Chinook AAA U17. 

« Déjà en partant, l’Impact montre qu’il a intérêt à développer les régions », exprime le directeur technique, annonçant que Simon Gatti sera en Abitibi la semaine suivante. 

Lors des dernières années, Charles-Andreas Brym et Bernardo Lovisi Neto ont réussi à graduer avec l’Académie de l’Impact. 

« À court et long terme, on veut avoir des jeunes sur les équipes du Québec et à l’Académie de l’Impact. Je ne peux pas dire par exemple que notre objectif est d’en avoir six. Si ça n’arrive pas, notre objectif ne serait pas atteint. On veut surtout que ces gens voient qu’on est capables de faire du bon soccer. Quand ils arrivent ici, on veut qu’ils voient que nos joueurs ont un bon niveau, comparativement à ce qui se disait il y a 10-15 ans que jouer contre le Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’était une promenade dans le parc. On commence à le voir dans des compétitions comme les Jeux du Québec ou les ligues AA, où on performe de plus en plus. On a une équipe dans le AAA. Le développement avance assez bien dans la région. Il faut simplement continuer de travailler très fort », observe Olivier Chartier. Pour appuyer ses dires, il rappelle que la région a obtenu les meilleurs résultats des deux dernières éditions des jeux techniques U10 et U12, une forme de concours d’habiletés.

Soccer AA

L’épineux dossier du soccer AA, qui attire l’attention depuis quelques années, semble en voie de se régler. Cet été, seulement quatre équipes ont accès à la Ligue Québec-Métro. Les 11 autres équipes AA doivent se contenter de rassemblements dans la Ligue Nord-Est qui regroupe un total de 25 formations. Une entente hors cour est survenue en septembre après le dépôt d’une requête d’injonction dans l’espoir d’inclure complètement les joueurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans un vrai circuit de compétition AA. Un comité a été formé récemment à la Fédération du soccer du Québec. Il doit proposer d’ici novembre une réorganisation complète du AA. « Personnellement, j’ai bon espoir qu’on va être capable d’offrir une ligue AA de qualité, mais surtout organisée comme à Québec et pas seulement pour un nombre limité de jeunes du Saguenay-Lac-Saint-Jean », espère Olivier Chartier. 

Pour l’été à venir, deux des trois rassemblements de la Ligue Nord-Est se dérouleront à Saguenay, soit les 30 juin et 1er juillet ainsi que les 21 et 22 juillet. Pour les deux événements, une quarantaine de matchs seront disputés.

En bref

• À sa quatrième année d’existence, le programme sport-études soccer au Pavillon Wilbrod-Dufour d’Alma joindra la Ligue d’excellence à l’automne. Le circuit 11 contre 11 regroupe les étudiants des 4e et 5e secondaires. Le programme régional avait débuté avec des jeunes de premier cycle, lesquels cheminent depuis. Le nombre d’une soixantaine de participants demeurera également stable l’année prochaine. « On a décidé de ne pas augmenter le nombre de jeunes parce qu’on veut s’assurer d’avoir la crème », plaide Olivier Chartier, soulignant que le talent n’est pas le seul critère, mais également l’attitude et le respect... 

• Le fonctionnement du tournoi des Jeux du Québec, du 31 juillet au 4 août, à Thetford Mines, a été modifié. Les divisions ont été abolies si bien que toutes les équipes seront regroupées en un seul tableau à élimination. La délégation régionale risque donc de croiser des régions de fort calibre en cours de route. « L’objectif ne sera pas la victoire, mais de développer les jeunes dans les valeurs et les principes de la Fédération de soccer du Québec », rappelle Olivier Chartier. La sélection finale des équipes masculine et féminine sera faite à la mi-juin...

• Le calibre senior a subi un chambardement, en prévision de la prochaine saison. Une baisse d’achalandage avait été enregistrée en raison de problèmes au niveau du classement des équipes. Les responsables ont donc écouté les membres afin de trouver des solutions. Les équipes seront donc réparties en trois divisions chez les hommes et deux chez les femmes. « On va se servir un peu du principe de relégation-promotion. On va s’assurer d’avoir un équilibre et on n’aura plus besoin de refaire le système tous les ans. Ça fait deux ans que je suis ici et on se cassait la tête à tous les débuts de saison », explique le directeur général Pierre-Luc Gilbert, précisant que le circuit senior comptera 35 équipes, dont une quinzaine féminine...